Avertir le modérateur

09/03/2009

Fenomeno forever!

En passant, la belle image du week-end, le come back furieux de Ronaldo, sous son nouveau maillot des Corinthians de Saõ Paulo. O Fenomeno a retrouvé les filets, en claquant une tête chirurgicale malgré un envol de tortue, contre Palmeiras. Et il fête ça comme une resurrection latina, bourrée d'excès et de joies démesurées. Ambiance match arrêté et journalistes qui cherchent à interviewer Ronnie alors que l'arbitre attend pour reprendre la partie…

04/01/2009

Le panthéon "latino" de l'année (Au pays de Diego #23)

Avant de se lancer pleinement dans 2009, le Sporting tertulia jette un dernier coup d'œil dans le rétro de l'année passée, pour célébrer son "Top 5 + 1" des plus belles "figuras" de 2008. Evidemment, il y a trois Argentins dans le lot et aucun Brésilien. On parle football ici, pas otarie de plages…

610x.jpg5. Cevallos aux mains d'argent. Mention spéciale du Sporting au portier de la Liga deportiva de Quito, qui a quasiment gagné à lui tout seul la Copa Libertadores. "Las manos del Ecuador" est un spécialiste des séances de tir au but comme des arrêts stoïques sur sa ligne. Idole du Barcelona Guayaquil, puis titulaire en sélection nationale, il a rejoint les cadors de Quito, avec qui il a dégoûté San Lorenzo et le Fluminense durant la Copa, au point d'occulter Ingrid



340x.jpg 4. D'alessandro le revenant gagnant . Comment ça fait plaisir d'admirer à nouveau le surclassieux Andres D'alessandro. Après un choix de carrière miteux à Wolfsburg, l'ancien n°10 du River Plate (triple champion d'Argentine) a retrouvé avec envie le continent, sous les couleurs de l'Internacional Porto Alegre. Et la gagne revient naturellement, avec un titre en Copa Sudamericana (équivalent latino de la coupe Uefa), avant de rejoindre l'Argentine et San Lorenzo en 2009. Big up à la plus élégante des petites teignes, avec une vidéo de ses meilleurs moments sous le maillot de l'Inter, avec qui il a ridiculisé le Boca Juniors, en rééditant son fameux dribble dit de "la boba"



salvador-cabanas.jpg 3. Cabañas la force tranquille . Si le "Dado Prso paraguayen" n'a rien gagné cette année, il a explosé en Copa Libertadores avec son club de l'America Mexico. Meilleur buteur et demi-finaliste de l'épreuve avec huit buts, il a impressionné avec sa puissance teintée de réalisme devant les cages et son jeu de tête de mammouth. Top 15 de ses plus beaux pions de l'année…



51541_244.jpg2. Lucas Barrios l'ultime goleador. C'est symbolique, mais ça impressionne. Avec 37 réalisations en championnat du Chili, l'Argentin a remporté l'officieux mais sérieux titre de meilleur buteur de l'année, selon la cultissime fédération de statistique footballistique (IFFHS). Bon ok, c'est en championnat du Chili, mais ça n'enlève rien aux qualités de l'attaquant du mythique Colo Colo de Santiago, qui a vraiment des faux airs de Gavin Henson…



jrr-culture.jpg1. Riquelme "who else". Vainqueur du Clausura et de la Recopa Sudamericana, médaille d'or aux JO et demi-finaliste de la Libertadores. Même quand il fait une année moyenne, "Roman" éclabousse de facilité et de gestes justes. Toujours un peu plus lent, mais toujours ultra-décisif, comme lors du superclassico d'automne contre River Plate ou de son dernier match contre San Lorenzo en "triangular final". Autre distinction possible pour l'incontestable meneur de jeu de l'Albiceleste, celle de personnalité artistique de l'année en Argentine (l'initiative est sérieuse). Le Sporting vote pour, au vu de ces 10 minutes de frissons qui résument son année 2008…



Pinchas_Pelota_embrujada.jpgLe Bonus "but de l'année" pour la Brujita. Juan Sebastian Veron a été élu "meilleur joueur sudaméricain de l'année par l'édition uruguayenne de El Pais (l'équivalent du ballon d'or, il est élu par des journalistes de tout le continent), et ce n'est sans doute pas pour rien. Mais "la brujita" (la sorcière, surnom donné en raison de son père, lui-même footballeur et appelé "la Bruja") est quand même trop bourrin pour figurer dans le top 5 du Sporting. Même s'il a incontestablement claqué la plus belle frappasse de l'année, sous le maillot de l'Estudiantes…

24/12/2008

23, rev'la Boca

Petit bras, mais le résultat est là. Malgré sa défaite contre Tigre (0-1, vidéo ici), les Xeneizes empochent leur 23e titre de champion national. Plutôt que d'en faire des tonnes sur le mythe boquense (avec l'impression de se répéter) ou le Riquelme plus grand joueur de la décennie (il était suspendu hier), le Sporting Tertulia laisse la parole aux hinchas or y azul, évidemment regroupés dans la nuit près de l'Obelisque de Buenos Aires (rien à voir avec celle de Paris, quoi qu'elle aussi issue d'une volonté dictatoriale). 50 secondes de bonheur populaire, aux sons de "Sale Boca", qu'on peut traduire par "le charme de Boca". On ne saurait mieux dire…



Ainsi que le jugent les internautes de Olé dans un sondage, le héros du semestre n'est pas Roman, mais bien le sublime défenseur Sebastian Battaglia, qui a tenu la défense toujours fluctuante du club porteño et portuaire. Auteur du but décisif lors du clasico contre River Plate, voilà un taulier de la maison Boca qu'il s'agissait de saluer (une petite vidéo ici). Mais au vu de la piètre performance de l'ennemi River (dernier de l'Apertura'08), on ressort de ce championnat avec une seule envie: rejouer à GTA III sur sa console…

21/12/2008

Boca casi-campeon!

boca-juniors-au-sommet_actus.jpgY a pas à dire, le championnat argentin a quelque chose de magique. Deux jours après le pigeon mort du premier match du "triangular final", destiné à départager les trois équipes arrivées en tête du championnat d'ouverture, voilà que Boca Juniors pose une sérieuse option sur le titre. Un succès 3-1 face à San Lorenzo, sur le terrain neutre du Racing Avellaneda, et les Xeneizes n'ont plus qu'à jouer le nul contre Tigre (battu par San Lorenzo 1-2), pour décrocher un trophée qu'ils n'ont pas soulevé depuis le "Clausura" (championnat de clôture) de juin 2006.

Riquelme n'était à l'époque pas encore revenu au mythique club du quartier portuaire désaffecté de Buenos Aires. Ce samedi, il a une nouvelle fois régalé, avec deux passes décisives. Chavez, Palacio et le nouveau petit prodige Viatri ont fait le reste, dans un match marqué par onze cartons (deux expulsions pour San Lorenzo, et Roman suspendu pour l'ultime match). Intense…




Moment de tension lors de ce clasico décisif quand, au bout de 20 minutes de jeu, le défenseur boquense Juan Forlin a avalé sa langue lors d'un choc avec Nestor Silvera. Ambiance Seville'82 qui finit bien, mais qui a fait flipper la cancha or y azul…




Sinon, Manchester a battu Quito, dimanche midi en finale du championnat du monde des clubs, pâle héritier de la Coup intercontinentale. Avec un joli pion de Rooney, après décalage de Ronaldo. Pfff, ç'aurait pas été la même contre Boca…

19/12/2008

Finale triangulaire et pigeon mort

boca.jpgEnfin un peu de temps pour causer du définitivement plus beau des championnats, celui de l'Argentine bien sûr. Ah le beau règlement que voilà! À l'issue de l'Apertura (soit la phase des matchs aller, qui équivalent à un championnat propre -"l'Ouverture"- avant celui des matchs retour, le Clausura -"Clôture"-), trois équipes sont arrivées à égalité de points et, au passage, le champion sortant River Plate finit bon dernier (gniark, gniark).

Après une dernière journée couronnée de trois victoires des prétendants au titre (San Lorenzo, Tigre et Boca Juniors), dont un somptueux match des Xeneizes contre Colon (3-2, avec un but collectif sublimissime de Riquelme, ici en vidéo), croyez-vous qu'on regarderait mesquinement le goal-average? Point du tout. On se refait un mini-championnat à trois, joliment appelé "Finale triangulaire".

Premier match: Tigre-San Lorenzo. Et victoire du "Ciclon" à l'extérieur (2-1, vidéo ici), avant le grand match de samedi, contre Boca. Et comme le premier côté de ce triangle d'or n'a pas été fameux, on préfèrera retenir cet extrait très anti-SPA qui nous réjouit: pigeon vole, pigeon vole, pigeon mort…

30/11/2008

Il venait d'avoir 18 ans

En passant, des nouvelles de l'une des mascottes du Sporting Tertulia, le grandissime René Higuita. On a déjà tant et tant glosé sur le fantasque gardien colombien, de sa résurrection à 42 ans dans un club colombien de seconde zone jusqu'à son remake du fameux coup du scorpion. Mais voilà qu'el Loco repasse à nouveau les plats de l'histoire, cette fois-ci en version tocarde. Et de nous rappeler, dix-huit ans plus tôt qu'en dehors de ses cages, c'est vraiment pas la sécurité sociale. À gauche, sa cagade face à l'indomptable Roger Milla, lors du Mondial 94. À droite, son nouvel exploit, avec son club de Pereira (où il a été tout récemment transféré), contre l'America Cali le week-end dernier. Le roi de la boulette sans âge…


29/10/2008

Le doute Maradona

235_2644-bianchi.jpgLogiquement, la nomination du pibe de oro à la tête de l'Albiceleste devrait réjouir le Sporting Tertulia. Mais bien qu'il soit l'icône de ce blog en haut (forcément) à gauche, je ne suis pas forcément convaincu par l'arrivée de Diego au sommet de la sélection argentine. Oh, sûrement pas à cause de son passé. Le genre "c'est une honte, c'est un mauvais exemple pour la jeunesse" est aussi bête que sans fondement (cf. Yannick à la tête de l'équipe de France de Coup Davis). Non. Surtout parce que le choix de la fédé s'est fait au détriment de l'immense Carlos Bianchi. L'entraîneur mythique du Boca Juniors était l'évidence, tant "Goleador" a le profil du technicien le plus abouti, prônant l'offensive avec une réussite insolente.

maradona.jpgLe commentateur ci-dessus n'hésite pas à traiter la décision de la fédération de "populiste". On n'est pas loin d'être d'accord. Aucune expérience d'entraîneur (hormis un fiasco au Racing d'Avellaneda) et une idée vague du collectif. Mais on ne peut pas faire le pisse-froid plus longtemps non plus. Maradona directeur technique de l'Argentine, c'est comme si Canto remplaçait Domenech. On est sûr d'aller dans le mur, mais ça a de la gueule! El pelusa a déjà évoqué le maintien de Riquelme, le retour de Veron et le duo Kun Agüero/La pulga Messi titulaires ensemble. Ça fait rêver. Car au contraire de Platini début 90, le nouveau coach aura des joueurs approchant son génie. Et si question style de jeu, on risque de retomber dans la période "on marque beaucoup, mais on s'en prend plus encore", si ça peut nous permettre de revivre les revigorants échauffements de D10S à Naples, on est quand même preneur…




Et pour remercier Rasbaille (cf ci-dessous), une vidéo tout en bonnes musique sur les plus beaux pions de Maradona sous le maillotéternel du Boca…

22/09/2008

Séance de rattrapage latina (Au pays de Diego #18)

Presqu'un mois que le Sporting Tertulia n'avait plus tourné son regard empathique sur le pays de Diego. Et voilà que dimanche matin, à l'écoute des somptueux albums du collectif Otros Aires, l'envie de fureter à nouveau du côté de l'Argentine m'est revenue. Le championnat Apertura (d'ouverture) est lancé, la Copa Sudamericana arrive aux phases finales, l'Albiceleste est en difficulté, le Boca Juniors est toujours un club hors-norme. Et "Delpo" emmène les pamperos en finale de Coupe Davis. Billet à lire en musique, aux rythmes de l'envoûtant Milonga sentimental



Premier tiers d'Apertura.
Au classement après sept matchs, le Cyclon de San Lorenzo s'est installé en tête, mais Boca Juiors s'accroche avec les petits poucets de Tigre, Velez et San Martin. Le River Plate est loin derrière. Mais le match de ce début de championnat reste pour l'instant l'opposition façon thriller entre le Gimnasia Jujuy et Huracan. 4-3, des buts de ouf et un scénario haletant entre deux clubs modestes…



bocarasti.jpg Boca Hôtel ou Boca Lego. Le marketing n'a pas de limites quand il s'agit du club portuaire de Buenos Aires. Tous les hinchas or y azul pourront offrir pour noël à leurs enfants un kit de la Bombonera à monter comme un légo-technic (en Argentine, la marque s'appelle "Rasti"). Avant d'économiser dès maintenant pour pouvoir s'offrir une nuitée dans le futur hôtel grand luxe aux couleurs des Xeneizes.

 

hotel-3.jpg

 

2.jpgT'es sur la sellette, Coco. Le mythique Alfio Basile, entraîneur gras du bide et volontiers picoleur de l'équipe nationale d'Argentine, est en mauvaise posture. L'Albiceleste enchaîne les matchs nuls en qualification pour le Mondial-2010 et Messi commence à irriter tout le monde, y compris Diego qui lui préfère son gendre "el Kun" Agüero. Mais pour de nombreux supporters, c'est Coco Basile qui est en cause au point de lancer un site internet spécial pour réclamer sa démission. "Andate Basile!", que l'on peut traduire par "va-t'en!" À ce jour, plus de 1.500 signataires. Comme quoi, Domenech n'est pas si mal dans l'opinion…

 

Del Potro et Nalbandian à l'assaut de Nadal. Enfin le tennis argentin est reconnu à sa juste valeur. Bon, on laissera de côté les états-d'âme sur le dopage, pour rêver d'une finale de Coupe Davis d'anthologie, à domicile et face à l'Espagne. "Delpo" va-t-il rester au sommet, devant un public enfiévré, pour faire mordre la poussière au cogneur ibère (même si cela devrait se jouer sur moquette). Pour donner envie, le point final de la demie vu des tribunes. Ça change de Roland-Garros…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu