Avertir le modérateur

19/04/2010

Du danger d'être un daltonien de gradin

En passant, une somptueuse séquence de célébration de but avortée, peut-être la plus belle. C'est le Croate Tomislav Bosec, attaquant de l'Inter Zapresic, qui entre au panthéon de la crétinerie distraite, pour avoir benoîtement pensé que ses supporters sont forcément derrière les cages où il plante. Le hic, c'est que ce samedi, c'était devant la tribune du kop de l'adversaire du NK Zadar qu'il avait choisi de fêter son but. Résultat: au lieu de liesse populaire et d'embrassades furieuses, Bosec le daltonien de gradin n'a récolté qu'une grosse tarte dans la gueule façon Bud Spencer

12/04/2010

Ballon rapé…

On s'était résolu à ne pas causer de "Ça c'est le Losc!", l'horrible morceau de Pac'ino, sorte d'insulte au hip-hop comme au football, qui buzze depuis quelques jours sur la toile sportive. En plus de faire de la pub à des rivaux directs de Montpeul (on joue toujours le titre, mais on est en train de le perdre…), ç'aurait été saluer une grosse bouse, où les allusions aux joueurs lillois ne parviennent pas à faire oublier l'effroyable refrain. Merde, Lille c'est quand le même le coin du Ministère des affaires populaires ou d'Axiom. Au lieu de ça, on s'inflige des rimes affligeantes, à base d'Eden Hazard avec qui y a pas de hasard…

Et puis, on est tombé ce dimanche sur des cousins bien éloignés du troubadour chti. Deux moments de musique qui foutent moins la honte, bien que dans la même veine footballistique. Enorme différence: au lieu de se cantonner aux joueurs de Rudy Garcia, les dénommés Bako et Mezo & Pan Duce ont élargi leurs répertoires.

Le premier est madrilène, et déroule un somptueux panthéon du sous-culte. Titre du morceau: Por Passion (sorti en février). Que du lourd: N'kono, Drenthe, Butragueño, Dertycia, Figo, Kiko, Julio y Patxi Salinas, Batistuta, Jon Pérez Bolo, Eto'o, Van Basten, Maturana, Valderrama, Romario, Gullit, Messi, Pizzi, Futre, Schuster, Redondo, Maradona, Sanchis, Munitis, Baresi, Bodipo, Yekini, Stoitchkov, Buyo y Cassano…




Les seconds sont tchèques, et là aussi ça sonne mieux que Pac'ino. Au moins, est-ce un peu plus e(st)xotique. Titre: Futbol (ça date de 2007). Au programme, ce coup-ci:
Totti, Zola, Ginola, Saviola, Andy Cole, el Camp Nou, Ventola, Roger Milla, Klose, Nakata, Dunga, Inzhagi, Giggs, Babangida, Kluivert, Quaresma, Shearer, Pires, Caniggia, Nihad, Jardel, Koller, Bebeto, Tristán, Romario, Makaay…





15/12/2009

De l'art de l'insulte dès le plus jeune âge

iker_casillas_abatido_431.jpgEn passant, ce grand moment de témérité juvénile de tribune, où l'on s'aperçoit combien la grossièreté est propre au football, et combien c'est très bien comme ça. Ambiance exutoire des masses, version - de 10 ans. Soit l'âge du merdeux hurlant valencian qui submerge de jurons Iker Casillas, le gardien du Real Madrid. En ne se démontant pas devant l'interpellation du portier de la seleccion et en reprenant ses "Puta" de plus belle, le gamin a peut-être influer sur le mental du dernier rempart madrilène, plutôt faillible lors du match. Mais comme il y a une morale dans le ballon, Madrid a quand même battu le FC Valence dans son stade de Mestalla (3-2). Et le mioche y réfléchira à deux fois avant de recommencer. Ou pas…

11/12/2009

Ce con d'effet Henry

Tout se perd dans le football, même l'italianité. Une conséquence de ce fichu "effet Titi Henry", qui a même réussi à culpabiliser l'Italia way of life. Ça s'est passé le week-end dernier en série B, et tout commence comme dans un rêve de fair-play azzuri. But de voyou alors que la défense est arrêtée, éclats de joie démesurés… Un grand moment de bonheur transalpin que le coach d'Ascoli est venu gâcher, en demandant aux siens de se laisser égaliser par la Reggina, dont les joueurs paraissent presque décontenancés par la noblesse de ce geste adverse. En revanche, les supporters ascoliens ont fait la gueule à la fin du match, finalement perdu 3-1…

03/12/2009

L'essence du mal

En passant toujours, car trop occupé par le refus de débat sur l'identité nationale (signez l'appel de Mediapart ici) pour être assidu à la tertulia sportive, on ne peut résister à cette rapide séquence de "Hockey Corral". Un moment de haine incontrôlable. Le mal absolu. Et non, il n'est pas musulman. Il s'appelle Keith Ballard, il est hockeyeur chez les Florida Panthers, et il a failli décapiter son coéquipier de gardien, Tomas Voku, d'un coup de griffe façon crosse dans ta gueule. Juste pour avoir encaissé un but un peu con. Evidemment, il ne s'explique pas son geste et prétend avoir voulu s'en prendre aux poteaux, mais ce summum de violence qui fait flipper, ne lasse pas de fasciner sur la question humaine…






Et là où le Ballard, il se met à la hauteur de son homonyme JG et de son rapport à la violence, c'est quand le lendemain, il trouve le moyen de blesser à nouveau son gardien, tandis qu'un de ses collègues, forcément pollenisé par une telle égérie du mal, tabasse un adversaire. Cultissimement méchant…

Merci à @AlbanNL pour la vidéo du jour d'après, et à Karabatoc dans les com' pour avoir rectifié ce billet par trop bâclé…

01/12/2009

Ange ou démon?

p.jpgEn passant, deux illustrations ce week-end passé du statut fragile et dual du footeux de seconde zone, pouvant passer d'un instant à l'autre de magnifique héros à non moins magnifique tocard. Ainsi le gardien du club irlandais des Bray Wanderers, infoutu de tenir trente secondes sans gâcher sa gloire d'un but décisif dans les arrêts de jeu…





Moins intense, mais tout aussi ambivalent, le splendide enchaînement de l'attaquant de Harrow Borough (club d'une sombre division anglaise intitulée Ryman league), au nom tellement culte de Rocky Baptiste. Plus beau raté de tous les temps, suivi du plus beau but de sa carrière…

29/11/2009

Magic Bullard

jimmy_682x400_938339a.jpgParti en pélerinage professoral chez les chtis de l'ESJ, puis ayant préféré la dinde de Thanksgiving au massacre de nos poulets par l'abattoir néo-zélandais (vaut mieux paumer celui-là que le prochain), quel plaisir de renouer avec la tertulia en fêtant de nouveau le magnifique Jimmy Bullard.

jimmy-bullard-hull.jpgL'attaquant le plus attachant de la Premier league anglaise a délivré un de ses moments de bravoure dont il a le secret. Après avoir célébré dans un précédent hommage la loufoque carrière du Steve Savidan d'Albion, entre clubs obscurs et joyeux délires, "the Wig" (la perruque) a une nouvelle fois illuminé nos visages enfantins. Ce week-end, il plante le pion de l'égalisation de son nouveau club de Hull City chez les Citizen de Manchester, et nous offre dans la foulée une intriguante et professorale célébration collective, ambiance cour de récré rigolarde…







42911_large.pngComme on peut le voir à la fin de cette vidéo, le cérémonial de Bullard est lui-même un bel hommage parodique à son coach Phil Brown, lui aussi sympathique grande gueule facétieuse du foot britton. Un entraîneur qui avait marqué les esprits l'an dernier, contre Man City déjà. Après une première mi-temps catastrophique (4-0), il avait convoqué ses boys à écouter son speech à-même la pelouse et devant leur kop. Ça n'avait servi à rien sur le match (perdu 5-1), mais ça lui permit alors de sauver sa tête menacée…





Et rien que pour le plaisir, on rigolera encore et encore en repensant au magnifique plongeon de Bullard (avec Blackburn, contre Arsenal, en 2005), plein de non-sense absurde et situationniste…

16/11/2009

Ô vieillesse ennemie…

31619-canne-vieux-vieilles.jpgIl est désormais trop tard pour réagir à cet intense week-end sportif marqué du sceau sud-africain. A la bourre sur les recompositions gaucho-écolos, on n'a pas franchement trouvé le temps pour s'émouvoir sur la belle gueule du XV de France et sa victoire comme maman springbok dans papa springbok (analyse + vidéo, chez Mister Rugby). Ni sur l'éthylique enchaînement Egypte-Algérie + Irlande-France (résumé vidéo + énorme sketch Action discrète, chez Honkytonk).

A peine ne pourrons-nous pas nous empêcher de noter le massacre reggae de l'hymne sudaf, nous faisant irrémédiablement penser à cette vanne de bahut vieille comme le monde et celui qui la chante: "-Que dit un rasta arrêtant de fumer? -C'est quoi cette musique de merde?» Rastafaraï…




Sans doute le poids de trente années tertuliesques, on n'a donc plus le courage de se lancer dans une quatrième mi-temps à base de Barcella par-ci et de Dusautoir au hasard. Mais on ne résiste pas à se moquer de plus vieux que nous. Comme Rene Higuita. Le parrain du Sporting Tertulia, avec son mythique "coup du scorpion" de Wembley. Déjà, il avait commencé à galvauder son exploit acrobatique (remember). mais depuis ce week-end, il en est réduit à animer des avant-matchs de championnat mexicain, avec une quinzaine de gamins aux pieds carrés. Certes, cela se passe lors d'une inauguration de stade, avec Pele et Blatter en tribunes, mais quand même. Voir Higuita ressembler à une version ballon de Michelle Torr à la quinzaine de la saucisse de l'Intermarché de Moulins, eh ben ça fait quelque chose. Drame de la vieillesse…

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu