Avertir le modérateur

21/10/2008

Chabaldjani

Image 1.pngS'il est besoin de la préciser, je ne suis pas fan de Sébastien Chabal. Bien malgré lui, il est devenu le footix du rugby ("rugbix"?), lors de la dernière coupe du monde. Quoiqu'en pensent le public du Stade de france, avec sa grande carcasse de bourrin qui fonce tout droit, il paume la gonfle une fois sur deux à l'impact, et l'autre fois il ne la libère pas au sol. Plus que sur un quelconque talent, c'est un physique et une tronche médiatiquement adéquats qui ont fait son aura. Pire, il en fait des tonnes dans son rôle de méchant primate, tout en se plaignant d'être otage des journalistes et de l'opinion.

Avec sa demi-douzaine de plaquages marquants et son essai en force face à cinq Namibiens dans sa carrière, il est l'emblème du rugbyman surrévalué. Et le souvenir de Picamoles lui montrant qui est le patron, l'an dernier au stade Yves-du-Manoir, demeure l'un des grands souvenirs du Sporting Tertulia. Marco l'a d'ailleurs mis au frigo, histoire qu'il se reconcentre sur le jeu plutôt que de se croire indispensable au XV du Coq. Pour couronner le tout, on apprend qu'il pourrait jouer dans un épisode de "Joséphine, ange gardienne"… J'aime pas Chabal. Mais quand même.

Tout abruti qu'il paraît, multipliant les pubs incongrues même pas second degré, Seabass m'a enfin fait marrer. Ça se passe dans "Tout le sport" (émission autrement appelée le "Sannier-torium"), je ne sais pas quand mais la vidéo a été postée récemment. Et voir le Caveman dans son bain en train de faire du play-back sur le kitchissime "Pull marine" d'Adjani, ça réhabilite carrément…


14/10/2008

Quand l'esprit rugby s'envoie en l'air

Jusqu'ici, la relation entre le monde du rugby et celui du personnel aérien n'était pas très marrante. Depuis le triste épisode de l'hôtesse de l'air "malmenée" par les libidineux joueurs du CA Brive et leur mentor d'alors Patrick "doigt dans le cul" Sébastien (désolé pour la référence à Laurent Gerra, je jure que c'est sa seule imitation qui me fait -un peu- rire). Ça se passait en 1997, au retour en France des champions d'Europe contre Leicester, et impossible d'en retrouver trace sur le ouaibe (l'affaire avait été médiatiquement et judiciairement étouffée).

Voici donc un nouveau chapitre de la romance, bien meilleur esprit. C'est une vidéo qui buzze crescendo depuis deux semaines, et qui aurait été filmée sur le tarmac d'Agen (d'après mon informateur sosie de Steven Gerrard et Jérémy Menez). On ne sait pas si les branleurs au fond de l'avion sont rugbymen (mais on le suppose fortement). En revanche, on est sûr qu'il sont borrachos. Du coup, la sempiternelle démonstration d'avant-décollage tourne à la potacherie culte, ambiance fin de feria. Et j'hésite encore sur la meilleure blague de l'extrait, entre "Paquito chocolatero" et "le cochon! le cochon!"…

 

02/10/2008

Il n'y a pas de raison de porter un tel maillot

080930-mayo-third_b.jpgAutant l'avouer, j'arrive pas à avoir un avis tranché sur ce nouveau maillot pourri du Stade français. Il est laid à vomir, mais en même temps, ça fait partie de la Guazzini's touch et, depuis la robe de Dalida dans le vestiaire, on ne peut pas dire que cette fantaisie décalée n'est pas assumée. Le côté Warhol m'interpelle. Quand le grand Andy revisitait les icônes du peuple américain, que propose Max la menace? Blanche de Castille.

Pourquoi elle? Dans L'Equipe ce matin, le patron du club parisien livre une explication un peu fumeuse: «Elle était la mère de Saint-Louis. Or, le club a été fondé e 1883 par des élèves du Lycée Saint-Louis». Et de conclure: «On voit dans ce maillot ce qu'on veut y voir. Il n'y a pas vraiment d'explications à ce choix».

Bon. Inutile donc de s'insurger sur le choix d'une reine bigote tout plein (la bio complète en cliquant ici) qui délivre, en creux, le symbole très "parisien" de la domination du pouvoir central (à l'époque, la royauté) face aux dissidences locales, notamment du sud-ouest. Reste l'occasion offerte à une palanquée de clubs de venger en Top 14 leurs hérétiques d'ancêtres (les Albigeois), salement exterminé par la pas si blanche reine de France…

Toutefois, il n'y a pas non plus à crier à la remise en cause de l'esprit du rugby. D'abord parce qu'il faut bien reconnaître que, dans la lignée du show-bizz des racingmen, il a aéré un vestiaire qui sentait un peu le rance. Et puis, surtout, parce que si on réfléchit trop, on oublie qu'il n'y a même pas de raison de jouer au rugby. Et encore moins de jouer avec un tel maillot…

01/10/2008

Rugb' hip-hop

Lue au détour du Midol de cette semaine, où l'on s'est délecté de la chronique du début de saison réussi des Montpelliérains, une brève sur un clip de rap qui cartonnerait sur Dailymotion. Ni une ni deux, le Sporting Tertulia relaie l'initiative du groupe Le 4P, intitulé "Rugby amateur". Au début, j'avoue avoir eu un peu peur. Mais finalement, c'est plutôt pas mal…

 

 

12/09/2008

Un gaillard de coach!

En ces temps d'ambiance lourdingue autour du foot, toujours penser à se ressourcer avec un peu de rugby. En passant, cet extrait mythique du docu diffusé par Canal+ pour fêter son 500e match de rugby. Un docu fort bien torché que j'ai maté récemment chez un pote et dont il me reste encore une image (en plus de celle avec Moscato et la robe de Dalida, déjà évoquée ici). Celle d'Alain Gaillard, historique entraîneur du CO (Castres Olympique), motivant ses Tarnais avant un quart de finale de championnat de France de rugby contre Clermont en 1999 (au temps béni des phases finales). De la sueur, du sang, des larmes. C'était beau, le rugby d'antan…


Pour la petite histoire, Castres a perdu 31-36. Mais c'est le discours qui compte.

26/08/2008

C'est la reprise!

1321666133.jpgLes choses sont bien faites. Obligé de repasser à Montpellier, en transit entre Port-Leucate et Paris. Pile le jour de la reprise du Top 14. Et, du coup, bien obligé d'aller voir au stade un MRC-Toulouse de gala… Et ce fichu TER qui met des plombes à arriver… Embarquement prévu des la sortie de la gare. Direction Yves-du-Manoir.

Impatience maximale, tripale presque… Palpitations, envie de brailler sur la première mêlée de la saison, retrouvailles avec les gamins tricolores (Pica, Fufu et notre charnière Thomas/Trinh Duc), retrouvailles avec les rugbypotes (Paulo, Goran, Beurki), découverte d'Ollie Smith et Justin Marshall, énervements contre Olivier "Jonuh Loma" Sarramea à l'aile…

En fait, il n'y a qu'Olivier Diomandé qui manque à l'appel. Not' bon vieux talon parti au Metro-racing. Alors, en hommage à "Dio" et aux valeurs du Montpellier rugby club, qui aime autant le french flair que la boîte à gifle, une petite vidéo qui reflette bien notre excitation con et sanguine de retrouver le pré et d'en découdre. Allez Bleus!!!





Ça s'est passé à Jean-Bouin, l'an dernier, sur la pelouse du Stade français. Sous mes yeux. J'étais dans les tribunes. Et parfois me reviennent à l'esprit la mailloche dans la mailloche entre notre splendide Géorgien Gorgodze et Pascal Papé …

22/07/2008

Mortels transferts

1290580773.jpg Maintenant que nous connaissons le calendrier du Top 14 cuvée 2008-09, faisons le point sur l'horizon de l'ovalie hexagonale. À la lecture des nouveaux effectifs, on ne peut que saliver et trépigner en attendant la nouvelle saison de rugby. Avant de voir à l'œuvre la qualité des transferts effectués par les clubs, tour d'horizon de ce qui a attiré l'oeil dans ce mercato…

La quadrature du demi à Toulouse. Vus qu'ils sont champions, les Toulousains n'ont rien changé. Quelques départs de seconds couteaux, qui ne perturberont pas l'équibre solide des Stadistes. Et une rivalité de malade aux demis. Pour doubler la si redoutable charnière Keleher/Elissalde, le président Bouscatel s'est offert deux monstres supplémentaires, Michalak et Skrela. Si l'on est mesquin, on se dit que ça fait beaucoup d'égos en concurrence. Si l'on est optimiste, on remarque qu'avec quatre joueurs, dont trois "locaux", Toulouse possède trois demis de mêlée, trois demis d'ouverture et un premier centre.

Deux nouveaux prétendants. Trublions du Top 14, les présidents Sébastien et Boudjellal ont su "mettre les ronds" pour bâtir deux équipes pouvant raisonnablement rêver de demi-finales. Brive et Toulon ont recruté du lourd. Les énormes Vosloo et Popham vont renforcer le pack corrézien, tandis que le monstrueux All-Back Jerry Collins fait déjà trembler tous les "8" du championnat, accompagné d'une triplette de grognards albigeois qui a fait ses preuves lors de l'exercice précédent (Filitoga, Ribes, Larrouy). Seul bémol du côté du stade Amédée-Domenech, l'arrivée d'un maître à jouer anglais (le dégueulasse et mal nommé Andy Goode). Mais cette erreur de casting est aisément compensé par le recrutement du magnifique ailier argentin Horacio "el Gordo" Agulla, le Diego Albanese du nouveau millénaire…

L'oscar du recrutement intelligent. Le malicieux ouvreur de Brive, Maxime Petitjean, les Castrais Nanuku et Marticorena, les Argentins Martin-Aramburu et Borges. Rajoutez l'arrière italien de Montpellier Bortolussi et mettez-y un Lièvremont (Thomas) à l'encadrement. Et ça donne une nouvelle équipe chiante à battre. Dax s'installe…

La stratégie de la star. Recrutement ciblé, mais niveau élevé. Le Stade Français a fait revenir Bibi Auradou finalement pas cramé du tout, auquel va se coller dans la mêlée l'énorme troisième latte argentin de Leicester Leguizamon. Paris et son nouvel entraîneur Mc Kenzie ont enfin fait le pari d'un treiziste premier centre. Mais pas n'importe lequel: Mark Gasnier. La star du jeu à XIII australien, qui devrait casser quelques reins cette saison… Un best-of impressonnant visible ici et un essai incroyable qu'il conclut ci-dessous…


On fait confiance aux cadres. Même s'ils incarnent les deux grosses déceptions de la saison régulière, Biarritz, et de la phase finale, Clermont, ont fait le choix de la modestie. Des départs pas négligeables (Balan et Dupuy chez les premiers, Smit, Broomhall chez les seconds) ou emblématiques (Betsen et Delasau). Et très peu d'arrivées qui impressionnent, plutôt des joueurs solides mais pas géniaux (Courrent et Barcella ; Debaty et Pierre).

Le transfert de l'année. Bien sûr, c'est purement subjectif. Mais comment ça fait plaisir! On s'était fait au recrutement quiquille du Montpellier rugby club. Une fausse bonne idée, mais qui apportera enfin un peu de percussion (le centre anglais Ollie Smith -lui aussi ancien treiziste-) et deux bons gros (le pilier de Llanelli Douglas et l'Aussitain Brana). On conserve notre quatuor d'internationaux espoirs (Tomas, Trinh-Duc, Picamoles et Ouedraogo), c'est déjà bien comme ça. Et puis vlan! Quelques heures avant la clôture du marché, mardi dernier: Justin Marshall! LE Justin Marshall. Celui des Blacks, qui a mis Keleher sur le banc des années durant (81 sélections), qui se radine de chez les Ospreys et qui va nous amener un 38 tonnes d'expérience et de talent néo-Z. Enfin, il va surtout apprendre le vice aux minots…

03/07/2008

Moscato dans la robe de Dalida

C'est une séquence de vestiaires que je je ne connaissais absolument pas, et que je découvre sur le blog de Jérémie Moritz (que je ne connaissais pas non plus, merci Seville 82). Scène d'avant-match de championnat de France de rugby, quand celui-ci n'était qu'à peine professionnel et que l'ovalie-bizness de Guazzini tâtonnait encore. Ça se passe le 3 mai 1997, mais impossible de retrouver l'adversaire et la nature du match à venir. On sait juste une chose: c'est le jour des dix ans de la mort de Dalida. Et alors? Allez-en parler à Vincent Moscato…




 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu