Avertir le modérateur

29/05/2009

Salut Marcel…

En passant, un hommage ému au grand Marcel Beliveau qui a bercé notre enfance et s'est éteint dans la nuit. Meilleur souvenir à connotation sportive de l'immense "Surprise sur prise": le piège de Thierry Lhermitte, avec un faux match du PSG reconstitué et un instant revival d'enfer, avec sponsor commodore sur le maillot parisien et Frédéric Jaillant à la fin. Enorme…



24/05/2009

Ciao Paolo

Dernier match à San Siro pour Paolo Maldini. La classe à la milanaise. Sauf que les Rossoneri ont perdu contre la Roma (2-3) et que des supporters lombards ont contesté l'aura du beau gosse besogneux


À petite échelle

_41868478_juninho_getty416.jpgPénultième journée de L1 et toujours pas de Bordeaux sacré. L'OM fait de la résistance et peut s'en remettre à Savidan pour réaliser un miracle que même la Bonne mère n'espère plus. En L2, Montpeul va jouer avec le cœur du Sporting Tertulia, lors d'une finale d'accession contre les Alsacos, après l'arrangement chtitoyable entre Lens et Boulogne… Bref, rien de décisif. Alors, Juni.

Telle une belle fin de règne, voire de cycle, les Lyonnais se sont offert une impeccable symbolique d'adieu contre Caen (3-1), avec des pions de Juninho, Govou et Benzema. Trois tauliers de l'invincible et insupportable mainmise rhodanienne, qui saluent un club comme on conclut une histoire d'amour. Cerise métaphorique sur le gâteau des nostalgies gones, le Brésilien tire sa révérence en plantant son 100e but sur péno…



À la vue de ces images (et du supporter lyonnais qui se met à genoux pour pathétiquement implorer l'idôle de rester -et tant pis s'il est déjà vieux et décoratif-), sans vouloir s'acharner, on ne peut s'empêcher de penser à ce que furent les fiestas des grands Brésiliens dans des grands clubs. Le 1.000e but de Pelé au Maracaña par exemple. Egalement sur péno, mais avec un match arrêté derrière…



Même en version laborieuse, et en comptant ses buts en interclasse de sixième, le 1.000e de Romario avait aussi une autre gueule. Sur péno aussi…



C'est aussi ça, Lyon. La classe, mais au 1/10e. À petite échelle…

17/05/2009

Vélodrame

Bon ben voilà, c'est la baise, la fin des espoirs les plus fous d'un OM tellement costaud qu'il pourrait résister aux irrésistibles Girondins. Jamais vu autant de chance entourer une équipe. Que les Bordelais se gavent depuis quatre matchs, où ils retournent toutes les situations les plus impossibles, soit. C'est la marque des champions. Mais si en plus leur incroyable réussite se transforme en hallucinante lose pour Marseille, bon ben y a plus rien à faire…


Pensez: deux poteaux, dix occases franches, un péno oublié (et deux autres bêtement simulés), un hors-jeu super limite… Et en face, pour que la malchance soit maximale et l'humiliation totale, Benzema qui en plante deux et Juninho qui rentre juste pour cadrer un coup-franc à 40m. Sa race, la L1! Vivement que Montpellier s'arrache de la L2 pour nous faire enfin pleurer de joie. Parce que là, on se sent comme un baseballeur japonais, lors de Orix Buffaloes - Keiichi Hirano ce week-end…

14/05/2009

Gougou comme Platoche

En passant, au lendemain d'une nouvelle journée de championnat où l'OM et Bordeaux s'avèrent de sacrés "patrons under pressure" (mais où Marseille a tout de même gagné un but d'avance pour la "diff"), le Sporting Tertulia tient à illustrer cette remarque fort juste d'un de ses collègues, sur le zinc matinal: ''Tain, le pion de Gourcuff, c'est comme celui de Platoche en 84, contre les Yougos". Effectivement, après avoir vanté la geste zidanienne de Gougou, on ne peut qu'admettre la similitude entre le coup de testard une nouvelle fois décisif de Valenciennes et celui du grand Michel contre la Yougoslavie, lors de l'Euro'84 (à partir de 35 seceondes sur la deuxième vidéo ci-dessous). Même si le côté choisi n'est pas le même…



12/05/2009

Iniesta, c'est donc ton frère…

Ouf, un peu de temps pour reprendre la chronique de ce blog un peu en jachère depuis quelques temps. Donc l'occase de causer avec un brin de retard du magnifique Andres Iniesta (et big up à Honky-Tonk qui a trouvé ce titre avant moi), sauveur splendide de Barcelone, et grand claqueur de beignet londonien comme de TF1. Mais ce qui est marrant avec le petit lutin pâlot qui ressemble à rien, c'est qu'il a déjà occupé le rôle du messie catalan. Il y a 10 ans, en finale de la Nike Cup (un championnat de club des moins de 15 ans). Un décalque quasi-parfait, là encore dans les arrêts-de-jeu. Pour mémoire le but de mercredi dernier est visible ici, et le chef-d'œuvre enfantin se délecte ci-dessous…



On note également que la coupe a alors été remise au héros adolescent par Pep Guardiola, alors légende vivante des Blaugrana. Le même qui nous a gratifié d'une explosion de joie revigorante sur le pré de Stanford Bridge. Et dire que plus jeune encore, à son arrivée chez les Juveniles du Barça, la nouvelle icône Iniesta était fan du Real Madrid…

11/05/2009

La coupe à Montpeul!

De retour de week-end dans le suuuudeu'con, forcément une pensée émue pour les héros de la Coupe. Nan, pas les chapeaux ronds option bouseux, qui devraient faire revenir en gare costarmoricaine le pénible et surréaliste "Bienvenue à Guingamp, capitale du football". On veut parler des minots de Montpeul', qui ont infligé une leçon de ballon aux mini-Canaris nantais. Victoire 2-0 en Coupe Gambardella. Du sang frais pour le Mhsc, en vue de la L1…


 

 

06/05/2009

RIP Larqué/Jeanpierre

larque-jeanpierre_jean-marc-sureau.jpgJe vous raconte pas le hurlement, quand Iniesta a marqué. C'était pas tant la résurrection au bout du "money time" de Barcelone qu'on a fêté, même si ça fait bien plaisir de voir les chicos de Chelsea la tête dans le gazon, et les Blaugranas en finale (résumé vidéo ici). Non, c'est le duo Larqué/Jeanpierre, toujours plus horripilant sur TF1. Forcément investi d'une mission de partialité acharnée. Avec option bouc-émissaire spécial. Ce coup-ci, c'est le Barça qui «n'est plus que l'ombre de lui-même, c'est à peine croyable», et Dani Alves qui «décidément rate tout ce soir, quel jour sans!»…

Alors quand Iniesta a planté son cachou sur le buzzer ou presque, et ben on a hurlé. Et le plus beau, ce fut quand après le beuglement primal, not'Christian il balance le plus sincèrement du monde: «On le sentait, que ça pouvait arriver». Pendant ce temps, Drogba manquait d'en mettre une à l'arbitre, lors d'un après-match tendu. Manque de bol, Larqué était justement en train de dire que l'Ivoirien avait «fait un grand match et n'aurait pas du être sorti…»




Et pour le plaisir du Drog' qui ne sait définitivement pas finir serein les grands matchs, un superbe "It's a fucking disgrace!" (C'est une honte)…



Bonus teuton:
Mickael Ballack aussi, a failli se faire l'arbitre, prétextant une main imaginaire dans la surface. Et on sent qu'il en a envie de le rouer de coups, son homme en noir, mais qu'il se retient. Mais que c'est dur…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu