Avertir le modérateur

07/05/2008

Du bonheur plein la Boca, moins la Bombonera [Au pays de Diego #7]

400218048.jpgSemaine dantesque pour les fanatiques du Boca Juniors, le club popu de Buenos Aires (mais tellement reconnu qu'il fait presque parvenu). À peine héroïquement qualifiés en huitième de finale de Copa Libertadores, grâce à l'éternel Riquelme (Tertulia en parlait il y a deux semaines), les Xeneizes (Gênois) ont offert à leurs supporters une belle semaine d'intensité fiévreuse. Comme ingrédient de base de l'inoubliable, un nouveau Superclasico contre le voisin mi-bourge mi-classe du River Plate. On y effrite par dessus une pub Nike à l'ancienne. Ajoutez-y une pincée de River s'est fait tanner en Copa par les Provinciaux de San Lorenzo (défaite 1-2 à domicile)… La cerise? Juan Roman «El mago» Riquelme qui devient «el matador»…

L'effet d'un rail d'ammoniac coupé au Viagra. Plaisir hallucinogène condensant tous les excès du quartier mi-touristique mi-prolo de la Boca… Car il ya un écueil. Agression à arbitre de touche et suspension continentale du stade mythique de la Bombonera jusqu'à nouvel ordre. Ce qui peut être handicapant. Mais ça n'enlève rien au plaisir de quelques vidéos anthologiques…

> Mercredi dernier
, les Boquenses ont dominé les Brésiliens de Cruzeiro (2-1), en huitième de finale aller de la Copa Libertadores. Résultat bien mais pas top en vue du retour (qui a lieu ce soir), mais un moment jouissif. "Roman", ou comment se transformer en torero dansant, avant de délivrer une demi-veronique en profondeur. Olé…





> Et comme il sait
aussi être décisif, Roman, il rajoute aussi un but et une passe déc'…



> Dans le même temps, River Plate subissait le feu indien des derniers champions du Clausura argentin, San Lorenzo. Rien de joué là non plus en vue du retour, mais la qualif' va être dure pour les hommes de l'inoubliable Diego Simeone. Cette défaite (dont on peut voir un long format en cliquant ici) a toutefois l'avantage d'avoir été vite oubliée par les supporters des Millionarios (Friqués). Car trois jours plus tard, ils paumaient le Superclasico (1-0) contre Boca Juniors. Et l'on retrouve le gars Riquelme au corner…






> Mais le River remporte quand même la palme du bon esprit, pas très "bienvenuechezleschtistiquement correct", par la grâce d'une pub de leur équipementier. Quand la marque à la virgule fait dans le point d'exclamation…

(traduction de l'intro: " Cette fois-ci, c'est pour vous, les poulets", surnom méprisant donné aux boquenses par les supporters de River ; quant au slogan, on pourrait le traduire par "C'est douloureux de perdre un classico, on donne tout")





Rendez-vous en fin de semaine pour le bilan des huitièmes de finale de la Copa, et la présentation du "Gran'Ocho latino"…

24/04/2008

Voilà ce qu'est un faux lent de talent!

1683039687.jpg A chaque fois que je vois Juan Roman Riquelme jouer, je ne peux m'empêcher de penser à mon ancien rédac' chef de 20minutes.fr (big up Johan!), quand celui-ci me traitait de tous les noms à chaque relecture d'un papier sur «el Mago». «Ça veut rien dire, "faux lent de talent"!»…

Mardi, Riquelme a une nouvelle fois bossé pour sa légende. Un truc de ouf! Contexte: dernier match de phase de poules de la Copa Libertadores. Il faut un concours de circonstance des plus compliqués pour que Boca Juniors se qualifie pour les huitièmes. Pas de victoire des Chiliens Colo Colo sur le terrain des leaders mexicains de l'Atlas, et une victoire des Xeneizes par trois buts d'écart, face aux Vénézuéliens de Maracaibo. La première partie du miracle remplie (1-1), restait à en planter trois à la Bombonera. Et c'est là que "Roman" entre en scène.

A 2-0, après avoir offert le premier but sur coup-franc, Riquelme nous refait le coup de l'an dernier [revoir ses buts en Libertadores, gagnée à lui tout seul]. 73e minute, déviation de son tocard magnifique de complice, Martin "el loco" Palermo. Contrôle au ralenti, feinte de frappe en accélérant doucement, balle piquée sans trembler. C'est ça, un faux lent de talent, chef…



Rendez-vous d'ici dix jours, pour le bilan des matchs aller des huitièmes de finale aller. Au programme, un choc argentin entre le River Plate et San Lorenzo et un Boca-Cruzeiro de gala.

19/02/2008

Boonen, le Beckham Belge (Au comptoir de la tertulia #2)

Tant de sujets et d'autres que l'on a évoqué en passant, au zinc et en terrasse (foutue loi sur la clope!) [vive la Belgique], quand vient l'heure de l'apéro…


749e443e0a7fd964d377022a29f222c0.jpgFume, c'est du Belge. Rhaaaaaaa, le bar de l'Union à Bruxelles. Vendredi dernier, à l'occasion des trente ans d'un vieux et grand pote, on a retrouvé l'un des bistrots les plus sympas de la capitale européenne. Celui de l'équipe de foot de l'Union Saint-Gilloise, mais qui n'est peuplé que d'étudiants, d'artistes et de glandeurs. Son droit de cloper malgré l'interdiction ("Y peuvent venirrrrr, hein, y sont même pas foutu de gouverner"…), ses lasagnes qui déchirent à toute heure, ses diverses "brassées" aux degrés toujours plus surréalistes, ses vieilles photos de foot au mur. Et ses Belges.

9c81587b673e944020fa38aef37e871f.jpgComme à chaque pélerinage, la soirée se termine par une franche et rigolarde discussion avec les autochtones. Et comme d'hab, une fois le répertoire de blagues sur les Français et les Flamands remis à jour et les confidences sur l'amitié d'enfance avec Benoît Poolvoerde (c'est hallucinant, toute la Wallonie était dans sa classe!!!), ça parle sport. En vrac, Justine «quelle est belle» Hénin, Enzo «qu'il est beau» Scifo et Tom Boonen. Le «Beckham belge»… Chouette, un sosie de plus… Après coup, c'est pas si flagrant, en fait. Fichue Duvel

Normalement, il y aurait du y avoir des photos du bar, mais cette flemmasse de Romain a même pas été foutu de prendre des photos avec son appareil photo de cadeau, depuis qu'on lui a offert…

 

 
Roman is back in La Boca. La Bombonera a retrouvé «El Mago». Samedi, lors de la deuxième journée du championnat de clôture argentin, Juan Roman Riquelme, à la peine depuis son retour au club en décembre, a retrouvé sa splendeur en même temps que le stade mythique du quartier populaire de Buenos Aires, face aux Argentinos Juniors. Deux passes décisives "grand luxe" pour l'immortel Palermo et le classieux Palacio, qui s'ajoutent à un troisième but "tout pour le spectacle" et un penalty tout en finesse. Boca Juniors gagne 4-0, Olé titre: "C'est un romantique", et on n'a pas fini d'en causer au zinc…



c3d5570d6b18a0a78f9922fb55bd146f.jpgLa télécommande magique. Le truc de fou. La quatrième dimension, version ultra-jouissive. L'esprit de Jacques Pradel a traversé mon salon dimanche soir. Réduit en miettes par l'éprouvant week-end bruxellois, passif devant «Les Experts», sans même éprouver de tristesse de rater le Clasico… Moment propice pour un miracle du quotidien. Un zapping désabusé lors de la pub et vlan! J'AI CANAL!!! Je vois le match, je ne rêve pas, je hurle, ma moitié me houspille, ça perdure, je me redresse, je re-hurle… Et là, double effet Kiss cool, MARSEILLE MARQUE!!! (ben ouais, Loulou Nicollin m'empêche de supporter Montpellier). A peine le temps de voir le ralenti du pion de Niang, et l'image disparaît, laissant place à une proposition d'abonnement. Ça tombe bien, la pub est terminée sur TF1. Paix des ménages en prime. Béatitude maximale. Mais un doute qui perdure. Est-il possible de revivre pareil moment de grâce d'ici la fin de sa vie?


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu