Avertir le modérateur

20/10/2009

Old dirty bastards

Image 4.png-1.jpgPlutôt que de causer du check point irlandais des gars de Raymond, quand même jouable faut pas déconner, on préfère saluer la vieille garde, celle qui a illuminé notre adolescence. Du temps où se qualifier à un mondial n'était même pas du domaine du plausible. A l'époque (charnière des années 90), vu que kiffer Bernard Zénier, Luc Sonor et Bruno Martini n'était pas en vogue dans les cours de récré, on s'étoilait les yeux avec Gazza et Pixy.

Paul Gascoigne, on ne présente plus. Le roi du dribble et de la déconne (vidéo ici), le Diego Blanc sans les titres, l'allégorie de l'après-carrière glauquissime. Dragan Stojkovic, pareil. Le plus beau pied gauche des Balkans (vidéo ici), l'angelot de l'Etoile rouge de Belgrade, les éphémères mais splendides envolées au stade du Vélodrome. Tellement chaloupant que ses genous en ont pété. Tous les deux étaient des insoumis d'une sombre époque, où la défense et les gros tacles avaient pris le pas sur le beau jeu.

dragan.jpgPaul-Gascoigne.jpg

 

Ce week-end, Gazza, toujours entre la vie et la mort, a claqué un coup de boule à un barman, dans un vieux rade à billards. Dans le même temps, Pixy, devenu coach de son dernier club japonais du Nagoya Campus, s'est pris un carton rouge en claquant un pion de 40 mètres depuis le bord de touche. Insoumis du beau jeu, toujours, chacun à leur façon…





07/01/2009

In memoriam Gazza

gazza.jpgGazza_461693a.jpgRien à voir avec les terribles événements de ces derniers jours en Palestine, mais un clin-d'œil à l'un de nos héros de jeunesse, le génial et fantasco-foutraque Paul "Gazza" Gascoigne. Au bord de la fin de vie, le milieu anglais bourrelé de talent est en pleine déchéance, voire à quelques encâblures de la fin de vie. Lundi, la télé anglaise Channel 4 a diffusé un formidable documentaire intitulée "Surviving Gazza". Pour les anglophiles, on peut le retrouver sur Youtube, divisé en sept parties. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept. Comme les vies du gros matou d'Albion. Et pour kiffer la Gazza's vibe de la nostalgie plein les larmes, un petit best-of des plus belles actions du drinking class hero…

08/11/2008

Andre Luis toujours plus loin

1199678744.jpgAvant de se préparer pour le luxueux derby ovale face à nos cousins d'Argentine, le Sporting Tertulia se doit de rendre hommage à Andre Luis. Le "Joey Barton brésilien" de Botafogo, qui s'était déjà illustré en se faisant embarquer par la police à la sortie du terrain, est entré dans le panthéon des bad-boys au geste culte. Bon, ce coup-ci, il n'a rien inventé. Juste offert une version rageuse et révoltée du fameux et rigolard "coup du carton" du grand Paul "Gazza" Gascoigne, aujourd'hui en perdition. A la place de l'arbitre, j'aurais flippé sévère…


03/09/2008

Affreux, sales et méchants

2144961051.jpgVoilà du foot comme on l'aime. En deux jours, on eu droit à trois morceaux de bravoure assez jouissifs. De la vraie tertulia au sens espagnol du terme (cf. définition ci-dessus). De la bonne grosse mauvais foi, de l'évocation de personnages cultes, de l'alcoolémie surréaliste, des gestes bourrelés de talent… Et cette invocation au comptoir du Sporting du film magnifique d'Ettore Scola, dont le titre résume bien les tribulations de nos héros du jour: Jean-Michel Larqué, Luc Sonor, Ronaldinho, Paul Gascoigne. Affreux, sales et méchants…

Affreux, Ronnie l'est assurément. Se vautrant dans la fange depuis son arrivée à Barcelone, il atteint pourtant des sommets de créativité éthylique. Tout gros et tout pataud, le sauveur de l'équipe olympique du Brésil s'est en fait avéré être un boulet pour les Auriverde lors des derniers JO. Mais il n'en conserve pas moins la classe. On l'avait déjà vu régaler la chique lors d'un match entre potes cet été. Mais même lors de ses débuts dans le calcio, il a retrouvé le meilleur de lui-même. Mi-état de grâce, mi-état de graisse, Ronaldinho a retrouvé ses inspirations aussi flamboyantes que vaines. Résultat: le Milan AC commence par une défaite, mais les supporters ont enfin vu du vrai football empreint d'incertitudes et de trajectoires folles, à mille lieux du réalisme chirurgical de Kaka le fou de dieu…



1272901001.jpgSale, Gazza n'a jamais cessé de l'être. Ce bon vieux Paul Gascoigne est éternel. Tout juste sa cure de désintox terminée, l'ancien milieu anglais, et dernier créateur en date de la perfide Albion, n'avait rien trouvé de mieux que d'aller suivre la tournée d'Iron Maiden en Europe. Après avoir disparu quelques jours, Le Sun l'a retrouvé au bout du rouleau dans une station balnéaire portugaise (et si c'était lui, pour Maddie?). Complètement bourracho après cinq jours de cuite non-stop, Gascoigne avait un taux d'alcool dans le sang tellement élevé qu'il était pris d'hallucinations, prenant tout le monde pour Alastair Campbell (ancien conseiller et âme damnée de Tony Blair). Culte, forcément culte…

 

404832473.jpgMéchant, Jean-Mimi l'a toujours été. En vertu d'une paire de match où, parait-il, il a été brillant avec le maillot stéphanois, Jean-Michel "bouc-émissaire" Larqué se permet de clouer au pilori tous les joueurs qui ne ressemblent pas assez à Thierry Henry. Combien de Trezeguet, Dugarry ou Ben Arfa récemment, ont été livré à la vindicte gratuite et subjective devant les millions de télspectateurs de TF1? Et comme le Larqué est plutôt colère en ce moment (peut-être à cause de son lamentable et infructueux lobbying anti-Domenech), il se souvient qu'il a la rancune tenace et que ce serait pas mal de se payer un mec inoffensif. Du coup, il traite le grand Luc Sonor de "pipe". Et ça, c'est pas possible. Car Luc Sonor, c'était quand même un beau salopard mythique, dans la catégorie "Si le ballon passe, l'homme trépasse", aux côtés de William Prunier et Carlos Mozer. Sans un pet de technique mais avec un talent énorme: faire cauchemarder l'attaquant fragile. Et on ne peut pas le traiter de "pipe" comme ça, impunément. Surtout quand on est soi-même une grosse blague (à tabac)… Réhabilitons donc le grand Luc, avec un résumé du mythiquissime "1-4" du Barça-Metz de 1984 (faute de vidéo dédiée sur le ouaibe)…


25/01/2008

La classe à l'Anglaise

C'est idiot, mais ce vendredi, au moment d'ouvrir mes mails dans un cyber-café montpelliérain, j'ai regoûté avec entrain au non-sens qui entoure la chose footballistique en Perfide Albion. Tandis que le «Sun» annonce le départ de Pascal «Tan-ta-ta-ta-tan» Chimbonda des Spurs vers les Magpies, photo éloquente à l'appui, un pote m'envoie des clichés fort aguichants de Bianca Gascoigne. Oui, la fille de Paul Gascoigne. Gazza, pour les intimes… Le genre de gars qu'on imaginait inflexible sur l'éducation de sa môme…
 
8967e6143ff2bc743f8db243b2465a7d.jpg
 
166bddecbfac103f2f3c1d001cdcbb6b.jpg

5d0bded93e84d01919f0def7b7c896ea.jpg
Tout ça pour le plaisir de se remémorer l'essence du foot à l'anglaise. Celle qui alimente la presse tabloïd d'outre-Manche, ambiance sex drugs and rock'n'roll. Mais aussi celle du foot îlien et gardien du temple. Celle qui résiste à Chelski, aux proprios américains et aux stars étrangères. L'Angleterre de Joey Barton, de Chimbonda et de Gascoigne. En bref, celle des Monty Python's…


 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu