Avertir le modérateur

08/12/2008

Les Bleus-bites se rebiffent

Image 1.pngDe retour d'un week-end lillois à la poursuite de la renaissance des Verts, on peut pas dire que j'ai suivi grand chose de l'actualité sportive du week-end. Les résultats vus du coin de l'œil et L'Equipe du dimanche feuilletée au zinc du Jean-Bart, le plus sympa des troquets du marché de Wazemmes, ont été les seules distractions sportive d'un séjour décroissant question blogging (heureusement que David James m'avait permis d'assurer le coup). Bref, pas grand chose à raconter aujourd'hui, avant que ne s'abatte sur mon portable une rafale de textos et coups de fil de rugbypotes montpelliérains. "T'as lu le Midol?" Et pour cause…

Ah, ah! Comment on rigole moins du côté de ceux qui salivaient de voir le Montpellier rugby-club s'étioler lentement, avant d'être classiquement pillé par le voisin toulousain. Et ben finalement, voila-t-y pas que les petits Bleus (Alleeeeeeeez Bleus!) rebondissent en force. Chabal et Nallet en discussions avancées pour rejoindre l'équipe, avec pour but de convaincre notre quatuor magique (Pica-Fufu-Trouduc et le ptit Thomas) de continuer à animer le Stade Yves-du-Manoir.

J'sais bien que j'ai dit tant et tant de mal sur le Chabalou, mais là ce serait différent. En binôme berjallien de deuxième latte rugueuse avec captain Lionel, ça n'aurait rien à voir. Faudrait juste pas qu'on en vienne à nous vendre des fausses barbes à l'entrée. Et pis faudrait aussi qu'on arrive à se qualifier en H-Cup. Histoire d'assurer la pérennité du club. Et de continuer à y croire, sans perdre son âme…

26/10/2008

Je suis maudit

imageslose-lose-small.jpgSportivement parlant, j'en ai connu des week-end pourris, mais des comme celui-ci, je vois pas. Heureusement que je suis descendu dans la plus belle ville du monde à Montpellier. Soleil, vieux potes et bonnes bouffes, ça aide à surmonter les déceptions. Mais après une double claque aussi lourde, ça compense tout juste… Parce que là, quand même, c'est la lose atomique. Une fucking tragédie. En deux actes.

Premier chapitre: une défaite incompréhensible. Pourtant tout devait bien se passer. Au Stade Yves-du-Manoir, avec notre trio d'internationaux titulaires, contre Bourgoin. Le MRC doit nous offrir du spectacle et marquer des essais. Point de bonus offensif logiquement jouable. Et ben, plus de 24h après, j'arrive pas à comprendre. Picamoles et Trinh-Duc ont été absolument énormes, leurs plus beaux matchs que les ai vu jouer, tout en percussions infaillibles et en inspirations joueuses. Relance de 80m, mouvement perpétuel et overdose de chisteras, tampons sévères mais justes. Il fait beau, la bière est bonne, ambiance sympa dans les tribunes. Oui mais défaite. 12-19. Un essai sur un contre à la con côté Isèrois et un Benjamin Boyet "royal au pied", à l'ouverture berjalienne. Deux vendanges en terre promise (dont une qui aurait du être tout de même validée par l'arbitrage vidéo) et quatre pénalités loupées face aux perches. La bonne nouvelle, c'est qu'on a pris le point de bonus. Mais défensif.

Deuxième chapitre: l'humiliation au Vélodrome. Je le sentais pas ce match. Déjà, ça avait mal commencé. Pas canal, obligé de le mater via internet, et une connexion défaillante. Et au final, quelle honte! Quatre pions à dom', sur quatre occases, le PSG qui prive l'OM de première place, et Mandanda qui se déchire grand luxe. Mes excuses à Mouss (avec qui nous avions débattu au bas d'un post précédent): je m'incline, le chat est en fait une chèvre quand il s'agit de s'éloigner de sa ligne. Je vais être obligé de partir en campagne pour la titularisation de Yohan Pelé chez les Bleus. Pour couronner le tout, alors que Marseille a tenu le cuir tout le match, la partie bascule évidemment sur une volée splendide de Cheyrou, qui s'écrase sur la barre. Balle de 3-1 devenu crépuscule de la bande à Gerets, qui s'était pourtant donné du mal tactiquement. Re-domination, et re-désillusion.

Epilogue. Fais chier, l'incertitude du sport. Et fais chier ce sport où celui qui gagne à la fin est de plus en plus celui qui défend et qui attend. Heureusement, il y a quand même une bonne nouvelle ce week-end, qui fait lointainement écho au mondial israélo-palestinien, initiative dont nous avions déjà parlé sur ce blog. Le premier match de l'équipe nationale de Palestine sur ses terres. 1-1, face à la Jordanie, dans son nouveau stade d'al-Ram, en banlieue de Jerusalem. En ouverture, le speaker a prononcé ce vers du poète Mahmoud Darwich, récemment décédé: «le football est la plus noble des guerres»…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu