Avertir le modérateur

08/12/2009

Que Canto

En passant, un beau moment de bravoure et d'insurrection cantonien. Interrogé à l'occase d'une conférence de presse sur ce que voulait dire pour lui "être Français", voici ce qu'Eric Cantona répond, visiblement touché par sa rencontre avec Ken Loach (remember):

"Etre français est-ce que c'est devoir parler français, chanter la Marseillaise, lire la lettre de Guy Môquet? Ca c'est être con! (…) Etre français c'est être révolutionnaire, d'abord (...) On ne peut pas accepter tout ce qui se passe (…) Les responsables politiques balancent ce débat avant les élections. Tout le monde en a conscience mais (...) on leur sert la soupe car c'est ce qu'ils veulent. Donc arrêtons d'en parler, et parlons de choses beaucoup plus sérieuses et beaucoup plus graves (…) Ce qui m'inquiète, c'est qu'il y a des gens qui voient ces choses et qui s'habituent. On s'habitue à ce système, à ce qu'il y ait des gens dans la rue, à tout ce qu'on nous balance à la télé, à la manipulation des politiques, à leur bourrage de crâne, à s'abrutir (…) Il faut se battre contre nous-même, contre nos idées reçues, contre la facilité, et arrêter de se dire que tout ça fait partie du décor"… What else?

 

 

Edit: et pour bien enfoncer le clou, Canto qualifie ce 10 décembre de "débat pour attardé" les tables rondes de Besson. Rhaaaaaa…



 

 

13/05/2009

Cristiano ce grand enfant…

Alors oui, toujours avec un peu de retard sur l'actu, et avant de filer voir l'ante-ante-pénultième épisode de la L1, le Sporting Tertulia ne peut s'empêcher de s'en prendre à l'une de ses têtes de turc préférées, la belle au ballon d'or Cristiano Ronaldo. Dernier caprice en date de la starlette: le trépignement façon cour d'école au moment de son remplacement par Sir Alex Ferguson (à noter que c'est Harry Redknapp qui prend sa défense en fond sonore)…



Quand on repense à un autre 7 célèbre de Mancunia (mais alors sous les couleurs de l'OM), on voit que le caprice perdure à travers les âges, mais Canto au moins, avait de l'aplomb…



Bref, le concours de bite entre CR7 et Eric the King est indéniablement gagné par le second. Quant au premier, il a semble-t-il l'habitude d'en voir des plus grosses que la sienne…

28/04/2009

Canto et Castro

Un peu de "Sport is politic" ne nuit jamais, au comptoir de la tertulia. Et si en plus ça se passe au ciné, c'est encore plus jouissif. Merci à The King et Oh Ah Cantona d'avoir fait rebondir notre attente insoutenable du futur opus de ce trotskyste de Ken Loach, dans les com' d'un précédent billet dévoilant la bande-annonce. Ainsi, selon le premier, "Looking for Eric" serait très décevant. Diego merci, selon le second, ça va le faire. Avec un nouvel extrait vidéo pour tenter de nous le démontrer (et le Sporting en rajoute deux autres, ici et )…



Et tant qu'on est en verve engagée (et pour éviter les accusations de bolchévique), on signale également la sortie d'un film-documentaire paraît-il magnifique, intitulé KnocKoutKuba. Ou l'histoire terrifiante de ceux qui boxaient pour Fidel et qui crèvent désormais dans la misère…


02/04/2009

Cantona/Loach: le King et le must

l-homme-qui-aimait-les-fans,M15328.jpgAvec une jouissance non dissimulée, le Sporting Tertulia livre un avant-goût du mythiquissime meilleur film de tous les temps à venir, "Looking for Eric", avec Ken Loach derrière et Cantona devant la caméra, dans une histoire de postier devenu fan de Man United et du Marseillais. On en avait déjà parlé il y a un an, quand le projet avait été révélé (l'occase, en cliquant ici, de réécouter Raymond Bizarre chantant "The King", et de se revoir une scène footballistique de Kes, le premier opus du trotskyste et génial cinéaste). On peut également lire un reportage de tournage par Telerama, avant de saliver devant la bande-annonce, et sa conclusion qui promet déjà d'enterrer Diego et l'horripilant Kusturica: "I'm not a man, I'm Eric Cantona…




Edit 00h30: Signalé par l'ami Victor de Toulouse (qui l'a trouvé sur le Post), ce moment de bravoure de 2001, dont on n'avait pas souvenir, qui voit Canto se payer rageusement le pape et sa rolex, ainsi que les journalistes présent sur le plateau d'une obscure émission cablée…


 

24/03/2009

L'amer Michel

bob10.jpgEn passant, ce petit plaisir par la bande pour saluer la nouvelle démission forcée d'Henri Michel, l'exotique Don Juan aixois, sorte de Courbis en version honnête. L'historique milieu de terrain nantais connaît une nouvelle péripétie dans sa carrière de bourlingueur impénitent.

Cette fois-ci, le coach de Platoche le Mexicain en 86 s'est fait chasser du club sud-africain des Mamelodi Sundwons. Littéralement. Pourchassé et menacé de mort après la défaite en demi-finale de coupe (vidéo ici, mais seulement du match), à quelques encâblures d'une fin de saison ratée (comme si l'OL était quatrième, pour résumer). Manquait juste le goudron et les plumes.

Irrépressiblement, on repense à cette séquence culte de notre jeunesse: le "Henri Michel est un sac à merde" de Canto. En 1988. De l'art de l'arrogance vulgaire et mythique à la fois, façon Mickey Rourke jouant dans un Guédiguian

04/09/2008

De l'art du tacle en kung-fu

1824865009.jpgRhaaaaaaaaa, les salopards qui s'assument… Dans la continuité de nos "Affreux, sales et méchant" de la veille, le Sporting Tertulia tient à saluer le milieu déf' du club argentin de San Lorenzo, Sebastian Mendez, qui a dépoussiéré le week-end dernier l'un des panthéons les plus cultes du jeu de ballon. Celui des tacles aériens, façon "Bruce Lee sur ta gueule (ou ton genoux) et j'en ai rien à foot, parce que je suis méchant, méchant, méchant oh oui méchant!"

Mendez ajoute ici une pincée de traîtrise sournoise à la tradition patrimoniale de ce geste technique rare, tant il n'est l'apanage que de ceux qui revendiquent leur "bourrinitude" sans limites. Il n'hésite ainsi pas à agresser dans le dos. En l'espèce, c'est le Brésilien Falcaõ de River Plate (bien fait!) qui trinque, se mangeant un "kung-fu" limpide en plein dans les omoplates…


C'est l'occasion de rendre hommage, sous forme de top 3 vidéo, à la sainte trinité footballistique de la voyouterie façon "coup de pied sauté". Car il ne s'agit pas de sacrer des salopards à la Frank Jurietti, dont le talent en matière de "coup de pute" nous ravit par ailleurs (la preuve par l'image en cliquant ici, et un joli chant de supporters en son hommage, ici). On ne cause pas tacle par derrière et provocations à la limite du malsain en ce moment, mais bien "high-kick dans ta face", spontané et fou. Alors, y a bien "Sex, Drug and Cyril Rool" pour avoir tenté l'arabesque martiale. Mais ça compte pas, car en bon Azuréen, le Cyril, il frappe un homme à terre (Cufre de Monaco s'en souvient encore).

Au pied du podium, on est obligé de citer deux glorieux anonymes (si vous avez les noms, je prends), concourrant au titre de "plus belle allégorie tacle à la gorge. L'un semble allemand (si l'on en croit la voix du commentateur), l'autre est peut-être belge (si l'on en croit les maillots pourris, un logo qui ressemble à celui de la RTBF, l'élégance "à la Van Damme")… Mais les trois "kung-fu tacleurs" les plus cultes sont à chercher du côté de l'Irlande, de l'Angleterre et de la France.

 

3. Roy Keane, le "low-kick" à l'Irlandaise. Tout en rancune lentement refroidie, Keano met fin à la carrière du Norvégien Alf-Inge Haaland, en 2000. En plus de la réalisation techniquement impeccable de l'œuvre, on notera la justice (certes de type privé, donc contestable) qui l'entoure. Le même Haaland avait flingué le début de saison du grand Roy, trois ans plus tôt, le traitant en sus de "simulateur". Du coup, c'est "kung-fu dans ton genou"…




2. Joey Barton, le "coup des pied dans les couilles" tout droit sorti du pub. Inutile de ressasser une énième fois la fabuleuse carrière d'Ugly Joey (on en a récemment causé ici), mais il a toute sa place dans un tel top 3, après son hallucinante agression du pauvre Dickson Etuhu qui n'avait rien demandé, surtout pas de se faire émasculer par les crampons de Joey Baston…





1. Eric Cantona, le "kung-fu master", de Der Zak' à Mathew Simmons. Bon, le fameux geste de Crystal Palace, on le connaît par cœur. Pour ceux qui veulent vraiment se le remater, ça se passe ici. Mais tout de même, ça reste un supporter. Culte, mais éloigné du sujet, car un peu triché. On préfère se remémorer l'incroyable "pieds-joints -> genoux" de Canto sur le malheureux Michel der Zakarian. Blessé six mois, il se relancera la saison suivante à Montpellier, où il retrouva… Cantona, en 89/90. Bizarrement, le courant n'est jamais passé…

 

01/08/2008

Beach, oh ma beach…

842661098.jpgUn petit top 5 en passant, des plus beaux buts du récent Mondial de beach-soccer. Attention, y a du très lourd! De quoi nous convaincre encore davantage qu'il se passe quelque chose de ce côté-ci de la planète ballon. Dans une récente interview à L'Equipe mag', Eric Cantona expliquait avec son enthousiasme poétisé à l'extrême que c'est sur le sable que le foot se réinvente. Combinaisons de jeu innovantes modernisant le rôle du gardien, apologie du geste technique mi-gri-gri mi-efficace, cheminement ultra-direct des trajectoires vers le but…  Si l'on y ajoute un incroyable Espagnol "bicyclettador' qui file un coup de vieux à Amara Simba (Amarelle), un ruscof à la frappe de mule (Leonov) et un Brésilien au coup de rein qui claque (Buru), ou le fils caché de Diego, ça devient carrément sublime…

Le titre de ce billet est évidemment un hommage à Frank Alamo… 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu