Avertir le modérateur

06/11/2009

François Hollande, l'autre vision du football

Image 4.pngIl y a comme un goût de la lose, chez l'ancien premier secrétaire du PS. Au terme de mon entretien pour Mediapart avec l'auteur de «Droit d'inventaires», je n'ai pu m'empêcher de le questionner sur ses souvenirs de footeux, comme avant Julien Dray le "Sedanais", Benoît Hamon le Brestois adorateur de Drago Vabec, Manuel Valls le socio du Barça ou Olivier Besancenot l'inconditionnel du Brésilien gaucho Socrates.

On savait depuis un moment que le député de Corrèze était un amateur de ballon, notamment depuis une belle interview donnée à So Foot lors de leur numéro cultissime sur «le foot est-il de droite ou de gauche?». On l'a même récemment vu rechausser les crampons pour un match de charité…

 

 

Tout au long de ses réponses, on note un certain panache chez François Hollande, faux-sosie de Rafael Benitez (remember), tant il assume son amour pour la défaite sportive. Ainsi son plus grand souvenir reste France-Allemagne'82. «Je n'ai pas de plus grande émotion sportive que ce match perdu, dans un scénario incroyable jusqu'aux pénalties. Même la victoire de 1998 ne m'a pas procuré une émotion aussi intense.» Plutôt que de s'offrir une énième et convenue rediffusion du massacre de Battiston (pour ceux qui y tiennent, le résumé vidéo ici), on préfère évoquer le cauchemar de Séville avec la bien belle chanson de Bartone…






Logiquement, son joueur préféré reste Platoche: «Moi, je suis Platini. Parce qu'il est hors-norme. Il n'a pas été formé comme les autres joueurs, il est resté fidèle à ses clubs, il a marqué des buts exceptionnels et est encore aujourd'hui un personnage déterminant du foot mondial». Sur ce coup-ci, on n'a pas franchement retrouvé d'extrait vidéo à offrir à l'ancien patron du PS sur son idole. Si ce n'est un entretien du plus beau des n°10 français consacré à François Mitterrand…

 

Cliquez sur l'image pour lire l'entretien

 

 

Question club(s), Hollande a le chic pour surprendre, et l'on ne peut lui reprocher de tomber dans la facilité: «J'ai d'abord soutenu le FC Rouen. Parce que c'est là où je suis né, et que j'y ai joué gamin. Pas dans l'équipe première, mais  en minime et en cadets. Je suis toujours leurs résultats, même si après une lente dégringolade jusqu'en CFA, ils sont aujourd'hui en National.» Comme on a un peu de mauvais esprit en nous, on a décidé de lui offrir un magnifique moment de football rouennais, avec ce superbe cafouillage défensif ressemblant à s'y méprendre à un congrès du parti socialiste…


Comme toute personne n'ayant pas la chance de pouvoir supporter une équipe en permanence au sommet, Hollande a multiplié d'autres amours footballistiques. Et là, ça frise le n'importe quoi: «Je suis resté attaché à Monaco, depuis l'époque Henry-Trézéguet et qu'il y a eu de belles équipes, même si la ville n'est pas franchement un symbole de foot démocratique. Et puis j'aime bien Guy Lacombe…» Et d'enchaîner, le sourire aux lèvres: «J'aime aussi le FC Nantes et l'En-avant Guingamp. Au final, dès que je m'intéresse à un club, il chute». Pour le plaisir, on se quitte avec un sublime Lyon-Monaco de 1997 (3-3), quand Titi et Trezegol régnait encore en maître sur la L1. Et que François Hollande accédait à la tête du PS…

10/06/2009

Fatigué, mais toujours Gaillard!

Après trop de journées d'affilée à suivre les méandres électoraux de la recomposition de la gauche française (du NPA au Front de gauche, en passant par Europe-Ecologie et le PS, sans oublier la social-démocratie européenne), enfin un peu de temps pour revenir à l'essentiel. Montpeul… Ouais parce que Roland-Garros, cette année, ça me l'a pas fait.

À part l'énormissime Fernando Gonzalez qui s'essuie le cul sur une fausse marque, contre le jouissivement odieux Soderling (qui n'a évidemment pas fait mieux que Verkerk ou Pernfors et qui va évidemment retrouver l'anonymat ensuite)…




Ou encore le ménage cultissime (aux frais d'Eurodisney) de Nelson Montfort commentant un match entre Nadal et… Mickey! Suivi d'un recadrage en règle du vil Bill…






Ou enfin la porte d'Auteuil et Rodger qui découvrent avec horreur Jimmy Jump, le roi des "espontaneo", envahir la terre battue avant de s'y rouler. Un événement qui permit au Sporting de se la raconter instantanément sur son nouveau compte Twitter (viendez "follower", on pourra faire des micro-tertulias)…



 

Image 22.png




Bref, Montpeul. Et le sentiment qu'on s'avance vers une grande saison, au fur et à mesure qu'évolue notre mercato, en à peine une dizaine de jours. Sans surprise, le ptit Bocaly retourne à l'OM (bizarrement, il préfère être entraîné par Deschamps que par… René Girard). Mais c'est pas grave, car Loulou Nicollin a décidé de la jouer grand seigneur. Et commence en claquant un grand coup. Romain "magic" Pitau! Et ouais, le sombre milieux def' de Sochaux et Nice.

nicollin.jpgMais ce n'est pas tout, car Nicollin se sent d'humeur dépensière: rien de moins que Cyril Jeunechamps (33 ans), un gars qui a peut-être connu Moussa Saïb à Auxerre, tout de même… Last but not least, et la à c'est énorme, voila-t'y pas que not' Loulou, il voudrait pas en plus se payer Bryan Bergougnoux. Ouais! Carrément l'attaquant remplaçant du TFC!

Pour résumer, mieux vaut encore se bercer des moments récents de l'euphorie de la montée, en saluant une nouvelle fois le compatriote Rémy Gaillard, qui fait plaisir à voir au milieu du vestiaire pailladin (avec Dzodic et Delaye, les héros de mon enfance! Comment ça ils jouent toujours?). C'est con qu'il n'y ait pas une version sans son concours "bière-foot" qui sent parfois le fake…



Vivement le 8 aout prochain, quand le MHSC entamera la saison à la Mosson contre le PSG. Ce qui signifie aussi que ce sera au Parc qu'on ira jouer l'Intertoto lors de l'ultime journée. A priori, les élections régionales seront passées, et on pourra aller hanter la tribune de presse…

31/08/2008

Si la cuisine socialiste était un sport

1989675831.jpgSur les rotules. Le périple des universités d'été partisanes s'achève pour moi avec celle de La Rochelle, et le Sporting Tertulia va pouvoir être de nouveau régulier. Chez les socialistes, malgré l'ambiance byzantine, on a réussi à causer un peu ballon. En vrac, quelques citations.

Pour Pierre "I'm a loser baby, but the game is not over" Moscovici, «mon club c'est Sochaux», mais il ne connaissait pas le score, ni ne regardera le derby Saint-Etienne-Lyon ce dimanche soir pour se changer les idées après un week-end agité et shakespearien, car «regarder le foot à la télé, c'est pas mon truc».

Pour Benoît " Vabec" Hamon, «bien sûr que ça s'est très bien passé ce week-end. Le stade brestois a gagné!». Avant de confier «être à deux doigts de craquer et prendre un abonnement au Stade français. Pas pour Paris, plutôt pour voir Toulon jouer».

Pour Olivier "Terra nova" Ferrand, «Mandanda a été énorme contre Sochaux, deux arrêts de grande classe! Ce mec, c'est le mix entre Barthez et Joseph-Antoine Bell». Et Razzy Hamadi, comme chaque année, pense que «c'est l'année du titre pour l'OM».

Quant aux conseillers du maire de Grenoble Michel Destot, ils n'en reviennent toujours pas que le GF38 gagne encore en L1. «On est troisième, mais ce qu'il faut regarder, c'est qu'on est déjà à la moitié des points de Metz pendant toute la saison dernière. C'est un miracle, vu notre effectif. En plus, nos actionnaires japonais ont perdu plusieurs milliards en bourse cette année. Faut dire que leur produit phare sur lequel ils avaient tout misé a été un gros échec. Un téléphone portable pour chiens… Ils nous l'auraient demandé, on le leur aurait dit…»

Pour conclure avec une "touche Eurosport", on se quitte avec un résumé vidéo qui synthétise assez bien l'avant-congrès socialiste…

06/05/2008

Julien Dray le Sedanais

365687677.jpgAprès Manuel Valls, deuxième volet de la rubrique "sport is politic", avec le vrai-faux sosie de Rafael Benitez (une ressemblance que L'Equipe mag' de samedi relève un an après tout le monde…). Bien qu'ayant vu par-ci par-là que Julien Dray était un amateur de foot, je me suis avancé à pas mesuré avec l'un des prétendants à la tête du PS, pour causer ballon à l'issue d'un entretien informel.

1753493336.JPG Plutôt bougon, "Juju" s'est un brin détendu  à l'évocation d'un Rennes-Sedan enfantin. «C'était en finale de coupe de France, du temps où  on les faisait rejouer si besoin. Sûrement en 1966… J'y étais allé avec mon père et je supportais Sedan… au milieu du public breton. Mais il y a eu match nul et lors du deuxième match, c'est  Rennes qui a gagné».  Bien vu,  à un an près, puisque cette finale eu lieu en 1965. On n'en retrouve des images que sur le site de l'INA, ambiance Thierry Roland, Dora la laie et Rodrigue le cochon. Premier match (2-2) visible en cliquant ici, le deuxième (3-1) en cliquant là.

«J'ai été éduqué dans le mythe rémois des années 50» raconte le natif d'Oran en 1955, qui se dit «un admirateur du PSG des années Fernandez». Mais il tient à préciser qu'«il s'agit là d'un élément de sa vie privée» dont il ne souhaite «pas parler plus que ça», préférant «rester à distance». Et de nuancer: «Je ne suis pas un aficionado acharné non plus…» Assez sérieux, en somme. En tout cas moins enthousiaste que Luis, et sa maxime définitive: "PSG: Plaisir, Savoir, Gérer"…

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu