Avertir le modérateur

04/09/2008

De l'art du tacle en kung-fu

1824865009.jpgRhaaaaaaaaa, les salopards qui s'assument… Dans la continuité de nos "Affreux, sales et méchant" de la veille, le Sporting Tertulia tient à saluer le milieu déf' du club argentin de San Lorenzo, Sebastian Mendez, qui a dépoussiéré le week-end dernier l'un des panthéons les plus cultes du jeu de ballon. Celui des tacles aériens, façon "Bruce Lee sur ta gueule (ou ton genoux) et j'en ai rien à foot, parce que je suis méchant, méchant, méchant oh oui méchant!"

Mendez ajoute ici une pincée de traîtrise sournoise à la tradition patrimoniale de ce geste technique rare, tant il n'est l'apanage que de ceux qui revendiquent leur "bourrinitude" sans limites. Il n'hésite ainsi pas à agresser dans le dos. En l'espèce, c'est le Brésilien Falcaõ de River Plate (bien fait!) qui trinque, se mangeant un "kung-fu" limpide en plein dans les omoplates…


C'est l'occasion de rendre hommage, sous forme de top 3 vidéo, à la sainte trinité footballistique de la voyouterie façon "coup de pied sauté". Car il ne s'agit pas de sacrer des salopards à la Frank Jurietti, dont le talent en matière de "coup de pute" nous ravit par ailleurs (la preuve par l'image en cliquant ici, et un joli chant de supporters en son hommage, ici). On ne cause pas tacle par derrière et provocations à la limite du malsain en ce moment, mais bien "high-kick dans ta face", spontané et fou. Alors, y a bien "Sex, Drug and Cyril Rool" pour avoir tenté l'arabesque martiale. Mais ça compte pas, car en bon Azuréen, le Cyril, il frappe un homme à terre (Cufre de Monaco s'en souvient encore).

Au pied du podium, on est obligé de citer deux glorieux anonymes (si vous avez les noms, je prends), concourrant au titre de "plus belle allégorie tacle à la gorge. L'un semble allemand (si l'on en croit la voix du commentateur), l'autre est peut-être belge (si l'on en croit les maillots pourris, un logo qui ressemble à celui de la RTBF, l'élégance "à la Van Damme")… Mais les trois "kung-fu tacleurs" les plus cultes sont à chercher du côté de l'Irlande, de l'Angleterre et de la France.

 

3. Roy Keane, le "low-kick" à l'Irlandaise. Tout en rancune lentement refroidie, Keano met fin à la carrière du Norvégien Alf-Inge Haaland, en 2000. En plus de la réalisation techniquement impeccable de l'œuvre, on notera la justice (certes de type privé, donc contestable) qui l'entoure. Le même Haaland avait flingué le début de saison du grand Roy, trois ans plus tôt, le traitant en sus de "simulateur". Du coup, c'est "kung-fu dans ton genou"…




2. Joey Barton, le "coup des pied dans les couilles" tout droit sorti du pub. Inutile de ressasser une énième fois la fabuleuse carrière d'Ugly Joey (on en a récemment causé ici), mais il a toute sa place dans un tel top 3, après son hallucinante agression du pauvre Dickson Etuhu qui n'avait rien demandé, surtout pas de se faire émasculer par les crampons de Joey Baston…





1. Eric Cantona, le "kung-fu master", de Der Zak' à Mathew Simmons. Bon, le fameux geste de Crystal Palace, on le connaît par cœur. Pour ceux qui veulent vraiment se le remater, ça se passe ici. Mais tout de même, ça reste un supporter. Culte, mais éloigné du sujet, car un peu triché. On préfère se remémorer l'incroyable "pieds-joints -> genoux" de Canto sur le malheureux Michel der Zakarian. Blessé six mois, il se relancera la saison suivante à Montpellier, où il retrouva… Cantona, en 89/90. Bizarrement, le courant n'est jamais passé…

 

01/09/2008

Mandanda et Gerets, hOMmages

262192133.jpg1687643712.jpgRhaaaaaa, le retour de l'Olympique de Marseille aux valeurs d'antan. Comme à l'époque Goethals/Barthez, Phocée a retrouvé un tandem gagnant, entre le coach belge au grand cœur et le jeune gardien impétueux et serein.

Commençons pas ce dernier, auteur d'un début de saison qui laisse sans voix, avec une nouvelle prestation de dingue contre Sochaux (résumé vidéo en cliquant ici). Quand on pense que certains prétendent encore que Lloris est meilleur…

Devenu coqueluche des virages vélodromesques, il a désormais sa chanson. Une belle chanson d'ultra, à la mélodie et au rythme sud-américains, même si les paroles se résument à un mot, qui en même temps résume bien le bonhomme: "il fenomeno"…


Et puis à l'OM, il y a aussi le lion de Rekem. Erik Gerets, enthousiaste entraîneur au jargon qui fleure bon la frite à la graisse de bœuf, et qui aime ses joueurs autant qu'il exige d'eux le sens de l'offensive. Après une altercation entre un membre du staff sochalien et l'un de ses ptits, il s'en prend à l'arbitre pour la première fois depuis son arrivée à Marseille, il y a un an (l'anti-Aulas, en somme)…



Et comme on parle de Gerets, on ne peut pas ne pas saluer la nouvelle "mascotte-marotte" du Sporting Tertulia, le désarmant Joharno, auquel on est définitivement addict, en repassant l'une de ses chroniques ahurissantes à propos de la signature à l'OM de l'ex-mythique défenseur du PSV Eindhoven…

05/08/2008

Voir Nîmes et mourir

1754097812.jpgRhaaaaaaa, comment c'est bon de retrouver le Nîmes Olympique en L2! Au même niveau que Montpellier. Et les deux clubs qui nous gratifient d'une entrée de championnat digne du FC Metz durant les quinze dernières années de division 1. Deux défaites 1-0 (contre Brest aux Costières et à Strasbourg pour les hommes de Loulou Nicollin, qui n'ont pas démérité), et déjà la certitude que cette saison ne vaudrait que pour les deux derbies enflammés entre les meilleurs ennemis du Languedoc.

Mais là où ces "grandes oreilles" de Nîmois (l'explication de ce surnom en cliquant ici) sont définitivement mythiques, c'est quand l'un de leurs supporters me raconte ce retour dans la pré-élite du foot, au comptoir de la tertulia. "Putain, je te jure, on s'est fait niquer par cet enculé d'arbitre! Il nous refuse deux buts que je vais lui faire bouffer ses lunettes par le cul, et en plus il nous exclut deux mecs!» En vérité, il y a eu un exclu de chaque côté, mais mon Ninou il s'en fout (dans le Gard, ils s'appellent tous Ninou), il est Nîmois et tout le monde leur en veut, "point barre". Et bien que je n'ai toujours pas renoncé à mon vieux projet de raser par le feu leur foutu stade, je dois quand même reconnaître que ça fait quelque chose de retrouver ces têtes de cons à notre niveau (inférieur)…

"Cela dit, on a fait honneur", rajoute ce bon vieux Ninou tout en avouant en passant qu'il n'était pas au match mais que des "collègues" lui ont raconté: "Les Gladiators avaient bien fait les choses. Fumigènes et tout le bordel. Ça t'as mis un pataquès, les mecs y voyaient plus rien sur la pelouse! Et tu sais quoi?! Ces enculés de la Ligue, ils parlent de nous interdire le stade. C'est des caramels, ces enculés!" Pour les béotiens, les "Gladiators" c'est le club de supporters (quelques chants en cliquant ici)

Le sourire béat au coin de mon pastis au coin de mes lèvres, je pouvais apprécier pleinement mes vacances. Les " crocos nîmois" sont dans la place, et on devrait apprendre plein de nouveaux mots bizarres dans les prochains mois, surtout des mots composés à base d'"enculé"… Et quand on retrouve l'ordi après ce séjour en terre hostile (faites gaffe si vous y allez, là-bas on conduit à gauche, jamais à moins de 130 et toujours bourré), c'est le double-kif. Y avait vraiment but et ils sont vraiment maudits, ces Nîmois… Dans ton cul, Ninou!

 

 

04/08/2008

La différence entre une légende et une starlette

692614208.jpg Rhaaaaaaaaaa, Ole-Gunnar Solkjaer… Un patronyme imprononçable, un physique ingrat, une tronche de "Mad". Mais l'amour du maillot Red devils chevillé à son corps malingre. Onze ans durant, il aura porté le maillot de Manchester United. "Babyface killer" restera dans l'histoire du club pour son but lors de la finale renversante de ligue des champions face au Bayern. Samedi, Mancunia a fêté le jubilé d'Ole, le chouchou des supporters populaires d'un club devenu machine à fric. Avec Giggs, le Scandinave était l'un des derniers fleurons de la fidélité footballistique, et l'émotion (ici, en vidéo) du "tueur au visage d'enfant" (le syndrome Eric Carrière, le talent en plus) fait franchement plaisir à voir, en ces temps de star-system à la sauce mercenaire…



À propos du play-boy lusitanien, le sporting Tertulia vous conseille un petit jeu qui fait bien passer le temps en ce mois d'août olympire (malgré les efforts notoires de la sexy-canoïste allemande Jenny Bongardt pour nous intéresser aux JO). Ça s'appelle "Ronaldo2Real", et perso j'ai toujours pas réussi à le faire s'évader de l'hôpital. J'suis beaucoup plus fort à "Monkey Kick-off" et c'est visiblement plus compliqué (mais moins réjouissant) que "striker of the month" (ou l'art compliqué de la patate de volée)…

01/08/2008

Beach, oh ma beach…

842661098.jpgUn petit top 5 en passant, des plus beaux buts du récent Mondial de beach-soccer. Attention, y a du très lourd! De quoi nous convaincre encore davantage qu'il se passe quelque chose de ce côté-ci de la planète ballon. Dans une récente interview à L'Equipe mag', Eric Cantona expliquait avec son enthousiasme poétisé à l'extrême que c'est sur le sable que le foot se réinvente. Combinaisons de jeu innovantes modernisant le rôle du gardien, apologie du geste technique mi-gri-gri mi-efficace, cheminement ultra-direct des trajectoires vers le but…  Si l'on y ajoute un incroyable Espagnol "bicyclettador' qui file un coup de vieux à Amara Simba (Amarelle), un ruscof à la frappe de mule (Leonov) et un Brésilien au coup de rein qui claque (Buru), ou le fils caché de Diego, ça devient carrément sublime…

Le titre de ce billet est évidemment un hommage à Frank Alamo… 

29/07/2008

Bozza est (presque) de retour!

1545148278.jpgRhaaaaaaa Mark Bosnich… Du bon gros gardien australien, bien culte. L'ancien éphémère et cireur de banc à Manchester puis Chelsea, nous gratifie d'un retour au ballon. Retraité pour cause d'addiction à la cocaïne, "Bozza" a bossé pour sa légende de donkey un peu bourrin, un peu mal dégrossi, un peu beauf qui tombe dans la drogue à cause d'une top-model qu'il imaginait même pas pouvoir se taper un jour, même un peu…

Et ben le Mark Bosnich, malgré ses 36 ans, il en a rien à foutre de sa sale période en Albion. Lundi, il était de retour au pays. Premier match depuis sa suspension en 2002. Et vu qu'avant, il était remplaçant, son dernier match officiel en club remontait à 1999…

Et là, il a la classe! Le grand match. Alors qu'il cherchait à convaincre le coach de l'embaucher pour la saison de A-League, Bosnich est ovationné par les supporters des Central coast Mariners de Gosford, après la victoire 3-0 contre le FC Sydney en match de préparation (une vidéo amateur de son remplacement à la 80e, sous les vivats du public, visible en cliquant ici). Avec une palanquée d'arrêts qui forcent le respect.




Pour reprendre un titre déjà utilisé par le Sporting Tertulia avec le cousin latino Higuita (qui a lui aussi retrouvé l'œil du scorpion): Mark Bosnich, 36 ans, est remis sur les bons rails. Pour mémoire, quand il évoquait son addiction, il se permettait quand même de citer Luther King: «La vie ne vaut pas d'être vécue si l'on n'a pas une cause pour mourir…»

Mais le problème, c'est que les Mariners ne semblent pas prêts à l'embaucher. Bas-toi, Bozza! On a trop envie que tu nous fasse une Robbie Fowler, intégrant dans la seconde le panthéon tertulien des génies junkies. Même si Robbie est quand même indéboulonnable



 

25/07/2008

De l'art d'accomoder les (beaux) gestes

En passant, une petite vidéo trouvée sur Sky Sports, faisant écho au récent sondage ayant érigé le "coup du scorpion" de René Higuita à Wembley comme "plus beau geste de ballon de tous les temps". Un geste que "el Loco" a récemment refait, lors d'un jubilé jubilatoire. En regardant le montage de la chaîne de télé anglaise, on ne peut s'empêcher de préférer la "pirouette-grand pont-360°" de Dennis Bergkamp. Parce qu'il la met au fond derrière, et que le beau ne reste pas confiné à l'inutile…



Pour le Sporting Tertulia, ce best-of oublie quand même le plus grand des plus grand. Juan Roman Riquelme et son royal "caño de taquito" face à Rosario Central…

 

Et pour le plaisir, l'humiliation subie par un Yepes aux cheveux courts, alors sous le maillot de River en 2000, devant un Roman "el Mago" toujours impérial en superclassico (même si l'honnêteté doit nous faire préciser que le plus beau 10 depuis Diego a aussi connu le rôle de la victime, face à Placente, visible ici)…

 

21/07/2008

Cinquante pions façon télévision d'Albion

549868422.jpg Nouvelle journée de repos sur le Tour, et nouveau désœuvrement pour l'amateur de tertulia. Plus fort que son top 5 "cyclisme et cinéphilie", le sporting a dégoté un top 50 des plus beaux buts en ligue des champions. Rien à voir avec le vélo, mais ça permet quand même de passer le temps, pendant que les forçats se préparent pour l'Alpe d'Huez (vous avez posé votre rtt pour mercredi?). Et puis la saison de foot se profile à grand pas (cf. le très honnête match de préparation entre Marseille et Bordeaux, voir la vidéo en cliquant ici). Merci au Youtuber Gurualmighty, malgré son pseudo mégalo, à qui on doit la mise sur la toile de cette belle série d'émissions de la chaîne anglaise ITV. Y a qu'outre-Manche que la télé offre de tels moments de ballon (en France, on préfère Romain Del Bello ou Daniel Lauclair…)

C'est en six morceaux, de Batistuta'50 à Zidane number one, c'est en anglais (mais pas trop compliqué), ça dure une grosse demi-heure en tout. Et ça vaut le coup. Ne manque que Marc Toesca











 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu