Avertir le modérateur

11/08/2009

La violence ça craint… mais parfois c'est bien

4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$ealosu6agov123t95hw6kysmwn95yvn.jpgEst-ce la recrudescence des débordements aux abords des stades de L1 (Saint-É ou Montpeul), mais on a envie nous aussi de céder à la mode ambiante de la violence footeuse. Car au-delà du craignos de certains franges de kops et du pathétique des mailloches esquivées sur le pré, il y a tout de même de la place pour de la bonne violence poilante dans le royaume de football. A mille lieux des fatwas haineuses anti-Fiorese (bonne retraite) de supporters parisiens au vocabulaire tristement limité (la preuve ici), ou même de la toute fraîche décision de la fédé colombienne de priver les supporteurs de leurs tuniques à l'extérieur. Et hier, un joueur de River Plate (mais le club uruguayen) a failli se faire poignarder.

Pourtant, à l'inverse du rugby où le bon esprit maillochard reste la règle et le débordement l'exception (du moins au top niveau), il arrive d'éprouver un sourire marginal à la vue d'une certaine brutalité footteuse. La preuve en trois séquences de montée d'hormones approchant le sous-culte, qui ont eu lieu lors du dernier week-end. Evidemment, on retrouve encore de la came australienne.

Baston féminine. Perso, je n'ai pas de souvenir d'avoir déjà vue ce spectacle. Une belle "générale" entre Australiennes et Chinoises (victoire  2-1 des secondes), avec des vrais morceaux de rage et de fureur…




Grèle intestine. En revanche, il s'agit là d'un grand classique du panthéon des compagnons de la baston. Toutefois, le gardien du FC Bâle Franco Costanzo nous gratifie d'un inédit capillotractage sur le scalp de son propre défenseur, Beg Ferati. Ambiance "tu m'énnnnnnerves, j'sais pas ce qui me retient"…







Mascotte killer. Voilà une bonne grosse vanne, franchement jouissive, et pourtant tellement hargneuse. Un supporteur du sombre club de Bardo s'emplâtre l'emblème vivant des Magpies de Miranda, à la mi-temps d'un match de championnat du Sutherland Shire. Inusable, même si mal filmé. Et oui, bien sûr, ça se passe en Australie…

 

08/09/2008

Un Mondial à la rue

226152654.pngRien à voir avec la déroute autrichienne et l'équipe de France de foot. Plutôt que de hurler avec les loups et de réclamer à cor et à cri la démission d'un entraîneur après un match, le Sporting Tertulia préfère signaler un événement qui réconcilie avec le ballon sans arrières pensées. Quoi que.

Début décembre aura lieu la sixième édition du "Mondial des sans-abri". Chaque année, le tournoi prend davantage d'importance et a couverture médiatique est de plus en plus grande autour d'un événement qui permet de parler sans misérabilisme d'un fléau dérangeant pour nos bonnes consciences occidentales. Vas-y coco, un pauvre qui joue au foot, ça c'est glamour…

Après l'Afrique du Sud et le Danemark, c'est l'Australie et Melbourne qui accueilleront la "Homeless world cup" du 1er au 7 décembre prochain. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'organisation a mis le paquet, avec un très beau site de présentation. Et la chaîne américaine ESPN pourrait donner des idées aux confrères, après la diffusion d'un documentaire que l'on dit remarquable, suivant les itinéraires de six SDF à travers le monde. Perso, j'suis partagé sur cette pipolisation de la détresse humaine, mais cela prouve que le foot sert à autre chose qu'à déchaîner les passions vengeresses et alimenter les lynchages médiatiques. Et c'est déjà pas mal…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu