Avertir le modérateur

19/04/2009

Sacrés Crocos

bagarre-reims-nimes-les-crocos-n-en-reviennent-pas_25093.jpgAlors que l'on se repaît de la fin de championnat surjouissive qui s'annonce (Viva Brandaõ et "Vive la crise, camarade Aulas!"), on ne résiste pas à l'envie de causer prioritairement de L2. À force de donner dans le fair-play, certes sincère mais qui fait quand même un peu mal, on allait oublier pourquoi on détestait autant les Nîmois. On avait déjà gardé dans un coin de tête les insultes racistes contre ses propres joueurs. Ce coup-ci, c'est d'une autre spécialité des inquiétants voisins qu'il s'agit: cet art consommé de la baston miteuse, cette incroyable propension à se "filer comme des picharagnes", comme aux plus moches heures des fin de soirée trop longue et arrosée à la Scatola de Port-Camargue.

Parce qu'évidemment, si les Crocos répondent toujours présents quand il s'agit de destabiliser l'épopée classieuse de Montpellier vers la L1, au moment de jouer un match décisif pour le maintien à Reims, et ben y a plus personne. Défaite 2-1, avec un horrible maillot vert sur les épaules, comme d'hab "c'est la faute à l'arbitre", et Luis Fernandez nous gratifie d'une belle chevauchée victorieuse. El loco "on fire"…



Alors du coup, comme quand le Nîmois constate au petit matin qu'un Montpelliérain rentre avec la nana qu'il convoitait, et ben ça se finit en baston. Même si pour le coup, ce sont les Rémois qui ont pété les plombs. Logiquement, on devrait être solidaire contre cette agression du Nord de la Loire. Mais non. Le fair-play ok, mais ne pas se réjouir face à une nouvelle démonstration de la lose légendaire gardoise, faut pas déconner. Images amateurs ci-dessous, dont on peut voir une version Canal, au bout de 15'30 en cliquant ici. À la nîmoise…

08/04/2009

Jamais en retrait!

Bien mal passé ne profite jamais. En l'espace de deux matchs et trois jours, deux beaux exemples de "passes en retrait à la con" sont venues heurter notre mémoire, nous faisant toujours plus penser au conseil maintes fois hurlés de Karim dans la cour d'école: "Dégage en touche s'il le faut, mais ne la file jamais au gardien!". Hier, Wayne Rooney a profité d'une magnifique boulette du défenseur de Porto Bruno Alves, qui visiblement n'a pas connu son Karim bambin et qui pensait en plus pouvoir se la jouer "passe aveugle" tranquille…



Forcément, on repense instantanément à une semblable horreur footballistique, lors du PSG-Nice de dimanche, où Péguy Luyindula offre un caviar insensé à Loïc Rémy…




Et là, un vague souvenir trotte dans notre mémoire d'enfant scotché à téléfoot à la charnière des années 80-90, celui d'un Luis Fernandez pataud, au crépuscule cannois de sa carrière. Miracle, la scène existe en vidéo! Et on retrouve avec joie le commentaire lancinant d'un Thierry Rolland déjà vieux, la protection de balle toute pourrie de Luis et la passe en retrait absurde au moment où le gardien azuréen (Michel Dussuyer?) se décide enfin à aller chercher le cuir. Résultat, ça fait but décisif pour Brest d'un certain Michel Milosevic (sublime patronyme), sans doute en avril 91



Un magnifique "but casquette", de la part d'un mec qui adorait en porter alors…



09/01/2009

Charrie pas trop, Luis…

fernandez.jpgVoila donc la polémique du jour, dans le monde des Bleus: Fernandez et Domenech règlent leurs comptes. En résumé, coach Raymond accepte de jouer le jeu de l'interview vérité dans L'Equipe (en parvenant à ne même pas mettre une poire au talentueux mais insupportable Duluc). Sur la défensive, tout en cédant à l'auto-critique, il balance au passage quelques vérités sur ceux qui auraient aimé le voir lyncher à la fin de l'été. Sans les citer. Mais évidemment, entre Larqué et "Duga-Liza", le Fernandez il se sent visé. Alors, Luis (contre) attaque.

Tout en morgue déplacé. «Qu'il cite mon nom, Luis Fernandez, un entraîneur qui a gagné des titres. Lui, il n'a encore rien gagné.» T'as raison Lucho, à part une finale de coupe du monde, notre Raymond préféré (pour qui le Sporting Tertulia est toujours prêt à mourir) n'a pas grand chose à glisser dans son palmarès. M'enfin, Lucho, t'as quand même pas grand chose à avancer non plus. Une coupe de France et une coupe de la ligue il y a 15 ans, et une sous-coupe de patapons aujourd'hui disparue. Pour mémoire, faut quand même se rappeler le parcours du PSG en 1996: Molde FK, Celtic Glasgow, Parme et Rapid Vienne. Soit même pas l'affiche d'une poule de coupe UEFA aujourd'hui.

Comme dirait Papin (P-A-P-hein) dans les Guignols, camembert!

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu