Avertir le modérateur

12/02/2009

La main (albice)leste

Avec le recul et malgré les litres de bières qui entravent l'analyse, on ne peut que ressortir frustré de ce France-Argentine. Vingt minutes à peu près au niveau et puis la déroute. On a beau se dire que les Argentins sont les meilleurs du monde, mais qu'ils finissent toujours par perdre en quart au mondial, le résultat ne fait pas un pli. Combat physique, aisance technique et réalisme offensif ont choisi leur camp, et les Bleus paraissent incapables de renverser l'ordre des choses.

Facile de tomber sur Mandanda, qui ne parvient pas à être décisif aux moments décisifs. Mais la défense de Bacary Sagna ne permet pas grand miracle. Mix des cauchemards olympiens, entre Zubar pour la passivité et de Taïwo pour le replacement, le latéral s'est bien galéré au Vélodrome. Gourcuff s'est asphixié tout seul au milieu d'un entre-jeu où il n'a jamais réussi à trouver sa place. Anelka rate l'occase que l'on ne doit pas rater vu le contexte (à la façon d'Henry contre l'Italie au dernier Euro). Domenech exporte son mal-être sur toutes les pelouses de France, oubliant même de faire entrer Mohammed Dabo à la 89e pour emmerder tout le monde. Diego se frotte les mains devant une seleccion qui va trop vite pour ne pas craindre le claquage d'ici 2010 (mais Riquelme aura la charge de ralentir le jeu). Et puis Leo Messi, contre qui on ne peut rien faire, si ce n'est espérer que Ribéry puisse s'en inspirer…

09/11/2008

Back to the Laporte

20071019laporteinside.jpgAh ben ça c'est sûr qu'il l'a adapté, le XV de France, not' bon Marco. En regardant ce match contre l'Argentine, on se serait cru au début des années 2000, quand les Bleus de Laporte s'était hissés en haut de la hiérarchie mondiale. À l'époque, on avait oublié de faire la tronche. On gagnait. C'était moche, on faisait que tataner et défendre comme la muraille de Chine. Mais c'était le rugby moderne, qu'on se disait.

Depuis, on a vu que même les Sudafs et les Anglais se remettaient à la balle à l'aile. On a vu aussi avec les Fidjiens ou les Gallois et, dans une moindre mesure, l'Argentine, qu'un autre rugby était encore possible. D'ailleurs Marco nous avait promis du champagne à sa prise de fonction. Et la première saison a été goûtue et alléchante. Même si on prenait des branlées, on découvrait des nouveaux joueurs et on envoyait de jeu de nos 22.

Oui mais hier soir, la défaite n'était plus permise. Alors, retour aux fondamentaux. Un XV expérimenté avec une ossature toulousaine, une ligne arrière de botteurs qui n'a relancé qu'une ou deux fois, préférant se lancer dans un concours de coups de pieds réalistes et efficaces. Devant, du lourd qui reste concentré sur ses bases. Un 5 de devant qui a su affronter la bajadita argentine, provocatrice et pleine de truquerie. Au milieu, une charnière ultra-prudente et classiquement nickel. Derrière, une défense retrouvée, avec une troisième ligne au four, au moulin, et à la boulangerie. Imanol en cannes, Dusautoir à l'abattage et Picamoles.

On se répète, mais Picamoles. Royal en touche, destructeur au ruck et puissant en course. Sa course de 40m depuis sa ligne d'enbut restera la grand moment de ce match ô combien terne et laportien. Une chevauchée comme on en voit 5 ou 6 par match au stade Yves-du-Manoir de Montpellier. Et le "talent d'or" à la fin. Trophée ridicule mais culte, qui démontre que Pica a changé de statut et devient reconnu par le public.

Alors voilà, c'est sûr qu'on a gagné. C'est sûr qu'on a enfin repris le dessus sur les Pumas, qu'on est redevenu techniquement au point en défense et qu'on a reconstruit une équipe. Mais qu'est-ce qu'on s'est fait chié! En espérant que c'est du provisoire du aux blessés et au besoin ponctuel de victoire, mais là franchement, Marco, si c'est pour jouer comme ça et abandonner le french-flair cher à Mister Rugby, je te suis pas… Quand tu nous a pas promis de jouer comme avant, c'était avant Laporte!

Reste que la plus belle image de la soirée d'hier n'est pas disponible sur le ouaibe. On veut parler de l'hymne albiceleste, chanté par le délicieux pilier retraité Omar Hasan. Pas grave, il chante aussi l'ave maria…

22/08/2008

Le Brésil sauve l'honneur, l'Argentine prépare sa fiesta

En passant, depuis l'université d'été des Verts où l'on trouve de tout (une librairie anti-foot comme l'organisation d'un match de street-soccer), un petit résumé vidéo de la médaille de bronze brésilienne, fastochement obtenue face à des diablotins belges qui n'ont plus la frite depuis leur victoire héroïque face à l'Italie en quart. Ronnie n'est pas venu pour rien, même si on ne peut pas vraiment parler de foot champagne…


Et en avant-goût de la finale savoureuse de dimanche à l'aube, un extrait de la fiesta autocarienne des Argentins après leur victoire en demi-finale contre ces mêmes Brésiliens. Faisez pas trop la fête, les gars, c'est quand vous vous croyez arrivés que vous prenez des roustes…

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu