Avertir le modérateur

16/11/2009

Ô vieillesse ennemie…

31619-canne-vieux-vieilles.jpgIl est désormais trop tard pour réagir à cet intense week-end sportif marqué du sceau sud-africain. A la bourre sur les recompositions gaucho-écolos, on n'a pas franchement trouvé le temps pour s'émouvoir sur la belle gueule du XV de France et sa victoire comme maman springbok dans papa springbok (analyse + vidéo, chez Mister Rugby). Ni sur l'éthylique enchaînement Egypte-Algérie + Irlande-France (résumé vidéo + énorme sketch Action discrète, chez Honkytonk).

A peine ne pourrons-nous pas nous empêcher de noter le massacre reggae de l'hymne sudaf, nous faisant irrémédiablement penser à cette vanne de bahut vieille comme le monde et celui qui la chante: "-Que dit un rasta arrêtant de fumer? -C'est quoi cette musique de merde?» Rastafaraï…




Sans doute le poids de trente années tertuliesques, on n'a donc plus le courage de se lancer dans une quatrième mi-temps à base de Barcella par-ci et de Dusautoir au hasard. Mais on ne résiste pas à se moquer de plus vieux que nous. Comme Rene Higuita. Le parrain du Sporting Tertulia, avec son mythique "coup du scorpion" de Wembley. Déjà, il avait commencé à galvauder son exploit acrobatique (remember). mais depuis ce week-end, il en est réduit à animer des avant-matchs de championnat mexicain, avec une quinzaine de gamins aux pieds carrés. Certes, cela se passe lors d'une inauguration de stade, avec Pele et Blatter en tribunes, mais quand même. Voir Higuita ressembler à une version ballon de Michelle Torr à la quinzaine de la saucisse de l'Intermarché de Moulins, eh ben ça fait quelque chose. Drame de la vieillesse…

 

30/11/2008

Il venait d'avoir 18 ans

En passant, des nouvelles de l'une des mascottes du Sporting Tertulia, le grandissime René Higuita. On a déjà tant et tant glosé sur le fantasque gardien colombien, de sa résurrection à 42 ans dans un club colombien de seconde zone jusqu'à son remake du fameux coup du scorpion. Mais voilà qu'el Loco repasse à nouveau les plats de l'histoire, cette fois-ci en version tocarde. Et de nous rappeler, dix-huit ans plus tôt qu'en dehors de ses cages, c'est vraiment pas la sécurité sociale. À gauche, sa cagade face à l'indomptable Roger Milla, lors du Mondial 94. À droite, son nouvel exploit, avec son club de Pereira (où il a été tout récemment transféré), contre l'America Cali le week-end dernier. Le roi de la boulette sans âge…


29/07/2008

Bozza est (presque) de retour!

1545148278.jpgRhaaaaaaa Mark Bosnich… Du bon gros gardien australien, bien culte. L'ancien éphémère et cireur de banc à Manchester puis Chelsea, nous gratifie d'un retour au ballon. Retraité pour cause d'addiction à la cocaïne, "Bozza" a bossé pour sa légende de donkey un peu bourrin, un peu mal dégrossi, un peu beauf qui tombe dans la drogue à cause d'une top-model qu'il imaginait même pas pouvoir se taper un jour, même un peu…

Et ben le Mark Bosnich, malgré ses 36 ans, il en a rien à foutre de sa sale période en Albion. Lundi, il était de retour au pays. Premier match depuis sa suspension en 2002. Et vu qu'avant, il était remplaçant, son dernier match officiel en club remontait à 1999…

Et là, il a la classe! Le grand match. Alors qu'il cherchait à convaincre le coach de l'embaucher pour la saison de A-League, Bosnich est ovationné par les supporters des Central coast Mariners de Gosford, après la victoire 3-0 contre le FC Sydney en match de préparation (une vidéo amateur de son remplacement à la 80e, sous les vivats du public, visible en cliquant ici). Avec une palanquée d'arrêts qui forcent le respect.




Pour reprendre un titre déjà utilisé par le Sporting Tertulia avec le cousin latino Higuita (qui a lui aussi retrouvé l'œil du scorpion): Mark Bosnich, 36 ans, est remis sur les bons rails. Pour mémoire, quand il évoquait son addiction, il se permettait quand même de citer Luther King: «La vie ne vaut pas d'être vécue si l'on n'a pas une cause pour mourir…»

Mais le problème, c'est que les Mariners ne semblent pas prêts à l'embaucher. Bas-toi, Bozza! On a trop envie que tu nous fasse une Robbie Fowler, intégrant dans la seconde le panthéon tertulien des génies junkies. Même si Robbie est quand même indéboulonnable



 

25/07/2008

De l'art d'accomoder les (beaux) gestes

En passant, une petite vidéo trouvée sur Sky Sports, faisant écho au récent sondage ayant érigé le "coup du scorpion" de René Higuita à Wembley comme "plus beau geste de ballon de tous les temps". Un geste que "el Loco" a récemment refait, lors d'un jubilé jubilatoire. En regardant le montage de la chaîne de télé anglaise, on ne peut s'empêcher de préférer la "pirouette-grand pont-360°" de Dennis Bergkamp. Parce qu'il la met au fond derrière, et que le beau ne reste pas confiné à l'inutile…



Pour le Sporting Tertulia, ce best-of oublie quand même le plus grand des plus grand. Juan Roman Riquelme et son royal "caño de taquito" face à Rosario Central…

 

Et pour le plaisir, l'humiliation subie par un Yepes aux cheveux courts, alors sous le maillot de River en 2000, devant un Roman "el Mago" toujours impérial en superclassico (même si l'honnêteté doit nous faire préciser que le plus beau 10 depuis Diego a aussi connu le rôle de la victime, face à Placente, visible ici)…

 

15/07/2008

Le scorpion pique encore

147683797.jpgÀ mille lieux des commémorations de Footix 98, qui en touche une sans faire bouger l'autre au Sporting Tertulia, a eu lieu dimanche un sacré jubilé à Bogota. Celui de l'attaquant colombien Victor Aristizabal, qui avait réuni autour de lui tout le panthéon du foot sudaméricain. Pour ceux qui l'ont oublié, il s'agit du buteur ayant érigé le "coup du scorpion" en arme décisive, lors d'un match contre le Chili en 1993…




Au milieu d'invités tous plus cultes qu'ayant de beaux restes, on a retrouvé René «el Loco» Higuita. L'énorme goal chevelu, l'un des parrains du Sporting Tertulia, a rendu le plus beau des hommages au "mythe du scorpion", en rééditant son exploit de Wembley'95 (la vidéo en cliquant ici). Grâce à l'aide complice du Dieu colombien Carlos Valderrama, qui devait être sans doute dans la confidence, vu le coup-franc feuille morte sans danger qu'il tira, Higuita nous a refait le coup de l'arrêt fantasque qui fait vibrer tout un continent…



Et pour le plaisir de revoir les sublimes Enzo Francescoli, Ivan Hurtado et autres Alex Aguinaga (sans oublier D10S Maradona), un long résumé du jubilé, qui s'est terminé sur le score de 2-2…


Via 101greatgoals.com 

24/01/2008

«El loco» à nouveau sur les bons rails

6c9863b494147f0341c933158b8dd90d.jpgRhaaaaaaa, Higuita. On pensait en avoir fini avec ce bon vieux René. Mais «le fou» bouge encore. Ce mercredi, il a annoncé son retour au pays, pour jouer en deuxième division (Primera B), avec le club de Rionegro. Ainsi, les sautes d'humeur, son amitié d'enfance avec Pablo escobar et la cocaïne (plus de détails ici) ne l'ont pas décidé à raccrocher ses gants rapés. Après un premier retour en championnat vénézuélien, succédant à deux ans de suspension pour dopage (à la cocaïne, donc) alors qu'il végétait en Equateur, c'est une bonne nouvelle. Pour la première fois depuis son cultissime «coup du scorpion» à Wembley, celui qui a réinventé le concept du «goal volant» monte d'une marche dans sa carrière au lieu de se vautrer dans l'escalier. Il faut dire qu'entre-temps il a changé de visage. Pour de vrai. Cinq opérations chirurgicales financées par une émission de télé réalité. Ou comment transformer une tronche de catcheur qui perd toujours à la fin en presque latin lover…

 

694fdc623c1987b18f277bdaf3abf5c9.jpg

Pour mémoire, de cette fantastique armada andine, toquée du toque, qui ébranla la hiérarchie latino dans les années 90, Higuita ne s'en sort pas si mal, finalement. Andres Escobar mort pour avoir marqué contre son camp, Freddy Rincon poursuivi par Interpol, Faustino Asprilla qui devient le premier homme à poser nu en Colombie... Même l'immense Carlos «el Pibe» Valderrama (gloire de Montpellier!), est aujourd'hui simple directeur sportif du club de Junior Barranquilla. Alors René, du haut de ses 41 printemps qui ont le teint de l'automne, il savoure l'été indien. Lui, qui était déjà le chouchou de l'immense entraîneur Pacho Maturana, il joue encore. De là à ce qu'il plante le 42e but officiel de sa carrière foutraque...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu