Avertir le modérateur

31/07/2008

Beau gosse!

312079459.jpgAlors là, on peut dire qu'il a bien tiré son épingle du jeu, l'Alain Boghossian. Enfin un membre du lobby France'98 intègre le staff de Raymond-la-défiance. Pourtant, il en est bien le moins emblématique. Le gars, avec sa carrière étrange (remplaçant telllement anonyme à l'OM qu'il sera prêté à Istres, bourlingueur italien de Naples à Parme en passant par la Sampdoria, finish à l'Espanyol Barcelone), il se retrouve dans l'encadrement des Bleus. Pour dire vrai, il est pas méchant le "Bogoss", avec son image de brutasse phocéenne dans la tradition des Casoni, Di Meco et autre Marcel Dib… Un condensé de kakou aux cheveux longmais la main sur le cœur, sans grand talent mais, façon Lionel Charbonnier, qui peut quand même préparer ses discours de champion du monde pour ses petits enfants… Allez hop, un petit souvenir parmesan de but "enroulé-raté", lors de la campagne victorieuse des Italiens en UEFA'99…



Là où l'annonce de sa nomination est quand même assez marrante, pour qui en a ras-le-bol de la footixisation des esprits, c'est que dans le réservoir des potes à Zizou, y en avait des cadors potentiels. A commencer par Deschamps et Lolo Blanc. Domenech maintenu, pour le rôle d'adjoint, on aurait pu imaginer un Youri, un Bixente, voire même un Nanard Diomède… Mais là, non, c'est Boghossian. Faut dire que le mec a donné des gages de "gnan-gnan" en (dé)chantant "Loooooove united" aux côtés de Figo et Barthez (ça se passe là au bout de 2 minutes), et puis il a quand même une grosse expérience de coaching à faire valoir. Fana de golf devenu talentueux et grand pote de David Ginola, ce qui dénote d'un attachement aussi relatif que respectable au ballon, il était jusque-là entraîneur des "moins de 18" de l'équipe nationale de petite balle blanche…

 
 
C'était donc bien la peine de nous infliger une campagne de communication relayée par TF1 et RMC, avec Zizou découvrant la prise de parti… Tout ça pour se retrouver avec un honnête second couteau devenu retraité qui s'éclate sur les green avec un représentant de L'oréal. Bien joué, France 98… 

30/07/2008

L'esprit olympique à deux balles, Bilbao perd son âme et Interville fait dans la censure (Au comptoir de la tertulia #12)

Tant de sujets et d'autres que l'on a évoqué en passant, au zinc et en terrasse (foutue loi sur la clope!), quand vient l'heure de l'apéro…

 

Olympique ta mère! Sincèrement, c'est pas pour faire mon gauchiste à la con, mais je les sens de moins en moins ces JO. Quant on entend les propos hallucinant de courbage d'échine du président du CNOSF Henri Sérandour sur France Inter ce matin, y a de quoi souhaiter la mort de l'olympisme, bien plus que celle du Tour de France (retrouvez cette allégorie d'homme couché ici, en vidéo). Et le Sporting Tertulia a de grosse envies d'imiter Bernard Faure dans son traitement des Jeux. Heureusement, il y aura le tournoi de foot qui s'annonce somptueux et les deux grosses équipes latinas. En guise d'amuse-bouche, on peut voir les matchs de préparation des jeunes talents argentins (+ Riquelme) face aux Japonais (en cliquant ici), et celui des minots brésiliens (+ Ronaldinho) face à Singapour (en cliquant ici). Et parce qu'on a toujours plus envie de défendre notre Ronaldigros préféré, définitivement beaucoup plus culte quand il est bourrelé de talent, voici sa dernière petite "roulette bout de course qui sert à rien", mais de toute beauté…




Hommage au grand Jaap.
Le week-end dernier, c'était le jubilé de Jaap Stam. Icône du bourrin batave, il est ce qui est arrivé de mieux à la Hollande depuis Spinoza et la légalisation du cannabis. On t'oubliera pas, Jaap…



Foutu foot-bizness. Ils auront résisté longtemps, les Basques de l'Athletic Bilbao. Emblème de la résistance au foot moderne, avec ses joueurs identitaires et exclusivement locaux. Et ben voilà que l'autre fierté du club vient de s'effondrer. Pour la première fois de sa belle existence, les gardiens du temple (enfin, de la cathédrale) de San Mames vont jouer avec de la pub sur leur maillot. Un mythe immaculé de plus qui s'effondre, et restera à jamais dans nos mémoires…



Bonus interville: l'affaire de "La vache".
Bon ok, ça a pas grand chose à voir avec le sport, si ce n'est que j'ai découvert ce nouveau scandale de la censure lors de la conclusion d'un derby sudiste de haute-volée entre Palavas et Le Grau-du-Roi, sur France 2 hier soir. Je précise (même si personne ne va me croire) que je suis tombé dessus par hasard. Et qu'est-ce que j'entends pas à la fin, lorsque le générique retentit: ILS ONT CHANGE MA CHANSON!!! Non, pas celle d'Arno, mais celle des cultissimes "Ricounes et les counass" (même si maintenant, il est tout seul). Bon, d'accord, ça ne parle qu'aux mecs du midi habitués des ferias enivrées, que ce groupe potache à souhait a rythmé durant tant d'années (ah, "Nicollin à cheval" et "le ricard dans un verre à ballon"…). Je précise aussi que l'on parle plutôt patrimoine que mélomane, face à ce qui reste une pâle imitation des cousins Massilia et Fabulous Troubadour, comme seul le Languedoc sait les enfanter (remember Regg'lyss et son inoubliable "mets de l'huile")… Bref, il se trouve que l'Interville post-moderne des années 2000 (pas celui de Guy et Simone) a choisi comme hymne le morceau qui a fait la gloire de Ricoune sur les rives héraulto-gardoises: "La vache". Mais dans une version totalement dénaturée! Puisque maintenant, la vache, "elle fait meuh" au lieu d'être "une pute". C'est peut-être rien pour vous, mais à l'aube de la féria de Béziers, pour nous ça veut dire beaucoup. Fichu service public. Fichu star-system. Heureusement qu'il reste la V.O…

 

19/07/2008

Hommage à Lux B

1804993238.jpgUne petite pensée en passant pour l'une des "figures" de Marseille, qui s'est éteint vendredi. Lux B et sa voix pleine de soleil, c'était un peu des succès de l'Ohème. L'âme du Massilia Sound System et aussi le foot comme on l'aime. Multiculturel, anti-raciste et empli de pastagas. Pour laisser un message au groupe, c'est ici. Pour se rappeler ce que représente Massilia à Marseille, on peut revoir un reportage ici. Et pour se remémorer l'esprit du "Chourmo football club", c'est ci-dessous…



Dans la torpeur de l'intersaison, Lux B s'en est allé, et le vélodrome ne pourra même pas le saluer. Mais qu'ils sont bleus, nos bleus à l'âme, ça nous rend malheureux…


Et pour finir, un dernier moment de bonheur à la sauce phocéenne, avec the ballad of Lux B et Gari…


 

16/07/2008

Un héritier pour Diego (Au comptoir de la tertulia #10)

Tant de sujets et d'autres que l'on a évoqué en passant, au zinc et en terrasse (foutue loi sur la clope!), quand vient l'heure de l'apéro…

907479150.jpg

Bientôt un Dieguito? La nouvelle a commencé à se répandre dans la presse espagnole. Maradona pourrait être grand-père! Plutôt précoce, la fille de D10S, Giannina, serait enceinte d'un garçon. A 21 ans, elle donnerait ainsi naissance à un talent plus que prometteur pour le foot des années 2020. Le père du nouveau messie (aucun lien avec Lionel, le fils spirituel) est en effet le magnifique Sergio «el Kun» Agüero, le jeune espoir argentin de 19 ans, qui se ballade à l'Atletico Madrid. Rien à voir non plus avec le fils caché d'el Pelusa, Diego Armando Junior, qui se morfond en sixième division italienne






Foutue Padanie…
Il y a deux ans, ça paraissait plutôt excitant cette contre coupe du Monde des pays non-reconnus, dite Viva World Cup. Mais l'édition de cette année est finalement assez décevante, consacrant les simili-fachos de la Padanie (pour résumer, les riches indépendantistes du Nord de l'Italie). Si on y ajoute la présence un peu suspecte de la Provence parmi seulement cinq participants (ambiance Mistral/Mauras), ça commence à sentir un peu le bruni (rien à voir avec Carla), alors que le reste de la liste est plutôt rigolo… Heureusement, la présence d'une équipe féminine du Kurdistan sauve un peu l'affaire et la dimension symbolique…




Sacdefiel is alive!
On l'avait zappé, mais le feuilleton judiciaire s'est enfin terminé le 2 juillet dernier (à moins qu'il n'y ait appel). Les Cahiers du foot ont été relaxé dans l'affaire opposant leur journaliste fictif et cultissime Jean-Patrick Sacdefiel au malheureusement bien réel Denis Balbir. Toutefois, les frais judiciaires restent à la charge des Cahiers, ce qui est en soi une atteinte au libre sarcasme. Mais vu que l'affreux Balbir demandait 50.000 euros et repart grosjean comme avec Orange, la satisfaction demeure. Bravo Sacdefiel, et continuons à acheter le magazine de foot et d'eau fraîche pour qu'il déshonore désormais Christian Jeanpierre…

 

226070323.2.jpgGiggs l'universitaire. Pour finir, une petite info glanée dans le Daily mail pour renforcer l'idée que le foot est une intelligence comme une autre. Le mythique Ryan Giggs a été élevé au rang de "master of arts" par l'université de Salford. Un vrai petit plaisir que cette reconnaissance de l'ailier de Manchester (même si c'est pour sa contribution au sport et aux œuvres de charité), car elle nous fait penser à la fureur des sociologues anti-foot qui enfoncent des portes ouvertes. Et ça nous donne aussi une occase de se mater un bon moment de Gallois débordant…

 

29/05/2008

Bafé l'a fait

Pour une fois, on n'en voudra pas à Jean Mimi Larqué. Toujours aussi horripilant dans le choix de ses têtes de turcs, le consultant de TF1 (mais on pourrait dire le journaliste, tant Jeanpierre est un ojni) a tout donné mardi pour convaincre Raymond Domenech de sélectionner le petit Bafétimbi Gomis. Mais Raymond, il en a rien à foutre des comparaisons débiles avec Zidane… Il donne sa chance au gars qui l'a prend… Et on peut dire que "Bafé" l'a prise…




Quant à ceux qui compare la panthère stéphanoise avec Zizou, juste parce qu'il a mis deux pions pour son premier match chez les Bleus, c'est quand même le degré zéro de l'analyse. Dans ce cas-là, on saurait déjà que Gomis va finir l'Euro par un coup de boule… Et pis Zidane, ça a rien à voir, c'était des buts de meneur de jeu à la Platoche, pas des pions à la Trezegol de l'âge d'or…



S'il faut absolument comparer, ce qui arrive à Gomis, c'est plutôt une Ribéry. La cicatrice et les beaux-frères en moins…




Sinon, franchement, pas grand chose à dire dans la liste du Raymond. Mexès et "Scud" sont patraques, Cissé est maudit, entre Landreau et Mandanda, faut quand même pas déconner… Il est pas si mal parti que ça, cet Euro…

25/05/2008

Godarsenic

1332211412.jpgCette finale de Coupe, franchement, c'était pas gagné pour que je m'y intéresse. En supporter marseillo-montpelliérain, un PSG-Lyon, c'est le genre de match qui vous fait découvrir l'indécision partisane, après vingt ans de bons et loyaux services rendus au parti pris de toutes sortes, si possible de mauvaise foi… Mais bon, c'est quand même une finale de Coupe entre deux grands noms du ballon hexagonal. Alors ça vaut quand même toujours le coup de mater une mi-temps, histoire de pas louper le match débridé de l'année…

Et ben, j'ai pas pu tenir jusqu'à la mi-temps sans zapper. Pourtant, on peut pas dire, le spectacle était plutôt bon. Et, ça fait mal de l'avouer, Paris jouait plutôt pas mal. Mais, franchement, c'te réalisation vidéo… J'avais oublié que c'était sur France Télévision. Et là, le drame. Les caméras de Fred Godard. Est-ce dû à un patronyme trop dur à assumer dans l'histoire de la belle image? Je ne sais pas. Et même quand l'intérêt sportif reprend le dessus, malgré les insoutenables ralentis noir et blanc teinté de carton jaune fluo où les gros plans sur les pompes du gardien, on se voit infliger une séquence façon Claude Lellouch qui donne encore mal à la tête…



Et là, j'ai plus eu le goût… Déjà qu'on se tape le révulsif Daniel "conditions du direct" Lauclair interviewant Sarkozy, faudrait en plus se manger les plans à vomir de Fred "je préfère filmer la lune que la balle" Godard? Plus possible. Même Denis "procédurier" Balbir en a eu marre et a préféré s'exporter vers les écrans de portable. Finalement, cette finale, elle m'a permis de bien me marrer en lisant les Cahiers du football, auteurs de deux articles références sur l'homme qui vous donne envie de privatiser le service public. Godard in the sky with diamonds et, version défouloir, Godard in the sky with diamonds II.

22/05/2008

Pense à autre chose, Nico…

2004313180.jpgEn y repensant, y a pas grand chose à dire sur cette finale de Ligue des champions. C'était quand même un peu chiant comme match, mais heureusement l'ambiance a coulé à flot dans les locaux de 20 Minutes. Je sais pas chez vous, mais parmi la quinzaine de Cassandre réunies devant le grand écran de la rédac, on l'avait tous senti que notre Nico national, il allait se vautrer. Et la revoyure des images est encore plus saisissante. Vous avez remarqué sa tronche au moment de s'avancer vers le point de péno? Une allégorie du mec qui le sent pas, qui fronce les sourcils comme quand on a mal au bide…

 

Alors c'est sûr que c'est pas le top pour un attaquant de paumer un titre sur tir-au-but, juste avant l'Euro. Pas sûr que Raymond il soit très serein, si jamais il a une liste de tireurs à griffoner en phases finales cet été… Pauv' Nico… On a envie de te dire: distrais-toi, pense à autre chose… Et comme on est sympa, au comptoir de la Tertulia, on t'offre de quoi t'évader. Notre top 5 des séances de pénos les plus cultes…

Comment ça, on est salaud? C'est pour te remotiver mon Nico! Pour que tu sois mon seul, dans tes fringues qui risquent de se vendre beaucoup moins bien, d'un coup. Si vous avez d'autres souvenirs de tirs-aux-buts mythiques, signalez-les dans les com' ci-dessous, ça servira forcément pour l'Euro…


5. Le plus vintage: France-Bresil 1986

Jojo Bats au sommet, Socrates qui se la joue sans élan, Bellone le cul bordé de nouilles, Platoche qui craque, et Luis…



4. Le plus "duel au sommet": Milan-Juve 2003

Dida vs Buffon, enchaînement d'arrêts de grande classe. Et la Vieille dame qui s'incline devant Sheva…



3. Le plus "final de légende": Liverpool-Milan 2005

La finale du siècle, qui se termine aux pénos, c'est énorme. Et un hommage à Jerzy Dudek, le Tchèque Polonais dansant…



2. Le plus "vidéo gag": Hollande-Italie 2000

Demi-finale de l'Euro, les Bataves jouent à domicile et inventent la lose à la Oranje. Toldo est un héros et F. de Boer un vrai tocard…



1. Le plus "cultissime": Barcelone-Steaua Bucarest 1986

Somptueuse équipe du Steaua. Lacatus, Belodedici, Boloni… Et Helmut Duckadam! Mi-décadent, mi-roi du macadam, le portier roumain sort à lui seul les Blaugrana de Bernd Schuster. Classieux de chez classieux… 

28/04/2008

Alan Brazil… joga bourrito

ed5309d36f84f63b4cc59e0138f1fc56.png C'est une bien triste histoire qui arrive au mythique Alan Brazil. Gloire du foot écossais des années 80, l'attaquant aux faux airs d'Art Garfunkel a pris 20 mois de suspension de permis, après avoir été contrôlé positif à son volant. Devenu journaliste depuis l'arrêt de sa carrière en 1989, le double vainqueur de la coupe UEFA (avec Ipswich et Tottenham) n'accepte pas la sentence. Brazil avait ému le Royaume-Uni en 1996, révélant au Daily Record avoir été abusé sexuellement, quand il n'était qu'un Celtic boy de 13 ans, par le coach des espoirs de Glasgow à l'époque, Jim Torbett. Il était alors devenu le symbole d'un malaise global qui traversa l'île alors. Chose incroyable, son audition s'est retouvée sur Youtube. Où l'on entend Brazil dénoncer «ces pédophiles qui font trois mois de prison, puis qui sont libérés». Triste histoire.



Imaginez si Youtube avait existé à l'époque de Patrice Loko… Plutôt que d'y penser, rendons hommage à ce pauvre Alan, en repensant à sa carrière internationale sous le maillot scottish. Là encore pas de bol, puisque le buteur des Spurs est resté la majeure partie sur le banc, barré par Kenny Dalglish et autre Gordon Strachan. Résultat, Brazil n'a même pas joué le Brésil, lors du cultissime match de 1982…



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu