Avertir le modérateur

28/06/2009

Un bon coup de fourchette

les_rubipedes_bille_en_tete.jpgDavantage que des évolutions stratégico-tactiques, les tournées de juin fleurent bon le retour du rugby à l'ancienne. Et avec le recul, cet Australie-France était un peu superfétatoire. A peine a-t-il permis de confirmer une nouvelle fois que le Yach n'a plus le niveau, et que le Beauxis a des pieds à la place des mains. La paire de centre Fritz/Mermoz a de quoi faire saliver, mais n'a pas touché un cuir ou si peu. Mais l'essentiel n'était pas forcément là. Au-delà de la défaite (22-6, la vidéo du match en cliquant ici), les Bleus ont quand même fait une belle tournée. Une qui marque les esprits et les corps, une qui peut entrer dans la légende des séjours anthologiques, où victoire chez les Sudistes se conjugue avec coulisses arrosées.

article_RTXC0RH.jpgCe coup-ci, c'est de Mathieu "Mytho" Bastareaud, et de sa fausse agression devenue chute contre commode, au petit matin blême. Avec secret de mêlée bien gardé, qui contribuera à alimenter le mythe. En plus, voici que les deux Montpelliérains Fufu et Pica entrent du même coup dans le panthéon des Internationaux décadents (fin de soirée avec deux "locales", dans une chambre qu'ils partagent, la classe à la Montpeul…)

Image 36.png

Bref, un esprit est en train de se créer, et la victoire contre les Blacks montrent que le XV de France est revenu à peu près dans le coup. Le pack prend confiance (et Barcella confirme son rang de nouvelle star), les beaux essais sont de retour, la défense est au point. Reste à oser jouer et à mieux se discipliner.

Schalk.jpgUn autre que l'effort disciplinaire doit interroger, c'est le bourrin deluxe Schalk Burger. Le mastodonte sudafricain, dont les charges fougueuses sont désormais accompagnées d'une sacrée collection de casseroles, a encore fait des siennes. Pour son retour sous le maillot springbok contre les Lions, "Schalla" nous gratifie d'une splendide fourchette, sous le nez de l'arbitre et du cameraman…




Un geste d'un autre âge qui nous permet de saluer la découverte du week-end (mais déjà un classique dans l'ovalie 2.0): Lolo Pons. Le pilier droit le plus "à l'ancienne" du rugby français, trouvé sur l'excellentissme Rugbynistère. L'Ariègois de Saint-Girons érige l'anachronisme en sublime, vantant les valeurs des mêlées d'antan avec le verbe rocailleux et le rires gras…




Autre moment culte de la carrière vidéo de Lolo, quand il raconte son meilleur souvenir de rugby, une défaite héroïque dessinant une victoire au retour par forfait. "On est allé plus vite à l'apéro"…





Et pour qu'il y a it un peu de beau jeu dans ce billet, un résumé de 10 minutes de l'intense et haletant Afrique du Sud-Lions britanniques (28-25), conclu par une belle cagade d'O'Gara…


 

20/06/2009

Cédric Immense

77932_FRANCE_HEYMANS_100209.jpgIl y a comme un goût d'amertume déceptive, après ce deuxième France-Blacks de la tournée. Une défaite 10-14 pour les hommes de Marco, mais l'limpression d'être bien plus à l'aise sur le pré. Battus mais loin d'être dominés, les Bleus de Marco commencent enfin à ressembler régulièrement à quelque chose de chouette pour l'amateur de rugby. Aussi bien dans la cohésion défensive que dans l'animation du jeu d'attaque. Les gros ont de la classe et derrière, le souci de faire chanter le cuir est toujours là. Et puis, y a Cédric Heymans.

C'est sans rancœur que le Sporting Tertulia s'incline devant l'ailier toulousain, dont il avait surtout jusqu'ici remarqué le gros cul. Mais après cet essai d'anthologie, où il fume quatre néo-zélandais en funambule rageur, c'est Môssieur Immense…

En fait, ce qui énerve le plus, c'est de voir que ceux qui perdent sont ceux qui ne le méritent pas. Ce qui est finalement rare en ovalie. Alors quand ça arrive deux fois de suite à quelques heures d'intervalles, ça devient limite irritant, comme pour les magnifiques Lions britanniques, qui ont infligé une leçon de beau jeu à des Springboks toujours aussi puissants. Mais sans parvenir à renverser la situation d'un match mal engagé et là aussi perdu à la fin (21-26).




Au final, ça fait double frustration nordiste face à un hémisphère sud bourrin et suffisant. Mais la vieille Europe a retrouvé le sens du jeu d'arrières, celui où la finesse de l'improvisation tente de s'imposer à la brutalité bestiale. A suivre…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu