Avertir le modérateur

08/10/2010

Sur le continent d'Evo

En passant, avant de filer prendre l'avion, une allusion aux vacances à venir dans le pays du roi Futchebol. On ne devrait pas franchement voir la différence, mais ce blog sera donc en sommeil durant trois semaines. Plutôt que d'évoquer le pays de Pelé et des otaries de Copacabana, on préfère se targuer d'aller visiter le continent d'Evo Morales. Parce qu'au contraire de François Hollande le social-démocrate qui laisse filer au but le fils Sarkozy (remember), avec son allure aussi balourde sur le pré qu'il est inconstant dans ses engagements de supporter (remember), on ne se lasse pas de la classe footballistique du président bolivien sur le terrain, observée cette semaine lors d'un match de charité. Ça c'est de la gauche radicale, qui n'hésite pas à jouer dur avec la droite



On ne sait pas encore si l'on parviendra à s'extraire de la Lulamania "FMI-compatible" pour toucher du doigt la nostalgie de la démocratie Corinthianne de Socrates, chère à Besancenot (remember). Mais on essaiera (même si on est contraint, hôtes obligent, de supporter Fluminense)…

27/04/2009

Tu refais plus jamais ça!

En passant, cette scène jouissive pour qui a un côté bourrin plus prononcé que le côté artiste. Ça se passe pendant un Botafogo-Flamengo de gala (finale aller du championnat carioca - 2-2-). Maicosuel fait son Cristiano Ronaldo, avant d'humilier Juan. Ouais, mais faut pas l'emmerder, Juan. On se demande ce qu'il a pu lui glisser comme mot doux à l'oreille…

24/04/2009

FlamengObama

On avait déjà parlé de cet ultra de Barack Obama, fan blagueur des Chicago Bears. Mais voilà que le Flamengo de Rio revendique lui-aussi le président américain dans son kop. Rarement vu sosie aussi raté (on y verrait plutôt une synthèse parfaite d'Arnold et Willy- qui aurait survécu à un traumatisme pédophile)…

09/05/2008

"Gran'ocho" surprise en Copa Libertadores

1622387222.jpgLe "Fla" à plat et le River dans le ravin. Les huitièmes de finale de la Copa libertadores ont accouché d'un "grand huit" inattendu. Parmi les quart-de-finalistes de la champion's league latina: trois clubs brésiliens, deux argentins, deux mexicains et un péruvien. Mais ni de Flamengo, ni de River Plate. Les grands club de Rio et Buenos Aires se sont tous deux fait battre sur le fil de façon invraisemblable, comme dans un cauchemar de supporter du PSG cette saison. Pendant ce temps, le Boca Junior assume son statut de tenant du titre et Quito réussit l'exploit. En attendant les quarts (14 et 21 mai), le Tertulia sporting club vous offre une petit résumé vidéo qui vaut le coup, comparatif de commentateurs télé fous furieux et annonce des quarts à fond les barres…

 

Duel brésilien capital

Le premier quart opposera le Fluminense de Rio au FC Sao Paulo. Le "Flu" s'est tranquillement débarrassé des Colombiens de l'Atletico Nacional (deux victoires 2-1 et 1-0, voir la vidéo en cliquant ici), tandis que les Paulistes se sont payé le Nacional Montevideo. 0-0 à l'aller, 2-0 au retour, et Adriano toujours aussi filou…




Boca dans un fauteuil mais pas dans son stade

Lanus en prend un coup. Les champions du dernier Apertura argentin sont tombés de haut, face aux Mexicains de l'Atlas Guadalajara. Une défaite à l'aller (0-1) et un nul au retour (2-2, voir les buts en cliquant ici), les minots de la banlieue de Buenos Aires achèvent leur rêve, laissant l'Atlas se coltiner un Boca Juniors en plein état de grâce. Les Xeneizes (Gênois) sont allé remis leur tarif de l'aller chez les Brésiliens de Cruzeiro (2-1), avec un pion "titihenryesque" de l'énorme Palacio, puis une tête d'enfer d'«el Loco» Palermo. Consolation pour Cruzeiro, un but so brazil et l'interdiction de Bombonera pour les Boquenses, qui joueront leur quart dans le stade voisin du Velez Sarsfield (because arbitre de touche pris pour cible lors du huitième aller). Ce qui ne devrait pas briser le mythe en marche, tel que le décrit Olé.




Rapla"fla"

"Que decepçaõ!" Incroyable retournement au Maracaña, où le Flamengo s'est fait surprendre par les modestes Mexicains de l'America Mexico, malgré une victoire à l'extérieur 4-2 au match aller! Match de malade et révélation de Salvador Cabañas, qui n'a rien à voir avec le classieux Roberto qui enchanta la rade brestoise. Plutôt de la bonne frappasse contrée qui fait mouche, à deux reprises. Les Brésiliens de Santos (le club de Pelé), vainqueurs des Colombiens du Deportivo Cucuta (deux foix 2-0, le retour visible en cliquant ici), auront l'occase de venger les loosers carioca.




Le calvaire de River, le banco de Quito

Le Monumental des quartiers chics de Buenos Aires a été souillé par la défaite des siens, face aux teigneux de San Lorenzo. Le River Plate s'est fait couilloner dans les vingt dernières minutes par les champions du dernier Clausura argentin, en se faisant remonter deux buts (2-2), après avoir cédé à l'aller 2-1. Pourtant, San Lorenzo y avait mis du sien, en offrant un péno et une expulsion aux Millonarios, pour un suprême coup de coude que n'aurait pas renié William Prunier…




Face aux Rouge et Bleu s'avance la Lega Deportiva de Quito, les petits poucets péruviens équatoriens de la compet'. Les Universitarios ont renvoyé les Estudiantes à leurs études. Le club argentin de Mar del Plata, où joue le regretté Juan Sebastian Veron, s'est fait manger sans discussions. après une défaite 2-0 à l'aller, ils prennent un but casquette d'entrée de jeu, mais gagne quand même le retour 2-1 (voir la vidéo en cliquant ici). Ce qui sauve la face, mais pas les quarts…


Le tableau final du "Gran'ocho latino" est consultable en cliquant ici

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu