Avertir le modérateur

16/08/2009

Bullard flying circus

fulham.jpgRhaaaaaa Jimmy Bullard! Tout juste rentré d'une Feria de Béziers tauromachiquement intéressante et éthyliquement intense, on n'éprouve pas franchement l'envie de commenter la reprise sportive. Du mal à s'extasier sur Usain Bolt (encore plus
qu'il y a un an), du mal à s'extasier sur les Mondiaux d'athlétisme (le syndrome Patrick Montel), Montpeul qui prend une valise à Brive en ouverture du Top 14 et vendange à Lorient.

Tout juste pourrait-on s'enthousiasmer sur el Magnifico Tino Costa (pour les béotiens, un aperçu ici), qui avec 1 but et 1 passe déc' en 1 match prouve qu'il a le niveau L1 des grands meneurs de jeu à la sauce Paillade (Gérard Bernardet, Christian Pérez, Carlos Valderrama…) Mais comme on est d'humeur légère et encore en vacances pour quelques jours, on a eu envie d'opter pour la détente "nonsense" plutôt que pour le stress des classements.

Alors, Jimmy Bullard.

On va pas se mentir, étant peu spécialiste de foot d'Albion, la silhouette du milieu de terrain sans âge ni palmarès nous était totalement inconnue. Ayant évolué dans un paquet de clubs laborieux (Peterborough, Wigan, Fulham), on n'avait rien su de sa lente mais sûre progression de la troisième division jusqu'à la Premier League et aux portes de la sélection nationale (deux fois retenu par Capello il y a deux ans, il n'est pas rentré en jeu). Le seul truc pour lequel on aurait pu en avoir entendu causer, c'est quand il proposa ses services à l'Allemagne en vue du Mondial 2006, de par sa grand-mère teutonne. Mais on avait raté cette info. Et pour nous, Bullard demeurait un vague souvenir de NBA, époque Houston Rockets.

Et puis ce soir, tel un orpailleur se saisissant d'une pépite XXL, on est tombé sur le making-off de la présentation des joueurs de Hull City (son nouveau club), à l'occasion de l'ouverture du championnat anglais ce week-end…




On a alors découvert Jimmy Bullard. Une vraie déconne british mais bien, option joie de vivre et sens de la déconne communicatifs…


Passons sur cette autre présentation officielle foirée en fou rire (époque Wigan, mais images pas terribles), car Jimmy Bullard, c'est aussi de la poilade de vestiaires, pas vulgaire, juste enfantine…




Passons sur cette participation à un concours de "coup-franc dans ton cul" (ici, à partir de 3'50), car Jimmy Bullard, c'est aussi l'espièglerie adolescente et incrédule face à cette brute de Duncan Ferguson. Façon Cohn-Bendit devant le CRS




Jimmy Bullard, c'est enfin un sens de l'absurde qui frôle le sublime, comme contre Arsenal, en demi-finale de la Cup league en 2005…




Cette dernière séquence nous fait immédiatement penser aux Monthy Pythons. Tout comme Jimmy Bullard, malgré ses 30 ans et son horrible blessure (ici en vidéo) qui l'a privé de ballon 16 mois durant, symbolise la fameuse chanson de "La vie de Brian": "Always Look on the Bright Side of Life". Miracle d'internet, la similitude a déjà frappé un Youtuber. Lala, lalalalalalala, lala…




Et pour la version originale et la tronche de Michael Palin (qui ressemblerait presqu'un peu à Jimmy Bullard), c'est ci-dessous. L
ala, lalalalalalala, lala…


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu