Avertir le modérateur

30/05/2010

10 et der

ALeqM5hMjeLH_dV9_3FZR8Vz60iKpI4GiA.jpgC'étaient aussi des larmes. Mais celles-ci saluent une belle histoire. Autour de nous dans la tribune de presse d'un Stade de France presque plaisant quand le rugby s'en empare, les journalistes auvergnats avaient les yeux mouillés, au coup de sifflet final de cet ASM-USAP enfin victorieux pour les Jaunards. Etaient-elles plus émouvantes que celles d'il y a un an, celles que l'enfant clermontois tentait de sécher dans le RER du retour vers Paris, tandis que son père répétait en boucle et hagard: "Même si on est encore en finale, on ne reviendra pas l'an prochain… "

Bien sûr ça fait plaisir de voir les héritiers du glorieux Montferrand toucher le bout de bois. Et voir Rougerie tout de suite filer le bouclier de Brennus aux anciens en costards pour qu'ils puissent le voir de près, enfin. Comme dirait un Bougnat célèbre reconverti en pionnier de l'info web: "Qu'on se le dise, on ne bat pas l'ASM onze fois de suite en finale"…

Les Jaunes et Bleus au sommet, rien que pour la mémoire de l'immense Jean-Marc Lhermet, d'Olivier Merle (l'homme aux surnoms multiples -"l'homme et demi", "le Massif central", "Merluche"…-), d'Olivier dit "Charly" Magne ou du "Goret" Philippe Saint-André, ça fait plaisir. Et si on repense à Jean-Pierre Romeu, là ça fait super plaisir…




Mais il y a toutefois un goût d'inachevé dans le succès de Clermont sur Perpignan. Comme si cette victoire tant attendue avait finalement peu de chances de rester dans notre mémoire. Mauvais match, quasiment offert par des Catalans sans idées et sans jus, un buteur déréglé (12 points face aux poteaux laissés en route!), une overdose de chandelles et un essai de troisième ligne de Nalaga. Un constat aussi: avec cette nouvelle formule de barrages qualifiant les six premiers du Top 14, mieux vaut ne pas terminer la saison régulière dans les deux premières places sous peine de manquer cruellement de rythme dans le sprint final, faute d'avoir joué de "faux-quarts".

Image 15.png

 

Et puis il y a quand même l'arbitrage, qui aura bien aidé le miracle du volcan qui se réveille enfin. Ça n'enlève rien, évidemment, au succès de la maison Michelin mais tout de même, tant d'erreurs décisives en faveur de Clermont dans ses trois matchs de phases finales, contre le Racing (pénalité avancée de 25m et offerte bien qu'hors les perches /21-17), contre Toulon (essai non valable validé sans recours à la vidéo /35-29 a.p.) et même contre Perpignan, dans une moindre mesure d'importance (touche normalement catalane pourtant volée par Nalaga et vite jouée pour le drop qui achève l'USAP/19-6). Bon, les images de la finale ne sont pas dispos à cette heure, mais il vaut mieux se repasser un résumé de la demie Clermont-Toulon (qui se jouait en "terrain neutre" à Saint-Etienne), tellement il était beau ce match…




cf_200312303400400_w_lamontagne_.jpgMais plutôt que d'en rajouter sur la mauvaise foi, ne pouvant crier à nouveau UuuuUuuuUuusap!, on préfère s'agenouiller devant Morgan Parra. Le demi de mêlée de 23 balais qui n'en finit pas d'impressionner. Le pa(r)ratonnerre du ciel qui s'abat sur la tête des Arvernes depuis Alesia. Premier Brennus, dans la foulée d'un premier Grand-Chelem. Pas encore assez connu pour avoir un best-of sur Youtube digne de ce nom, mais quand même une petite vidéo un peu cucul de fan…



20/02/2008

Gagner pour des idées…

Marc Lièvremont n'en finit pas de contenter l'amateur d'audace rugbystique. Se gaussant une nouvelle fois de la composition (im)probable de «L'Equipe» du matin, le sélectionneur du XV de France continue à faire dans le "new-look" et a choisi Parra à la mêlée. Et ça c'est quand même couillu. Le petit gars de Bourgoin, qui s'est fait bouger comme rarement durant dix minutes de «calvaire de 9» en Ecosse, mais qui a montré de la classe contre l'Irlande, est préféré à Dimitri «impeccable mais chiant» Yachvili, bête noire has-been des Anglais. Morgan Parra à la baguette face à la troisième ligne la plus expérimentée du monde, et face au douloureux public du Stade de France…


359638ca090dc3c1261d6de3b1b69fbd.jpg Ça sent pas forcément la Rose pour les Bleus, mais le Marco il s'en fout. Car Parra, c'est l'assurance de voir une certaine idée du jeu tenter de se développer sur le pré sequano-dyonisien. Des ballons qui fusent vers les extérieurs et une adhésion totale à la stratégie Lièvremont. Ce que le Yach', avec son pied à la Larqué et ses sempiternels ballons par-dessus, ne certifie pas à coup sûr. Si en plus, on ajoute la trouvaille d'un Traille pour buter…

Mais ce qui est le plus passionnément insensé dans la compo du XV tricolore pour affronter les vice-champions du monde anglais, c'est que Liévremont révolutionne tout l'axe 8-9-10, la courroie de transmission de la mécanique des belles intentions françaises. Trinh-Duc à l'ouverture pour son vrai baptême du feu au SDF, et son compère montpelliérain Picamoles en troisième-ligne centre qui déblaie sans cesse, libère toujours des ballons propres et ne recule jamais quand il perce.

450a9eb5ead449c0208adfb6ca536938.jpg Quitte à se mouiller pour soutenir le discours du «moi jeu» liévremontesque, et pour n'être pas encore revenu des prestations du grand Louis au Stade Yves-du-Manoir, je parie mon orgueil que l'Héraultais va marquer les mémoires samedi soir. Même s'il semble évident qu'il faille laisser le temps à l'ambition "french-flair" des nouveaux Bleus (gagner pour des idées, d'accord, mais de gain lent), mon pote devin aurillacois, qui a déjà vu juste sur l'entrée du trio montpelliérain en équipe de France, ne peut pas se tromper sur ce coup-là non plus. Bien que pour une fois, je suis d'accord avec lui et que, généralement, en rugby, quand on est deux à penser pareil, y a un truc qui cloche… Bah, au pire du pire, on chantera Brassens…



 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu