Avertir le modérateur

30/09/2010

L'Alberto qui cache la forêt

Image 18.pngAlberto Contador, avec mes vélopotes, on a interdicition éthique de le jouer au mythique Pool de la Flamme rouge, tellement on le sentait qu'il allait se faire prendre. Le superchampion espingo avait trop traîné avec Manolo "Vaaaamos a la farmacia" Saiz pour être totalement crédible. Et ben, on a eu raison. En même temps, il n'y avait qu'à lire et croire l'excellent Antoine Vayer, comme d'hab. Le seul truc qu'on pouvait pas prévoir, c'est l'effort innovant du "steack contaminé" comme excuse, une justification encore inédite dans l'histoire de la triche cycliste.

Le triple vainqueur du Tour de france rejoint la cohorte des dieux dopés de la pédale, tombant comme à Gravelines (sur les pavés du Nord). Rien qu'aujourd'hui, le deuxième de la Vuelta toute récente, Ezequiel Mosquera, s'est lui aussi fait choper la patrouille. Et pourtant, la patrouille ne va pas fort, comme tend à le prouver la démission de Pierre Bordry de l'AFLD, vendredi dernier. Pour parachever la morosité du moment, on peut y ajouter la démission de L'Equipe concernant l'investigation autour du dopage. Mais aussi, fut bien l'avouer, nos regrets plein de scrupules en voyant se faire attraper des chaudières pourtant bouillantes de panache, comme Vinokourov le magnifique…

Cependant, une patrouille, même patraque, qui sort autant d'affaires, on en voit dans quel autre sport? Nan, parce qu'il y en a marre de se taper, toute la journée au boulot, le retour de la revanche de l'éternel "Ouais de toute façon, au vélo c'est que des dopés!" En réalité, si le dopage est présent dans le vélo jusque dans les courses amateurs, depuis vingt ans les mecs tombent régulièrement, nous permettant d'entretenir notre naïveté enfantine. Et de croire inlassablement et naïvement au Tour du renouveau, chaque année. C'est quand même mieux que de faire le donneur de leçon, qui regarde ailleurs dès qu'il s'agit de football, par exemple…

 

 

17/07/2008

Nique le Cobra!

1868607838.jpgBon ben voilà. On va encore essuyer les sarcasmes des anti-Tour. Riccardo ta race! Comme d'hab', c'est celui qu'on aimait le plus, qui panachait tant et tant dès que la route s'élevait, qui avait une grande gueule réjouissante et un surnom ("le cobra") qui claque… Ricco est dopé, la Saunier-Duval s'est replié au pays du docteur Fuentes, et on a encore l'air de supporter aussi niais que naïfs. Mais tout indéfendable qu'il soit, comme avant lui Marco "il Pirata" Pantani, Richard "à l'insu…" Virenque ou Gert-Jan "il est ou Stephen Rooks" Theunisse, le coureur italien est une composante dramatique essentielle du Tour de France. Une esthétique de la triche mêlée à un sport de besogneux héroïco-pathétiques. Avec des contrôles, bon an mal an, qui se renforcent. Parce qu'Anquetil, Merckx ou Armstrong ont été plus malin ou chanceux que Delgado ou Vinokourov… Et puis, ça donne de l'intensité à la Grande Boucle. Sincèrement, une belle exclusion du tour, c'est comme un No Comment d'Euronews, ça donne un petit frisson…

Plus "indetectable" que l'EPO, le CERA a pourtant été de suite détecté. Réconfort. Et les tifosi italiens ont la détresse colérique à la fois digne et immédiate, comme l'évoque cette vidéo postée sur Youtube quelques minutes après l'annonce. Digne, immédiate et un peu grossière. Re-réconfort…


Pour conclure cette tertulia un peu amère, rien de mieux qu'une vidéo-métaphore au message très philosophicocucul. Genre «la candeur enfantine qui avance face au cobra et le chasse de son tapis de jeu préféré, ignorant les offenses et les piqûres…» Tout en étant conscient que ça n'arrive qu'en Inde. Loin des forçats de la route…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu