Avertir le modérateur

26/06/2008

Vive la télé publique!

2020167220.jpgCette demi-finale Turquie-Allemagne aurait pu être splendide. Mais on n'en a vu qu'une grosse moitié. C'est con, car sur la première mi-temps, on s'était plutôt régalé des raids de Mehmet Aurelio (définitivement meilleur Brésilien de l'Euro), des relais de Kasim-Kasim (très fort-très fort) ou de la tronche de vieux lion de Cappadoce de Rüstü… Et puis la panne. En langage TF1 (mais ça marche aussi pour le service des sports de France 2 lors d'étapes alpestres du Tour): Rupture de faisceau.

Résultat: on s'est tapé un anonyme décoiffé et dont on est sûr qu'il n'est pas le fils caché de Monsieur Meuble (big up à 20 Minutes qui l'a interviewé)…



Même avec Denis Brogniart, dépêché en quatrième vitesse pour remplacer l'erreur de casting improvisé, ce fut tout aussi frustrant. Surtout quand le Denis, il nous répète à l'envi que «ça se passe partout dans le monde pareil. Personne n'a les images…» Avant de nous balancer un best-of du Téléfoot de dimanche dernier. Et nous, obligé d'attraper la première radio sportive qui passe sur la bande. Et ce soupçon qui trotte. Il nous prendrait pas pour des truffes, le Brogniart?!

Un simple coup d'œil sur le meilleur blog du monde, et l'on s'aperçoit que la télé publique, c'est quand même autre chose point de vue professionnalisme. Bon, ok, sur la télé publique anglaise. Glorieuse BBC… Car à la Beeb's, quand on se mange un «Break of bundle» (traduction approximative), on oublie d'être pataud et on met la radio. C'est déjà un bon début…



Mais là où le Brogniart, il se fout vraiment de nous, c'est quand on lit les commentaires sous le billet de 101greatgoals.com. Sous réserve de véracité de ces derniers, on se rend compte qu'en Allemagne, en Hollande, en République tchèque (liste non-exhaustive, plus d'info ici), tout était fini au bout de cinq minutes…

Plutôt que de continuer à tergiverser sur mon boycott à venir de Koh-Lanta,  je préfère penser au superbe Espagne-Russie qui se profile. J'ai pas le temps de rédiger la rétro vidéo que j'avais préparé sur Guus Hiddink. On y voyait une pub sur la victoire du PSV Eindhoven '88, une autre sur la Hollande nostalgique, et quelques résumés des épopées australienne et sud-coréenne. En espérant que "Ruse" Hiddink perturbe Poutine comme il fait déjà trembler Kim-Jong Il…

29/01/2008

Et si le vrai rugby moderne, c'était Montpellier?

Je me la suis souvent joué "gardien du temple ovale" un peu conservateur, quand il s'est agi de causer dérives du rugby moderne. Depuis une Coupe du monde franchement ulcérante de ce point de vue, j'attendais le moment de me  confronter à cette évolution "bizness" inéluctable de ce sport de village, dans le marigot mi-réac mi-libéral du Top 14. C'est chose faite avec Montpellier-Bayonne ce samedi (même si j'étais du Stade Français - Montpellier d'il y a trois semaines, mais ça compte pas, c'était à Paris).

3324719aaacfa8a06d057f7243fa1ebd.jpg
Un modèle du genre que cette rencontre entre deux poids moyens du championnat, pour se coltiner les contradictions et les étâts d'âme du rugby moderne. Bataille d'Hernani chaussée de crampons 18. Un stade Yves-du-Manoir flambant neuf pour une équipe faisant appel aux valeurs "à l'ancienne", une bande de jeunes talents capables de mailloches dignes de l'âge d'ôr, un public d'habitués un brin sectaires supportant un club désireux d'expansion, dans une ville qui s'initie au rugby, mais à quelques encâblures des historiques Béziers et Narbonne…

Fidèle du MRC depuis six ans, quand le club (qui s'appelle désormais MHRC, mais nous on dit MRC!) débutait en deuxième division, je l'appréhendais ce match… Du coup, avec mes "rugby-potes", on a joué le jeu de la découverte du rugby moderne. On a emmené avec nous un copain qui n'y connaît rien, on n'a même pas profité de prébendes notabilières pour avoir des invitations et on était prêt à faire la ola au bout de cinq minutes.

Et bien, il faut en convenir: le bilan est plutôt positif. Certes on a payé 15 euros chacun pour être placés derrière les perches. Certes c'est devenu tout un bordel pour aller chercher des bières à la buvette, celle-ci étant bien plus éloigné que le défunt et adoré stade Sabathé, quand il suffisait de se retourner pour commander une tournée, tout en ayant une main encore posée sur la main courante. Certes on nous a fait des remarques parce que la fumée de nos cigarettes gênaient la nombreuse assistance enfantine. Certes on n'a finalement pas daigné réagir à la ola (parce que faut pas déconner, quand même)…

Mais on s'est régalé. Car il y avait 10.000 spectateurs quand on était moitié moins à Sabathé. Car tout le monde continue à brailler quand survient un gros caramel ou une belle baffe. Car on a vu du jeu et des joueurs remarquables, qui symbolisent la dualité du rugby d'aujourd'hui. Ils ont tous les quatre entre 20 et 22 ans, sont pleins d'audace et de talent. Et ils ont conscience d'être la nouvelle vague du XV de France, jeunes pépites hissant un club modeste parmi les meilleurs, en le récompensant de la confiance accordée à la formation. Ouedraogo et Trinh-Duc vont débuter en Tournoi dimanche, Thomas pourrait les rejoindre. Et puis Picamoles.

75842037cc14811be23e883927d54a4d.jpg



Il y a une semaine, le n°8 du MRC avait déjà enterré Chabal. Là, je l'ai vu en vrai. Progresser de 10 mètres à chaque percée, libérer des ballons toujours proprement,multiplier les gros tampons ou déposer toute la ligne d'arrières adverse tout en vitesse, pour marquer un essai dont je n'aurais jamais rêvé depuis que je suis Montpellier…  Alors même si les joueurs ne nous entendent plus autant quand on leur hurle aux oreilles, on ressort tout content et fier de pouvoir se vanter "d'avoir" Louis Picamoles. On a presque eu honte de faire plouc avec notre voiture télécommandée qui zigzague au moment d'amener le tee au buteur, mais on sourit quant on voit notre ami béotien avec le sourire. Et on peste parce que le club a pas encore inauguré une boutique pour acheter un maillot…

Dans le même temps, on a vu à Auch ou Nérac, dans des bastions du rugby à l'ancienne, des comportements très puants. De quoi ajouter à la complexité de la réflexion…

 

[Mise à jour mercredi, 10h30: la vache! Trinh-Duc titulaire à Edimbourg! Quand on repense au junior auquel on accolait un surnom pas classe mais affectueux… Voilà que le grand François va être en charge du jeu des Bleus. Et il vient de Montpellier! Pour couronner le tout, Ouedraogo sera aussi titulaire. Vive le rugby moderne… Le seul truc emmerdant, c'est que j'ai perdu un pari dans l'histoire, avec un Aurillacois montpelliérain d'adoption (les pires…). Ce dernier prédit également que Picamoles va dégager Vermeulen du XV tricolore dès le deuxième match. A suivre…]

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu