Avertir le modérateur

02/10/2008

OMicide

De longues semaines de "dépenailles". Cette Ligue des champions pour l'OM, c'est décidément la soupe à la grimace, comme un yahourt qui aurait tout juste passé la date de péremption. Presque bon, mais avec ce petit goût acide qui gâche tout. Enchaînant les 1-2 comme Lyon les matchs nuls, les Phocéens ne sont pas au niveau des très grands, c'est un fait. Mais, quoi qu'en dise L'Equipe, ils sont juste en-dessous et si Niang n'était pas marabouté au moment de concrétiser la belle action de dernière minute, ça ferait double 2-2 dans cette phase de poule, et ce serait loin d'être ridicule.

Selon le grand quotidien sportif, la défense «a sombré». J'ai pas vu la première mi-temps, coincé par un dîner beau-parental, mais perdre d'un but, j'appelle pas ça «sombrer». Et pis franchement, y a quand même le magnifique Agüero devant. Et là, t'as beau avoir le plus beau "back four" derrière (ce qui n'est, entendons-nous bien, pas du tout le cas de l'OM), ben t'es juste impuissant. Kun, Kun, Kun!



Certes, les petits gabarits marseillais pouvaient mieux faire, mais peuvent peu dans l'absolu, face aux Maniche, Garcia, Assunçao, Heitinga et autre Ujfalosi. Si on ajoute le contexte chaudard, entre matraquage de supporters par une police post-franquiste et cris de singe par les ultras de l'Atletico, planter un si joli but face à l'invincible armada "colochonera", c'est quand même pas la grosse lose à la sauce bordelaise…

18/09/2008

L'homme est un Lyon pour l'homme

Image 2.pngY a pas franchement de quoi être fier, du côté de la capitale des Gaules. Outre le maillot DDE absolument insensé (est-ce pour celà que Lyon joue comme le Borussia Dortmund?), les Gones se sont encore sauvés in extremis et contre la morale du jeu de football. Face à une Fiorentina palichonne, mais fichtrement bien organisé par le mister Prandelli, il n'y a bien que L'Equipe pour estimer dans un clin d'œil douteux à sa Une dangereuse de dimanche dernier, que "Lyon ne l'a pas volé".

Pas question de nier la quand même formidable volonté rhodanienne et l'intelligence de Juninho, définitivement meilleur au coup-franc quand il ne la joue pas direct (ses buts de 45m après deux rebonds, ça compte pas…) et le réalisme de Benzema. Mais franchement, avec une défense en bois et une attaque ultra-individualiste, c'est pas joli-joli de planter avec un homme à terre. On peut faire tous les beaux discours bien appris qu'on veut ("la règle dit que", "c'est à l'arbitre de…", "pourquoi on serait indulgent avec les Ritals…"), profiter d'un blessé sur la pelouse pour effacer un hors-jeu manifeste, c'est la morale du jeu qui en prend un coup.




Oui, oui, on va dire que c'est le jeu, qu'y a pas de raison, que ça permet de "remonter le moral" des clubs français (cf. L'Equipe), gna gna gna… Non seulement ce type de positionnement est limite-limite (la fin justifie les moyens, qu'importe la manière). Mais qu'est-ce qu'on aurait pas entendu si les Florentins avaient fait le coup. Et pendant ce temps, les magnifiques guerriers du Steaua Bucarest, drapé dans leur magnifique maillot, font trembler tout le match durant le Bayern Munich, tapent le bois dans tous les sens et se font injustement refuser un but. Avant de perdre à la fin…


Steaua Bucharest 0 - Bayern Munich 1 - For more of the funniest videos, click here

15/09/2008

Un top 3 du week-end, très "tertulia"

Trop occupé par la division des deux gauches à la Fête de l'Huma*, j'ai hélas été éloigné de ce blog et de l'actualité sportive ce week-end. Pourtant, y avait de quoi se faire plaisir, niveau tertulia. Du lourd, du très lourd, résumé en un top 3.

Unelequipe.jpg3. L'Equipe toujours plus loin. La vache! Quelle folie que cette Une du grand quotidien sportif. "Nice volé à Lyon". Même si le Sporting Tertulia a pour règle de toujours critiquer l'infâme Aulas, d'avoir de la sympathie pour les Aiglons (moins depuis que Pancho Abardonado est parti, mais quand même) et porte dans son cœur le cultissime Fred Antonetti (dont on peut revoir un splendide best-of en cliquant ici)… FAUT PAS DECONNER!!! Quand on se targue d'être la référence du journalisme sportif et qu'on passe son temps à donner des leçons à tout le monde et à jouer au prescripteur d'opinion, on ne peut pas se permettre cela. Au rythme des erreurs d'arbitrages (qui font partie du jeu, depuis toujours, depuis que l'humanité est faillible), on peut craindre bientôt des titres comme "Quels cons ces arbitres", "L'arbitrage ça suffit" ou "Quand est-ce qu'on les pend?" C'est sûr que ça fera vendre…

Pour mémoire et exemple, je me rappelle très bien avoir cédé à cette démagogie après la demi-finale du mondial de handball croate de février 2007, que je "livais" pour 20minutes.fr… Après un très frustrant dénouement contre l'Allemagne, on s'était regardé avec feu-Big Johan et, au comble de la fureur partisane, nous avions décidé de titrer: "les Bleus se font voler la finale". Ça a duré trente secondes. D'un regard complice, mon chef et moi savions que nous avions dépassé les bornes. Le correctif a été très rapide: "La France privée de finale". Puis, nous avions fait une interview d'un arbitre de hand pour qu'il explique la complexité du métier. Ça s'appelle la déontologie. J'espère pour la seule fois de ma vie, je suis d'accord avec Aulas

 

SNN1303X_380_581828a.jpg2. On achève bien les héros. Double coup de blues à la lecture de deux infos survenues dimanche. Paul Gascoigne a tenté d'en finir avec sa vie, après avoir cherché le "shoot royal", mélange d'alcool et de drogues. À l'image de sa vie. Il y a deux semaines, il était tellement bourré qu'il confondait tout le monde avec Alastair Campbell (le conseiller de Tony Blair. Ce coup-ci, il aurait répondu à sa top-model de fille et à sa femme, venues à son chevet après qu'il a été tiré d'affaire via un lavement d'estomac: "Cassez-vous! Laissez-moi mourrir seul". You'll never die alone, Gazza…

Autre info moins triste, mais qui frôle le pathétique: Rivaldo marque encore. Mais il faut désormais l'appeler Rivaldojaparov, puisque les supporters qui vont pouvoir acclamer ses buts cette saison sont… Ouzbèques! L'occasion de vivement conseiller la lecture du So Foot de ce mois-ci, avec un grand reportage dans le club de Bunedkor, celui qui a failli attirer Eto'o et qui a donc recruté le Brésilien, afin qu'il s'exerce à un concours de lucarne permanent…




1. Ah, la belle mailloche à Mayol! On n'en avait pas vraiment eu de digne de ce nom, depuis le début de ce top 14. Et, comme dans un rêve, c'est dans l'antre du RC Toulon que ça se passe. Superbe "générale", entre Parisiens et Toulonais, où l'on voit un n°9 mettre une patate d'enfer, le public saluer Roncero comme il se doit, et les protagonistes s'indigner sans vergogne quand l'arbitre sort le carton rouge… Beau week-end de rugby. Non seulement Montpellier est troisième, mais en plus l'esprit du rugby vibre encore.


* Sans vouloir trop polluer ce blog avec Mediapart, mais aussi parce que je connais des lecteurs que cela intéresse, vous pouvez bénéficier jusqu'à demain d'une période d'essai gratuite jusqu'au 30 septembre, en envoyant votre mail à cette adresse. Attention, l'inscription n'est possible que jusqu'à demain mardi…

 

20/08/2008

Argentina malgré tous

1084617506.2.pngEt ben c'était bien bon, cette victoire argentine sur le faiblard Brésil, en demi du tournoi de foot olympique. Durant tout le match, le même sourire béat ne m'a pas quitté, tant la domination albiceleste fut à la hauteur des pronostics toujours aussi clairvoyants de la presse française, qui voyait évidemment le Brésil. Y a pas à dire, ils ont du pif, les mecs. Y a Ronaldinho, donc ils sont favoris. Ah ouais?

En même temps, faut pas trop en demander à L'Equipe qui annonçait ce mardi matin que le meilleur joueur argentin de la compétition était… le Brésilien Diego du Werder Brême (authentique)! Ni aux mecs de France télé, qui nous ont offert un festival à la limite du mépris. Entre Le Glou qui pensait que Riquelme n'avait pas tiré de péno depuis son raté traumatique de Villareal en 2006 et le mec en plateau qui prenait un malin plaisir à surnommer Agüero "Akun" (il devait le prendre pour un immigré turc…), pffff…

Faut dire qu'ils étaient perturbés les mecs, vu qu'ils ne reconnaissent personne en-dehors de Messi. Et pourtant… "El Kun" est donc sorti de sa boite. Deux buts de renardo grand luxe et un péno bien simulé… Sous les yeux de beau-papa Diego, le talent de l'Atletico (qui y est depuis deux ans, malgré ce qu'en pensent les gars de France 4 qui le voyait tout juste transféré à Madrid!) a livré son grand match, dans la tradition "trezegolo-crespienne". Et Olé pouvait titrer un superbe "ils les ont fumé comme une pipe" (photo), qui arrive presque à la hauteur de leur mythique "Con vaselina" (dont j'ai oublié l'origine, mais c'est quand même autre chose que la titraille de notre grand quotidien sportif). Bref, une folle leçon de tango, et l'humiliation de la dernière finale de Copa bien lavée…

Ce sont donc les Nigerians qui s'avancent pour un remake de la finale olympique de 96 (en revoir un long résumé en cliquant ici), qui avait vu les Super Eagles remporter le premier titre du continent africain. Ce coup-ci, il n'y a pas Kanu ou Amunike, mais ça joue quand même drôlement bien, et les diablotins belges ont pris une petite leçon de passes dans le dos et frappasses de 30m (résumé vidéo en cliquant ici). Et on entend plus fanfaronner notre nouvel idole Joharno

1671645107.jpg

Toutefois, mais ça les mecs de France 4 risquent de passer à côté (et peut-être même le gars de L'Equipe, qui a annoncé mardi Mascherano en attaque dans la compo -re-authentique!-), ce sont les Argentins qui ont l'avantage psychologique. Je parle de ceux présents sur la pelouse. Car en 2005, les deux mêmes générations s'étaient déjà affrontées en finale du Mondial junior. Et Messi avait marqué deux fois, donnant le titre aux siens après avoir sorti le Brésil en demi. Ça sent bon la deuxième médaille d'or et le douzième match olympique victorieux d'affilée…

En plus, Di Maria brille de mille feux sur son aile gauche et Riquelme n'a pas encore fait son énorme match pour claquer le beignet de Le Glou (pourtant l'un des rares que je ne fusillerais pas au service des sports de France télé, si j'étais un jour nommé commissaire du peuple), qui le trouve trop lent et qui n'arrête pas de le répéter… Dominique, tu le sais, c'est pas l'homme qui va vite, c'est le ballon…

Je précise, pour le mec de L'Equipe, qu'il s'agit d'un extrait d'un match de 2005…

05/05/2008

L'effet L'Equipe

Un petit post rapide, pour saluer les amis du Vestiaire, et notamment leur correspondant au Pays de Galles, Seb Duval. Et l'occasion de relever le retour de la saison du Mercato, avec ses infos en bois, ses révélations qui ne se réalisent jamais et ses "exclus" à deux balles. Dernière rumeur en date: Zidane aux Queen's Park Rangers, le sombre club glauque de Londres repris par l'inénarrable Flavio Briatore. En fait, il s'agit juste d'un communiqué énigmatique sur le site des QPR, annonçant «l'aube d'une ère nouvelle», qui s'est transformé en info-transfert à la con, par la grâce du People on Sunday. En France, tous les amateurs estivaux de "bible du football" appelle cela l'effet L'Equipe.

Une génération entière de désormais trentenaires avait déjà été traumatisé en 1989 par la une "Maradona à l'OM" (sans "?"). Depuis, c'est chaque été et chaque hiver la même chose: des infos certifiées 100% crédibilité qui finissent dans les méandres amers de nos regrets enfantins. Dernière illustration en date: l'échange Ben Arfa / Nasri. Ou comment une blague de Pape Diouf en apparté devient un transfert qui va se faire… Franchement, ils doivent avoir une cellule spéciale "plus c'est gros, plus ça passe" au service foot de L'Equipe. Là encore, big up au Vestiaire, qui exprime exactement le fond de la pensée tertulienne… 

Je sais pas vous, mais moi j'ai déjà arrêté d'acheter le "Spécial transferts" de France Football depuis cinq ans et je commence à en avoir marre de vivre la même chose avec le plus grand quotidien de France. Pour ce genre de spéculations un peu déconnantes, il y a les sites internet spécialisés. Plutôt lire les mythiques Foot-mercato, mercato 365, mercatofoot, 100% mercato, mercato et roquefort, jamais sans mon mercato, au théâtre ce soir avec Marthe Mercato…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu