Avertir le modérateur

02/11/2008

Vade retro Bouscatel!

392579.jpgUne brève dans L'Equipe ce dimanche matin, et voilà que je me fais chambrer par tout ce que je compte d'amis pro-Toulousains (qui m'accablent de textos) et anti-Montpelliérain (j'ai reconnu ta pate à la fin de cet article, Fuckin' PK): Picamoles au Stade l'année prochaine! Notre "Pica", qui enchante les travées de Sabathé puis Yves-du-Manoir depuis trois ans sous le maillot bleu ("Allez Bleeeeeuuus!"), pour passer au Rouge et Noir. Pffff…

Il en a pas marre, l'odieux président Bouscatel, de piller les clubs alentours de leurs pépites, malgré son fabuleux centre de formation. L'Aulas ovale, nous refait le coup de Jeanjean, la première réussite de notre pépinière de talent, parti trop tôt briser sa carrière prometteuse en bord de Garonne. Mon amour retrouvé pour Toulouse l'an dernier se dissipe à nouveau: à peine revenu au premier plan, le Stade a déjà recouvré sa morgue recruteuse, avec pour finalité de regrouper les trente meileurs joueurs et d'anéantir les espoirs les plus fous de la concurrence.

Je t'en prie, Pica, retrouve la raison! N'abandonne pas tout de suite ta bande de potes internationaux, histoire de finir en beauté l'aventure formatrice du MRC jusqu'à la H cup et une demi-finale de Top 14. Fais donc mentir une nouvelle fois L'Equipe et reviens sur ta décision. Comme Fufu Ouedraogo il y a deux ans, qui avait finalement snobé Perpignan. Bouscatel ne te mérite pas, et on a encore besoin de toi. Au moins pour te revoir au moins une saison supplémentaire, et pour le plaisir de nous faire enchaîner sur les gradins les "Rhaaaa" et les "Putain Pica, il est vraiment énorme!".

Tu peux pas nous priver comme ça de tes plaquages destructeurs et de tes courses emplies de raffuts délicieux et de prises de cuir à une main, qui nous font rêver la nuit. Sois humain, bordel! Prouve-nous que le fric n'a pas totalement remporté la mise dans le rugby professionnel, et souviens-toi…

31/10/2008

Burger, Gregan, McCaw et… Trinh-Duc

60101-Trinh-Duc.jpgLe ptit François dans la plus belle sélection mondiale! En passant, une petite info trouvée dans une brève de L'Equipe ce matin, et dont je n'ai pu trouver aucune autre confirmation ailleurs sur le web. À l'occasion de leur match pour le centenaire de la mythiquissime équipe, les Barbarians britanniques ont convié le gratin de l'ovalie mondiale pour affronter l'Australie à Wembley, en décembre. Profitant de la honteuse décision de la league anglaise interdisant la libération des joueurs évoluant en championnat, les Baabaas se sont donc fait plaisir.

Outre la légende wallabie George Gregan, on retrouvera les Boks John Smit, Brian Habana, Shalk Burger, Bakkies Botha, Fourie du Preez et Percy Montgomery, les Blacks Richie McCaw, Carl Hayman, Joe Rococoko et Jerry Collins. Et… François Trinh-Duc. C'est pas pour se vanter (mais en fait si), mais le génie du Pic Saint-Loup (dont on parlait il y a huit mois), est le seul français à être convié à insuffler sa toute bordélique aura live from Montpellier. Jeu au pied totalement irrégulier, mais maître es-chistera, relanceur en percussion mais avec le crochet qu'il faut au bon moment, animation du jeu toute en combis tortueuses… Notre "Trouduc préféré" comme emblème du rugby "à la française", ça claque!

27/08/2008

Le pied

1956400099.jpgQue du bonheur. Un stade plein, des envies de jeu, des retrouvailles réussies… Et une victoire 16-11 contre Toulouse. Cette nouvelle saison démarre comme un grand éclat de joie. A 100 euros la carte d'abonné, avec l'espoir de voir cinq ou six matchs comme ça dans l'année, ça vaut franchement le coup… Evidemment c'est pas donné, mais on garde l'impression qu'on soutient pas un club pour rien. Le voisin de gauche est rigolard, celui de droite totalement borracho (on ne le verra qu'une mi-temps), on a des pitchounes devant, qui se marrent dès qu'ils disent un gros mot en nous imitant… Et, au final, le MRC qui fesse Toulouse.

On a remarqué, avec les rugbypotes, que de nouvelles buvettes avaient été installées, ce qui porte le nombre à trois pas tribune et qui commence à faire sérieux. Autre bonne nouvelle: les mecs devant nous qui ont voulu lancé une ola ont eu autant de succès que Michel Rocard en politique. Et ça, ça prouve que les valeurs perdurent, comme l'aptitude au plaquage qui fait mal.

On a un peu gueulé comme des cons contre l'arbitre, mais il n'a pas été si mauvais, au regard des nouvelles règles assez dévariantes. Enfin, il a été "équilibré", et c'est déjà pas mal… Avec une défense presqu'aussi grosse que les fesses d'Heymans, Montpellier a même tranquillement géré l'affaire. Et s'est même offert le luxe de faire les vendanges précoces aux abords de la terre promise toulousaine.

Dernier constat, et pas le moindre, on devient une vraie équipe avec une vraie profondeur de banc. Se permettre de faire rentrer Marshall (des Blacks), Douglas (de Llanelli) et Trinh-Duc (du Pic Saint-Loup), en fin de match: c'est balèze. Si on rajoute une bonne mailloche (et notre troisième latte sudaf Wasserman qui met une poire pour défendre son 9 agressé par Clément "point trop" Poitrenaud), le joli (enfin, pas trop moche) t-shirt offert avec l'abonnement, le soleil qui est venu nous caresser jusqu'au milieu de la seconde mi-temps…  C'était le pied.

V'la une saison qui commence bien…

26/08/2008

C'est la reprise!

1321666133.jpgLes choses sont bien faites. Obligé de repasser à Montpellier, en transit entre Port-Leucate et Paris. Pile le jour de la reprise du Top 14. Et, du coup, bien obligé d'aller voir au stade un MRC-Toulouse de gala… Et ce fichu TER qui met des plombes à arriver… Embarquement prévu des la sortie de la gare. Direction Yves-du-Manoir.

Impatience maximale, tripale presque… Palpitations, envie de brailler sur la première mêlée de la saison, retrouvailles avec les gamins tricolores (Pica, Fufu et notre charnière Thomas/Trinh Duc), retrouvailles avec les rugbypotes (Paulo, Goran, Beurki), découverte d'Ollie Smith et Justin Marshall, énervements contre Olivier "Jonuh Loma" Sarramea à l'aile…

En fait, il n'y a qu'Olivier Diomandé qui manque à l'appel. Not' bon vieux talon parti au Metro-racing. Alors, en hommage à "Dio" et aux valeurs du Montpellier rugby club, qui aime autant le french flair que la boîte à gifle, une petite vidéo qui reflette bien notre excitation con et sanguine de retrouver le pré et d'en découdre. Allez Bleus!!!





Ça s'est passé à Jean-Bouin, l'an dernier, sur la pelouse du Stade français. Sous mes yeux. J'étais dans les tribunes. Et parfois me reviennent à l'esprit la mailloche dans la mailloche entre notre splendide Géorgien Gorgodze et Pascal Papé …

29/01/2008

Et si le vrai rugby moderne, c'était Montpellier?

Je me la suis souvent joué "gardien du temple ovale" un peu conservateur, quand il s'est agi de causer dérives du rugby moderne. Depuis une Coupe du monde franchement ulcérante de ce point de vue, j'attendais le moment de me  confronter à cette évolution "bizness" inéluctable de ce sport de village, dans le marigot mi-réac mi-libéral du Top 14. C'est chose faite avec Montpellier-Bayonne ce samedi (même si j'étais du Stade Français - Montpellier d'il y a trois semaines, mais ça compte pas, c'était à Paris).

3324719aaacfa8a06d057f7243fa1ebd.jpg
Un modèle du genre que cette rencontre entre deux poids moyens du championnat, pour se coltiner les contradictions et les étâts d'âme du rugby moderne. Bataille d'Hernani chaussée de crampons 18. Un stade Yves-du-Manoir flambant neuf pour une équipe faisant appel aux valeurs "à l'ancienne", une bande de jeunes talents capables de mailloches dignes de l'âge d'ôr, un public d'habitués un brin sectaires supportant un club désireux d'expansion, dans une ville qui s'initie au rugby, mais à quelques encâblures des historiques Béziers et Narbonne…

Fidèle du MRC depuis six ans, quand le club (qui s'appelle désormais MHRC, mais nous on dit MRC!) débutait en deuxième division, je l'appréhendais ce match… Du coup, avec mes "rugby-potes", on a joué le jeu de la découverte du rugby moderne. On a emmené avec nous un copain qui n'y connaît rien, on n'a même pas profité de prébendes notabilières pour avoir des invitations et on était prêt à faire la ola au bout de cinq minutes.

Et bien, il faut en convenir: le bilan est plutôt positif. Certes on a payé 15 euros chacun pour être placés derrière les perches. Certes c'est devenu tout un bordel pour aller chercher des bières à la buvette, celle-ci étant bien plus éloigné que le défunt et adoré stade Sabathé, quand il suffisait de se retourner pour commander une tournée, tout en ayant une main encore posée sur la main courante. Certes on nous a fait des remarques parce que la fumée de nos cigarettes gênaient la nombreuse assistance enfantine. Certes on n'a finalement pas daigné réagir à la ola (parce que faut pas déconner, quand même)…

Mais on s'est régalé. Car il y avait 10.000 spectateurs quand on était moitié moins à Sabathé. Car tout le monde continue à brailler quand survient un gros caramel ou une belle baffe. Car on a vu du jeu et des joueurs remarquables, qui symbolisent la dualité du rugby d'aujourd'hui. Ils ont tous les quatre entre 20 et 22 ans, sont pleins d'audace et de talent. Et ils ont conscience d'être la nouvelle vague du XV de France, jeunes pépites hissant un club modeste parmi les meilleurs, en le récompensant de la confiance accordée à la formation. Ouedraogo et Trinh-Duc vont débuter en Tournoi dimanche, Thomas pourrait les rejoindre. Et puis Picamoles.

75842037cc14811be23e883927d54a4d.jpg



Il y a une semaine, le n°8 du MRC avait déjà enterré Chabal. Là, je l'ai vu en vrai. Progresser de 10 mètres à chaque percée, libérer des ballons toujours proprement,multiplier les gros tampons ou déposer toute la ligne d'arrières adverse tout en vitesse, pour marquer un essai dont je n'aurais jamais rêvé depuis que je suis Montpellier…  Alors même si les joueurs ne nous entendent plus autant quand on leur hurle aux oreilles, on ressort tout content et fier de pouvoir se vanter "d'avoir" Louis Picamoles. On a presque eu honte de faire plouc avec notre voiture télécommandée qui zigzague au moment d'amener le tee au buteur, mais on sourit quant on voit notre ami béotien avec le sourire. Et on peste parce que le club a pas encore inauguré une boutique pour acheter un maillot…

Dans le même temps, on a vu à Auch ou Nérac, dans des bastions du rugby à l'ancienne, des comportements très puants. De quoi ajouter à la complexité de la réflexion…

 

[Mise à jour mercredi, 10h30: la vache! Trinh-Duc titulaire à Edimbourg! Quand on repense au junior auquel on accolait un surnom pas classe mais affectueux… Voilà que le grand François va être en charge du jeu des Bleus. Et il vient de Montpellier! Pour couronner le tout, Ouedraogo sera aussi titulaire. Vive le rugby moderne… Le seul truc emmerdant, c'est que j'ai perdu un pari dans l'histoire, avec un Aurillacois montpelliérain d'adoption (les pires…). Ce dernier prédit également que Picamoles va dégager Vermeulen du XV tricolore dès le deuxième match. A suivre…]

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu