Avertir le modérateur

31/08/2009

On joue le titre!

Image 13.pngC'est le cœur tout léger que je rentre enfin sur Paris, après le marathon des universités de rentrée écolo-anticapitalo-socialiste. Un brin épuisé, mais quatrième!!! Le truc qui change le regard des collègues au bureau. Surtout "chef Michel", qui est Niçois. Montpeul est quatrième du championnat de France de foot. Bien sûr, chaque année un petit club vient faire le malin jusqu'à la trève avant de s'effondrer et de finir 14e, et si c'était le cas ce serait déjà formidable.

87-88-bernardet.jpgMais on ne peut rien contre l'ivresse de sa nostalgie. Et on ne peut pas s'empêcher de rêver à la saison 87-88. Déjà celle d'un promu. Ma deuxième comme supporter (après la montée obtenue contre Lyon, 3-1 de mémoire).

Le MHSC de Christian Perez, Roger Milla, Gérard Bernardet (photo), Patrick Cubayne ou Albert Rust avait claqué une héroïque troisième place juste derrière Bordeaux et Monaco (dernier match 4-0 contre l'OM, avec Papin qui chiale sur le pré pailladin). Lolo Blanc était déjà capitaine. Désormais, notre gamin intérieur se remet à rêver de la classe de Costa et Montaño, de la roublardise de Pitau et Dernis, et de l'insouciant enthousiame juvénile de la génération Gambardella.




1288-87.jpg La Butte Paillade retrouve même ses excès de petit kop à la sudaméricaine. Bon, là quand même, le coup des bombes agricoles, c'est un peu crétin. En plus, ça oblige Loulou Nicollin a ouvrir la boîte à interventions scabreuses. On se souvient alors de la dualité intrigante de mes sentiments pour Loulou. De la honte, beaucoup, mais quand même une sourire de sudiste un peu con mais fier. Comme à la fin de cet extrait, où il réplique à un chant de supporters ("Suceurs de marseillais" -visible ici- raillant le fait que l'OM a joué son premier match à domicile au stade de la Mosson). "On n'est pas des suceurs de Marseillais, d'ailleurs si on peut les niquer, crois-moi que je serai heureux". Le grand retour du 34e degré




Quant au match nul entre Marseille et Bordeaux, voilà une bonne nouvelle: on a pris deux points en vue du titre…

10/08/2009

Reprise en douceur

En ces temps de farniente festif et donc feignasse, on a suivi de loin la reprise de L1. Et, après coup, outre le déjà magnifique Emir Spahic qui a offert au MHSC un nul à dix contre onze contre les Parigots, on retiendra Gourcuff. Ah non, pas ses deux pions contre Lens. Plutôt son magnifique loupé, au moment de délivrer un caviar à l'attaque bordelaise. Bug insensé d'une idole pourtant en état de grâce…

24/05/2009

À petite échelle

_41868478_juninho_getty416.jpgPénultième journée de L1 et toujours pas de Bordeaux sacré. L'OM fait de la résistance et peut s'en remettre à Savidan pour réaliser un miracle que même la Bonne mère n'espère plus. En L2, Montpeul va jouer avec le cœur du Sporting Tertulia, lors d'une finale d'accession contre les Alsacos, après l'arrangement chtitoyable entre Lens et Boulogne… Bref, rien de décisif. Alors, Juni.

Telle une belle fin de règne, voire de cycle, les Lyonnais se sont offert une impeccable symbolique d'adieu contre Caen (3-1), avec des pions de Juninho, Govou et Benzema. Trois tauliers de l'invincible et insupportable mainmise rhodanienne, qui saluent un club comme on conclut une histoire d'amour. Cerise métaphorique sur le gâteau des nostalgies gones, le Brésilien tire sa révérence en plantant son 100e but sur péno…



À la vue de ces images (et du supporter lyonnais qui se met à genoux pour pathétiquement implorer l'idôle de rester -et tant pis s'il est déjà vieux et décoratif-), sans vouloir s'acharner, on ne peut s'empêcher de penser à ce que furent les fiestas des grands Brésiliens dans des grands clubs. Le 1.000e but de Pelé au Maracaña par exemple. Egalement sur péno, mais avec un match arrêté derrière…



Même en version laborieuse, et en comptant ses buts en interclasse de sixième, le 1.000e de Romario avait aussi une autre gueule. Sur péno aussi…



C'est aussi ça, Lyon. La classe, mais au 1/10e. À petite échelle…

07/02/2008

Balbirturique

0331f4d4ff230b6e74b72cb9d43469d3.jpgBon, c'est vrai que cet appel d'offres de la Ligue signifie la fin pour les téléspectateurs de voir les buts de L1 gratos. Mais franchement, se taper Carlier et Courbis le dimanche matin, ça devenait franchement indéfendable auprès de nos  chères et tendres… En plus, les buts du championnat, on peut les mater dès le samedi soir sur Dailymotion (et sur 20minutes.fr). Et puis il y a un moment où faut arrêter avec la résistance au libéralisme dans les droits du foot. Ou alors on propose un service des sports de qualité. Pas Daniel Lauclair sur les bords de la pelouse.

Nan, cette nouvelle, elle fait juste plaisir pour Denis Balbir. Imaginez le gars, il quitte Canal (la gache en or) pour faire le kéké gominé en plateau, genre présentateur vedette. Avant, il hurlait avec un certain talent "façon latino", certes pour un tir qui finit en touche, sur la chaîne qui a réinventé le traitement du foot à la télé. Maintenant, il se tape les vannes de Patrick Montel à la machine à café et se la joue fossoyeur de presse alternative quand on écorche son melon. Et voilà que son émission, France 2 Foot donc, va s'arrêter dès l'an prochain pour filer sur… Canal. C'est mesquin, mais ça me fait rire…

Coup de grâce, Daniel Bilalian assène au sujet de son avenir:
«Chez nous, il y a pas mal de boulot. Les journalistes peuvent passer sur nos autres émissions comme «Tout le sport» ou «Stade 2». Quant à Denis Balbir, il restera notre commentateur de premier plan, pour la Coupe de France et la Coupe de la Ligue, la Coupe d’Angleterre et, plus près de nous, la finale de la Coupe d’Afrique des Nations.» Avec Gérard Holtz en consultant?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu