Avertir le modérateur

30/09/2010

L'Alberto qui cache la forêt

Image 18.pngAlberto Contador, avec mes vélopotes, on a interdicition éthique de le jouer au mythique Pool de la Flamme rouge, tellement on le sentait qu'il allait se faire prendre. Le superchampion espingo avait trop traîné avec Manolo "Vaaaamos a la farmacia" Saiz pour être totalement crédible. Et ben, on a eu raison. En même temps, il n'y avait qu'à lire et croire l'excellent Antoine Vayer, comme d'hab. Le seul truc qu'on pouvait pas prévoir, c'est l'effort innovant du "steack contaminé" comme excuse, une justification encore inédite dans l'histoire de la triche cycliste.

Le triple vainqueur du Tour de france rejoint la cohorte des dieux dopés de la pédale, tombant comme à Gravelines (sur les pavés du Nord). Rien qu'aujourd'hui, le deuxième de la Vuelta toute récente, Ezequiel Mosquera, s'est lui aussi fait choper la patrouille. Et pourtant, la patrouille ne va pas fort, comme tend à le prouver la démission de Pierre Bordry de l'AFLD, vendredi dernier. Pour parachever la morosité du moment, on peut y ajouter la démission de L'Equipe concernant l'investigation autour du dopage. Mais aussi, fut bien l'avouer, nos regrets plein de scrupules en voyant se faire attraper des chaudières pourtant bouillantes de panache, comme Vinokourov le magnifique…

Cependant, une patrouille, même patraque, qui sort autant d'affaires, on en voit dans quel autre sport? Nan, parce qu'il y en a marre de se taper, toute la journée au boulot, le retour de la revanche de l'éternel "Ouais de toute façon, au vélo c'est que des dopés!" En réalité, si le dopage est présent dans le vélo jusque dans les courses amateurs, depuis vingt ans les mecs tombent régulièrement, nous permettant d'entretenir notre naïveté enfantine. Et de croire inlassablement et naïvement au Tour du renouveau, chaque année. C'est quand même mieux que de faire le donneur de leçon, qui regarde ailleurs dès qu'il s'agit de football, par exemple…

 

 

05/01/2010

Beber la casquette

12764900_cc7ee96622.jpgS'il y a bien un panthéon où Albert Camus repose déjà, c'est bien dans celui des amateurs de ballon, à qui il sert de parade dans les dîners, quand on lui oppose la bêtise et les excès de son sport favori. Alors, pour fêter les 50 ans de la mort de l'écrivain, on ne résiste pas à reproduire cet extrait du cultissime receuil de micro-chroniques de l'écrivain uruguayen Eduardo Galeano: "Football, ombre et lumière" (paru chez les regrettées éditions Climats, et hélas épuisé aujourd'hui)…

 

«En 1930, Albert Camus était le saint Pierre qui gardait les buts de l'équipe de football de l'Université d'Alger. Il s'était habitué à occuper ce poste depuis l'enfance, parce que c'était celui où l'on usait le moins ses chaussures. Fils d'une famille pauvre, Camus ne pouvait se payer le luxe de courir sur le terrain : chaque soir, sa grand-mère inspectait ses semelles et lui flanquait une rossée si elles étaient abîmées.

Pendant ses années de gardien de but, Camus apprit beaucoup de choses:
"J'ai appris que le ballon n'arrive jamais par où on croit qu'il va arriver. Cela m'a beaucoup aidé dans la vie, surtout dans les grandes villes, où les gens ne sont en général pas ce qu'on appelle droits."

Il apprit aussi à gagner sans se prendre pour Dieu et à perdre sans se trouver nul, savoirs difficiles ; il apprit à connaître quelques mystères de l'âme humaine, dans les labyrinthes de laquelle il sut pénétrer plus tard, en un périlleux voyage, tout au long de son œuvre.»

 

 

Image 14.png

 

Pour fêter celui n'était alors que le jeune goal du Racing universitaire d'Alger, celui que ses coéquipiers appelaient peut-être alors "Beber la casquette", celui qui disait avoir appris son «peu de morale» grâce au ballon (citation longtemps instrumentalisée et détournée -en lire plus ici-), on se termine avec cet énorme reportage d'époque. Quand l'ORTF se payait le luxe d'entrecouper un compte-rendu de Racing-Monaco au Parc des Princes par quelques questions au tout juste Ballon d'or de littérature '57…

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

 

Enfin, on se rappellera cette conclusion made in Jamel Debbouze au lendemain du coup de boule de Zizou sur Materrazzi en 2006: «Camus disait qu'il préférait sa mère à la justice... Eh bien Zizou préfère sa mère à la Coupe du monde».

 

 

03/09/2009

Zou, Zizou!

En passant, un franc coup de gueule contre l'icône apolitique des Footix, alias Zizou, dont l'engagement post-carrière se résume à palper du fric par tous les moyens. Voilà-t-y pas que maintenant, il nous la joue proche du petit peuple, acceptant de se laisser filmer dans un coin d'hôtel, et de taquiner la boule de billard avec le quidam. Forcément, comme c'est le plus fort du monde, il se gave…



L'artifice est un peu gros, et l'on comprend vite que la Zize nous sert ici une campagne de vidéos virales destinée en fait à promouvoir Grand Optical (eh oui, les lunettes, sans lesquelles il ne serait rien…). Et pour ceux qui adorent adorer, il sait aussi jouer aux cartes ou jouer du piano.

Franchement, Zinedine, t'as pas mieux à faire. J'sais pas moi, soutenir d'autre campagne autrement plus importantes, comme "Police personne ne bouge", par exemple. Tu y serais (enfin) plus utile qu'à perdre ton temps à arrondir des fins de mois déjà plus que rondelets…

11/06/2009

Finalement, Zidane est touchable

En passant, et juste pour le plaisir de se faire L'Equipe, qui franchement cherche le bâton, ce superbe contre-pied: Ronaldo signe au Real pour 94 millions d'euros. La veille, notre quotidien préféré nous sortait une de ces unes chauvino-crétines dont il a le secret…

 

une10062009_hd.jpg

 

Y a pas à dire, le sens de l'actu, comme celui du ridicule, c'est inné.

21/07/2008

Cinquante pions façon télévision d'Albion

549868422.jpg Nouvelle journée de repos sur le Tour, et nouveau désœuvrement pour l'amateur de tertulia. Plus fort que son top 5 "cyclisme et cinéphilie", le sporting a dégoté un top 50 des plus beaux buts en ligue des champions. Rien à voir avec le vélo, mais ça permet quand même de passer le temps, pendant que les forçats se préparent pour l'Alpe d'Huez (vous avez posé votre rtt pour mercredi?). Et puis la saison de foot se profile à grand pas (cf. le très honnête match de préparation entre Marseille et Bordeaux, voir la vidéo en cliquant ici). Merci au Youtuber Gurualmighty, malgré son pseudo mégalo, à qui on doit la mise sur la toile de cette belle série d'émissions de la chaîne anglaise ITV. Y a qu'outre-Manche que la télé offre de tels moments de ballon (en France, on préfère Romain Del Bello ou Daniel Lauclair…)

C'est en six morceaux, de Batistuta'50 à Zidane number one, c'est en anglais (mais pas trop compliqué), ça dure une grosse demi-heure en tout. Et ça vaut le coup. Ne manque que Marc Toesca











05/05/2008

L'effet L'Equipe

Un petit post rapide, pour saluer les amis du Vestiaire, et notamment leur correspondant au Pays de Galles, Seb Duval. Et l'occasion de relever le retour de la saison du Mercato, avec ses infos en bois, ses révélations qui ne se réalisent jamais et ses "exclus" à deux balles. Dernière rumeur en date: Zidane aux Queen's Park Rangers, le sombre club glauque de Londres repris par l'inénarrable Flavio Briatore. En fait, il s'agit juste d'un communiqué énigmatique sur le site des QPR, annonçant «l'aube d'une ère nouvelle», qui s'est transformé en info-transfert à la con, par la grâce du People on Sunday. En France, tous les amateurs estivaux de "bible du football" appelle cela l'effet L'Equipe.

Une génération entière de désormais trentenaires avait déjà été traumatisé en 1989 par la une "Maradona à l'OM" (sans "?"). Depuis, c'est chaque été et chaque hiver la même chose: des infos certifiées 100% crédibilité qui finissent dans les méandres amers de nos regrets enfantins. Dernière illustration en date: l'échange Ben Arfa / Nasri. Ou comment une blague de Pape Diouf en apparté devient un transfert qui va se faire… Franchement, ils doivent avoir une cellule spéciale "plus c'est gros, plus ça passe" au service foot de L'Equipe. Là encore, big up au Vestiaire, qui exprime exactement le fond de la pensée tertulienne… 

Je sais pas vous, mais moi j'ai déjà arrêté d'acheter le "Spécial transferts" de France Football depuis cinq ans et je commence à en avoir marre de vivre la même chose avec le plus grand quotidien de France. Pour ce genre de spéculations un peu déconnantes, il y a les sites internet spécialisés. Plutôt lire les mythiques Foot-mercato, mercato 365, mercatofoot, 100% mercato, mercato et roquefort, jamais sans mon mercato, au théâtre ce soir avec Marthe Mercato…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu