Avertir le modérateur

07/08/2008

Boycott moins le ballon

Dans la canicule méridionale, le Sporting Tertulia en a définitivement rien à carrer de ces JO. Bon ok, je materai sûremement un peu de judo et d'escrime. En bon patriote qui aime bien ces sports délaissés à fort potentiel de médailles tricolores. Sans doute aussi que je materai le vélo, pour voir Cyril Dessel ravir le titre à Valverde. Mais pour le reste, en bon disciple de "Domenech le plus ultra", je passe mon tour. Le concours de doping sino-ricain, l'ambiance militaro-coco post-sport-moderne, les contorsions de Sarko et du CIO, très peu pour moi.

Nan, y a qu'un truc qui fait vraiment envie dans ces Jeux olympires, c'est le ballon. Hand et basket, pour les néo-barjots et Ginobili. Mais surtout, le tournoi de foot. Rhaaaaaaaa, le foot olympique. Mieux qu'un championnat du monde espoir, puisqu'on y rajoute quelques vedettes expérimentées. Jeu insouciant de la jeunesse, plus Riquelme et Ronaldinho. Ce tournoi, il a de la gueule. Et il a vraiment un côté culte, voire cultissime. D'abord parce que Daniel Xuereb, François Brisson et France'84. "Monsieur Xu" et son équipe de bras cassés magnifiques et chevelus, c'était la victoire des sans-grade.

1057242332.jpg



Ensuite parce que cinq souvenirs, comme autant de vidéos qui font plaisir. Top 5 olympique tendant à démontrer qu'on est dans une compèt' qui vaut bien le mondial, et où l'on ne sait vraiment pas qui gagne à la fin.


5. Les Brésiliens n'ont jamais rien gagné.
Et ça, ça fait bien marrer. Même si leur présence nous a toujours apporté de beaux buts, la Seleçaõ s'est toujours vautrée dans ce tournoi, prouvant combien il est plus réaliste que la World cup.



4. L'Irak peut aller en demi.
Lors d'Athènes'2004, les orphelins de Saddam se sont retrouvé pour la première fois une identité nationale. Des buts splendides tout au long de l'épreuve et un dernier carré magique à la fin.



3. Le Cameroun qui va au bout. Une génération dorée de joueurs, qui se balade et venge les Lions domptés de Roger Milla lors des mondiaux 90 et 94. Du beau, du bon, du but et des ptits jeunes qui déchirent à Sidney, en cette année 2000: Lauren, M'Bami, Etoo, M'Boma. Un régal.



2. Le Nigéria qui mate tout le monde. Lors des Jeux d'Atlanta, en 1996, les Africains sont impériaux et ramènent eu continent le premier titre international de l'histoire. Et de quelle façon! Nwanko Kanu entre au panthéon, sous les yeux de Pierluigi Collina et de l'Argentin Daniel "el burrito" Ortega. Finale d'anthologie et immense respect.



1. L'Argentine au sommet.
En attendant le doublé de la dream team albiceleste (avec Riquelme, Messi, Agüero, Banega), on se replonge dans les Jeux d'Athènes'2004. Sans doute que les Argentins n'ont jamis joué à un tel niveau tout au long d'une compétition. Collectif impressionant, prise d'initiave avec maximum de réalisme, et le grand Carlos "el Apache" Tevez. Si l'on rajoute des peignées pour tout le monde (dont un 6-0 contre la Serbie, avec but de ouf du Lyonnais "el chelito" Delgado), le dribble dit de "la boba" par le surclassieux D'Alessandro, les terrifiants Gonzalez (Lucho et Killy), c'est carrément énorme. Plutôt que de se refaire la finale, assez décevante (1-0 contre le Paraguay), coup de rétro en demie, avec une correction italienne (3-0) de toute beauté.

06/08/2008

Des dangers de la webcam pour un footeux

117803506.pngAlors que le souvenir des performances des deux jeunes branleurs Banega et Maidana reste dans nos mémoires (les deux jeunes boquenses s'étaient fait choper en train de montrer leur bite à des internautes), le monde du ballon compte une nouvelle victime de la webcam. Mais ce coup-ci, il n'y a rien de graveleux et le nouveau martyr est en fait coupable, car c'est lui qui aurait mis cette vidéo sur son Facebook (peux pas vérifier, suis contre Facebook)… Il s'agit du milieu offensif américain Jerry Feilhaber, actuellement sans club après quelques expériences anglaises sans grand relief. Et visiblement, il cherche une reconversion de chanteur de playback pourri, reprenant ici un morceau bien rance et intitulé "No air" et originalement composé par Jordin Sparks et Chris Brown


Pour ne pas trop enfoncer notre héros, rappelons aussi qu'il avait marqué le but de la gagne, lors de la Gold cup 2007, face au Mexique (2-1)… Un "golazo" de toute beauté…

05/08/2008

Voir Nîmes et mourir

1754097812.jpgRhaaaaaaa, comment c'est bon de retrouver le Nîmes Olympique en L2! Au même niveau que Montpellier. Et les deux clubs qui nous gratifient d'une entrée de championnat digne du FC Metz durant les quinze dernières années de division 1. Deux défaites 1-0 (contre Brest aux Costières et à Strasbourg pour les hommes de Loulou Nicollin, qui n'ont pas démérité), et déjà la certitude que cette saison ne vaudrait que pour les deux derbies enflammés entre les meilleurs ennemis du Languedoc.

Mais là où ces "grandes oreilles" de Nîmois (l'explication de ce surnom en cliquant ici) sont définitivement mythiques, c'est quand l'un de leurs supporters me raconte ce retour dans la pré-élite du foot, au comptoir de la tertulia. "Putain, je te jure, on s'est fait niquer par cet enculé d'arbitre! Il nous refuse deux buts que je vais lui faire bouffer ses lunettes par le cul, et en plus il nous exclut deux mecs!» En vérité, il y a eu un exclu de chaque côté, mais mon Ninou il s'en fout (dans le Gard, ils s'appellent tous Ninou), il est Nîmois et tout le monde leur en veut, "point barre". Et bien que je n'ai toujours pas renoncé à mon vieux projet de raser par le feu leur foutu stade, je dois quand même reconnaître que ça fait quelque chose de retrouver ces têtes de cons à notre niveau (inférieur)…

"Cela dit, on a fait honneur", rajoute ce bon vieux Ninou tout en avouant en passant qu'il n'était pas au match mais que des "collègues" lui ont raconté: "Les Gladiators avaient bien fait les choses. Fumigènes et tout le bordel. Ça t'as mis un pataquès, les mecs y voyaient plus rien sur la pelouse! Et tu sais quoi?! Ces enculés de la Ligue, ils parlent de nous interdire le stade. C'est des caramels, ces enculés!" Pour les béotiens, les "Gladiators" c'est le club de supporters (quelques chants en cliquant ici)

Le sourire béat au coin de mon pastis au coin de mes lèvres, je pouvais apprécier pleinement mes vacances. Les " crocos nîmois" sont dans la place, et on devrait apprendre plein de nouveaux mots bizarres dans les prochains mois, surtout des mots composés à base d'"enculé"… Et quand on retrouve l'ordi après ce séjour en terre hostile (faites gaffe si vous y allez, là-bas on conduit à gauche, jamais à moins de 130 et toujours bourré), c'est le double-kif. Y avait vraiment but et ils sont vraiment maudits, ces Nîmois… Dans ton cul, Ninou!

 

 

04/08/2008

La différence entre une légende et une starlette

692614208.jpg Rhaaaaaaaaaa, Ole-Gunnar Solkjaer… Un patronyme imprononçable, un physique ingrat, une tronche de "Mad". Mais l'amour du maillot Red devils chevillé à son corps malingre. Onze ans durant, il aura porté le maillot de Manchester United. "Babyface killer" restera dans l'histoire du club pour son but lors de la finale renversante de ligue des champions face au Bayern. Samedi, Mancunia a fêté le jubilé d'Ole, le chouchou des supporters populaires d'un club devenu machine à fric. Avec Giggs, le Scandinave était l'un des derniers fleurons de la fidélité footballistique, et l'émotion (ici, en vidéo) du "tueur au visage d'enfant" (le syndrome Eric Carrière, le talent en plus) fait franchement plaisir à voir, en ces temps de star-system à la sauce mercenaire…



À propos du play-boy lusitanien, le sporting Tertulia vous conseille un petit jeu qui fait bien passer le temps en ce mois d'août olympire (malgré les efforts notoires de la sexy-canoïste allemande Jenny Bongardt pour nous intéresser aux JO). Ça s'appelle "Ronaldo2Real", et perso j'ai toujours pas réussi à le faire s'évader de l'hôpital. J'suis beaucoup plus fort à "Monkey Kick-off" et c'est visiblement plus compliqué (mais moins réjouissant) que "striker of the month" (ou l'art compliqué de la patate de volée)…

03/08/2008

Gronaldo et Ronaldigros sont dans un bateau…

Vite fait, un petit dessin animé brésilien sur nos deux Auriverde préférés. Trouvé sur le site animatunes, un petit moment enfantin et en chanson avec les deux rois de la grassouille et de la dribblouille, Ronaldo et Ronaldinho… Comprends pas la langue de Gilberto Gil, mais pour résumer, ça chambre…



02/08/2008

Bilan d'étape

En début de vacances et de retour à Montpeul, la sérénité joyeuse entraîne à un simple bilan de santé blogoïde. Après six mois de tertulia, et avec l'aide de mes ex-collègues préférés de l'excellent 20minutes.fr (big up Johan!), qui ont souvent "remonté à la une" ce blog foutraque, le Sporting affiche une audience pas ridicule. Ce dernier mois, 20.000 visiteurs uniques et 50.000 pages vues, ça fait zizir… Même que le TSC serait devenu un "blog influent"… Ambiance Versac sporting club. Sauf que moi j'ai déjà failli arrêter au bout de deux mois.

 

979738690.png

 

Je précise qu'on est ici dans le second degré auto-dérision/dérisoire le plus total. À quand une "République corinthiane des blogs" avec les amis anonymes Séville82, Nice rugby ou le Vestiaire… Là, en fait, si j'ai bien compris le classement Wikio, je viens de faire gagner aux trois blogs pré-cités des "points d'influence"…

Pour continuer de relativiser l'enthousiasme égocentrique, il suffit de regarder quels billets ont fait le plus d'audimat. Tsonga à poil en boîte, Ribéry et ses blagues à la con, la Squadra envahie par de sublimes streaker(es) ou un arbitre complétement bourré… Mouais. Encore raté pour mon prix pulitzer.

01/08/2008

Beach, oh ma beach…

842661098.jpgUn petit top 5 en passant, des plus beaux buts du récent Mondial de beach-soccer. Attention, y a du très lourd! De quoi nous convaincre encore davantage qu'il se passe quelque chose de ce côté-ci de la planète ballon. Dans une récente interview à L'Equipe mag', Eric Cantona expliquait avec son enthousiasme poétisé à l'extrême que c'est sur le sable que le foot se réinvente. Combinaisons de jeu innovantes modernisant le rôle du gardien, apologie du geste technique mi-gri-gri mi-efficace, cheminement ultra-direct des trajectoires vers le but…  Si l'on y ajoute un incroyable Espagnol "bicyclettador' qui file un coup de vieux à Amara Simba (Amarelle), un ruscof à la frappe de mule (Leonov) et un Brésilien au coup de rein qui claque (Buru), ou le fils caché de Diego, ça devient carrément sublime…

Le titre de ce billet est évidemment un hommage à Frank Alamo… 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu