Avertir le modérateur

15/06/2009

Fignon en pleine tronche

fignon_portrait_maxppp.jpgIl nous aura fallu quelques jours pour encaisser le coup, après l'annonce du «cancer avancé» de Laurent Fignon (l'extrait vidéo ici). P'tain la Figne! Pour être franc, "l'intello du peloton" (avec pour seule intelligence des lunettes et un bac), il ne nous l'a jamais vraiment fait.

Pour tout bon fan de Lucho Herrera, Bernard Hinault ou Stephan Roche (sans oublier Caritoux!!!), Fignon c'était un peu le casse-couille de service, Parisien en prime. Le mec qui suintait la suffisance du débutant qui claque d'entrée deux Tours et qui avait humilié le Blaireau en 84…

 

 

Image 27.png

(Cliquer sur l'image pour lancer la vidéo sur le site Ina)

 


En plus, le mec il se faisait choper pour dopage et il assumait presque la position du laisser-faire. Mais à la charnière des années 90, le binoclard a remporté une étape cultissime de l'histoire de la Grande Boucle. Celle de La Plagne en 87, quand il règle l'horrible suceur de roue ibère Anselmo Fuerte dans un sprint sublime…

 

 

Image 28.png

(Cliquer sur l'image pour lancer la vidéo sur le site Ina)

 

Et puis un an plus tard, le winner blondinet est devenu tellement humain, en incarnant le cauchemar du supporter patriote, bien avant France-Bulgarie. Et l'on se souvient encore de notre stupeur en voyant la détresse du Lolo, tout en se réjouissant secrètement de la victoire de Lemond. C'était le temps des 8 secondes d'écart, du contre-la-montre sur les Champs et de nos premières blagues potaches… sur les fameux "problèmes de selle" de Fignon, bien sûr…



Au début des 90's, Fignon est carrément devenu un Yannick Noah à deux roues: fin de carrière laborieuse marquée par les blessures, et séquences déchéances à foison. Comme sur le Passo Giau, lors du Giro'92…



Mais comme les héros ne meurent jamais, même quand ils ont mauvais esprit, Fignon a aussi touché la rédemption, lors de Strasbourg-Mulhouse: sa dernière victoire d'étape sur le Tour, peu avant la retraite. Crépuscule des (o)dieux, en terre alsacienne. Et le souvenir d'une petite larme écrasée, comme pour saluer la fin d'une époque…




Alors, quand on a appris le cancer de Fignon, eh ben ça nous a fait quelque chose. Et ce, alors même qu'il nous irritait à nouveau au micro de France télé, où il ne pouvait pas s'empêcher de se la ramener face à not' Jaja d'amour. Mais face au plaisir de revoir son bandeau, son maillot Peugeot puis Système-U, son super Giro de 89 et Cyrille Guimard, on avoue quand même une sacrée émotion nostalgique…





EDIT Mardi: Et pour compléter l'hommage, avec infiniment moins de mauvaise foi et infiniment plus de talent que dans ces colonnes, l'inestimable Jean-Louis Le Touzet nous gratifie d'un portrait de la Figne, en der de Libé de ce matin…

25/07/2008

Feu Mimosa

773627061.jpgOn finissait par se lasser du mimosa. Charmant, entraînant, printanier… mais terriblement décevant quand arrive l'été, quand il faut renifler le bonheur. Et bien ça y est, tu la tiens, Mimo, ta revanche! Et tu lui a fais fermer sa grande bouche au Laurent Fignon "qu'on-en-peut-plus-rendez-nous-Patrick-Chêne!-"… Ah, il t'a conspué pendant trois semaines, limite en te traitant de tocard au micro de France2. Fallait l'entendre, "l'intello du peloton" (bac C+ lunettes), ressasser à la Jean-Mimi que t'attaquais "trop tôt", "trop de fois", que "les classiques, c'est pas le tour" et qu'il faut réfléchir "si on peut bien finir avant de s'échapper"… Suffit! Mimosa tu n'est définitivement plus, Chavanel tu deviens et tu t'affirmes…


Ah, tu lui a claqué le beignet au Fignon, et t'es redevenu le Sylvain Chavanel des classiques, mi-panache intrépide mi-gros coup de cul. Celui qui se retrouve face à Jérémy Roy dans le sprint final de l'ante-pénultième étape. Costaud mais pas trop, contrôle de la situation sans faille et gagne à la fin. Si Sébastien, le sprinteur de frangin,  arrive à claquer l'étape des champs, on va pouvoir se mettre à rêver d'une nouvelle fratrie légendaire dans le vélo français.

Alors, avant d'aller se coucher pour partir tôt demain dans la sauvage patrie du Blaireau, et en guise d'hommage aux Chavanel, comme aux frères Schleck qui auront impressionné dans ce Tour, le Sporting Tertulia s'offre un petit top 3 de ses fratries les plus cultes…

 

 3. Ex aequo, les frères Indurain et les frères Jalabert

993146039.gif70026245.jpgLa même histoire pour les deux. Le grand est doué, le cadet fais comme le grand. Mais il est pas terros. Néanmoins, à l'ombre de Miguel et Jaja, les chtiots font une honnête carrière et acquièrent une certain dimension culte. Par un choutte prénom pour l'un (Prudencio Indurain), par une abnégation aussi belle que vaine pour l'autre (Nicolas Jalabert).

 

 

2. Les frères Simon, quatre garçons contre le vent

Alors là, c'est mythiquissime. Quatre frangins au tronches insensés toutes droites sorties des triplettes de Belleville. Et quatre palmarès quasi-identiques qui donne le ton de l'unité, avec une certaine idée de la transmission générationnelle. Pascal (1979-1991), Jérôme (1981-1993), Regis (1984-1989), et François (1991-2002). Les Simon's Brothers recueillent à eux quatre, c'est trois victoires d'étapes (Pascal, Jérôme et Régis), deux maillot jaunes (Pascal et François) et un maillot de champion de France (François).

584641682.jpg1229966467.JPG45629297.jpg1211138728.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

944603282.JPG

 1. Les frères Madiot, de la gueule et de la baroude

On est un peu dans la configuration des Indurain-Jalabert, avec l'aîné Marc qui a fait de Paris-Roubaix son jardin (deux victoires), et qui mène aujourd'hui la Française des jeux. Mais grâce à Yvon le cadet, les Madiot peuvent se vanter d'avoir ramené deux maillot tricolores à la famille. Yvon champion de France en 1986, Marc en 1987. Et puis, ça permet de se revoir un petit "Enfer du Nord'85"…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu