Avertir le modérateur

21/11/2009

L'hallali Attali: mieux vaut Henry(re)…

Image 7.pngQuelle connerie le foot. Trois jours après la qualif de Saint-Denis, on en aura lu et entendu des points de vue contradictoires, sur la mimine à Titi. Du grand n'importe quoi, de l'oie blanche en veux-tu en voilà, des leçons de morale à la con, des prises de parti politico-microcosmiques débiles, des excuses et de la repentance à toutes les sauces, de la honte d'être Français un brin inappropriée (y a quand même bien d'autres raisons plus valables, non?)…

On a failli arrêter le foot, tellement ce gros pataquès démesuré et informe, où tout le monde se sent obligé d'avoir un avis -si possible original-, nous a rappelé le coup de boule de Zidane ou le running-gag de la Marseillaise sifflée. Un moment où l'on regrette d'un coup d'être fan de sport et de devoir se fader les leçons de ceux qui d'habitude se foutent de nous. Evidemment, le summum du grotesque appartient au "Nous sommes tous des Irlandais" de Jacques Attali, juste devant le "Rêvons, rejouons le match" de Laurent Joffrin (sans oublier l'inénarrable BHL). On y opposera la salutaire mise au point de Roy Keane, contre l'Irlande qui ne cesse de se plaindre, faute d'être capable de mettre ses occases au fond.

Grosso merdo, ce qu'on en pense avec le recul a peu ou prou été déjà écrit, notamment par So Foot (ici) et l'excellent blog Plat du Pied Sécurité (ici et ici). Oui c'est moche de se qualifier comme ça, mais des abus y en a tout le temps, les coups de vices sont des gestes techniques aussi propres au sport que les coups de génie (quelque soit le sport, même et surtout dans le plus beau d'entre tous: le rugby).

Les Irlandais sont très sympas, mais s'ils avaient pu nous faire la même ils ne se seraient pas fait prier (cf. le péno contre la Géorgie), et il n'y a aucune raison d'avoir davantage de condescendance envers ce peuple certes anti-britton plein de bravoure, mais quand même franchement bigot limite intégriste et anti-avortement. Tout juste leur reconnaîtra-t-on un art certain de la parodie musicale…


Soyons sincères, une fois le match passé, on a plutôt souri de cette victoire à l'italienne ou à l'allemande (selon la génération à laquelle on appartient). Pour une fois que c'est pour nous, on ne va pas s'en plaindre. Ceux pour qui le foot veut vraiment dire quelque chose voient des petites tricheries à chaque match (parfois s'en délectent -Rhaaaa William Prunier!-). Depuis tout petit, on a appris l'injustice de la vie grâce au ballon (la main de Vata en 89, le carton rouge contre Lolo Blanc en 98, l'ogre Schumacher de 82 et autres poteaux carrés)…

Ce qui retiendra une dernière fois notre attention dans ce débat franchement vain, aussi futile qu'il sera oublié quand commencera le Mondial, c'est la façon dont la bonne conscience social-démocrate a rejoint la vertu méritocratique de la droite libérale. On se croirait presque revenu au temps du référendum sur la constitution européenne, où les gentils anti-triche se retrouvent tous du bon côté de la barricade, face à la plèbe sans principe. A la différence notoire que la compétence et le savoir technocratique sont ce coup-ci du côté de la populace.

Car il y a juste un truc que je ne comprends pas dans le raisonnement des anti-Henry (qui sont également des anti-Domenech, mais c'est encore un autre débat): comment évoquer Pierre de Coubertin (par ailleurs un beau facho) quelques jours après s'être félicité de la chute du mur de Berlin? Comment se branler sur l'avènement du libéralisme pour débander sur l'une de ses plus belles expressions (la fin justifie les moyens… et la qualif peut aider au retour de la croissance), avant de s'offrir un retour de trique sur l'arbitrage-vidéo (cf. Christian Vanneste et Fraidrick Lefaivre), pourtant symbole le plus totalitaire qui soit (l'homme sans faille et la surveillance légitimée comme régulation d'une société parfaite)?

Trop dur à expliquer? Alors, footez-nous la paix, et occupez-vous de moraliser le capitalisme! Les affres du professionnalisme n'ont rien à voir avec les vicissitudes jouissives du terrain, péno simulé, tirage de maillot suant la bière de la veille, coup de coude sur corner. Perso, je ne comprends toujours pas pourquoi personne n'a taclé aux genoux Kostadinov quand il filait au but en 93. Alors en vouloir à Titi sur ce coup là (parce que sinon, c'est mon sport favori)? Non, je ne vois pas. C'est même la première fois depuis 98 qu'il ressemble à un minot joyeux, et non plus à un monstre froid surnuméraire en attaque…

On espère juste qu'un jour les députés et observateurs autorisés pétitionneront contre l'endettement des clubs anglais et espagnols, contre l'homophobie dans le foot, contre les systèmes de dopage génralisé ou contre les filières de recrutement en Afrique.

En attendant, vous pouvez faire vos Pelé pathétiques, moi je reste du côté de Maradona.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu