Avertir le modérateur

26/06/2008

Vive la télé publique!

2020167220.jpgCette demi-finale Turquie-Allemagne aurait pu être splendide. Mais on n'en a vu qu'une grosse moitié. C'est con, car sur la première mi-temps, on s'était plutôt régalé des raids de Mehmet Aurelio (définitivement meilleur Brésilien de l'Euro), des relais de Kasim-Kasim (très fort-très fort) ou de la tronche de vieux lion de Cappadoce de Rüstü… Et puis la panne. En langage TF1 (mais ça marche aussi pour le service des sports de France 2 lors d'étapes alpestres du Tour): Rupture de faisceau.

Résultat: on s'est tapé un anonyme décoiffé et dont on est sûr qu'il n'est pas le fils caché de Monsieur Meuble (big up à 20 Minutes qui l'a interviewé)…



Même avec Denis Brogniart, dépêché en quatrième vitesse pour remplacer l'erreur de casting improvisé, ce fut tout aussi frustrant. Surtout quand le Denis, il nous répète à l'envi que «ça se passe partout dans le monde pareil. Personne n'a les images…» Avant de nous balancer un best-of du Téléfoot de dimanche dernier. Et nous, obligé d'attraper la première radio sportive qui passe sur la bande. Et ce soupçon qui trotte. Il nous prendrait pas pour des truffes, le Brogniart?!

Un simple coup d'œil sur le meilleur blog du monde, et l'on s'aperçoit que la télé publique, c'est quand même autre chose point de vue professionnalisme. Bon, ok, sur la télé publique anglaise. Glorieuse BBC… Car à la Beeb's, quand on se mange un «Break of bundle» (traduction approximative), on oublie d'être pataud et on met la radio. C'est déjà un bon début…



Mais là où le Brogniart, il se fout vraiment de nous, c'est quand on lit les commentaires sous le billet de 101greatgoals.com. Sous réserve de véracité de ces derniers, on se rend compte qu'en Allemagne, en Hollande, en République tchèque (liste non-exhaustive, plus d'info ici), tout était fini au bout de cinq minutes…

Plutôt que de continuer à tergiverser sur mon boycott à venir de Koh-Lanta,  je préfère penser au superbe Espagne-Russie qui se profile. J'ai pas le temps de rédiger la rétro vidéo que j'avais préparé sur Guus Hiddink. On y voyait une pub sur la victoire du PSV Eindhoven '88, une autre sur la Hollande nostalgique, et quelques résumés des épopées australienne et sud-coréenne. En espérant que "Ruse" Hiddink perturbe Poutine comme il fait déjà trembler Kim-Jong Il…

Bonne cote pour Quito en Copa

Rapidement, car cette finale de Copa Libertadores privée de Boca Juniors a du mal à m'exciter, la Liga Deportiva de Quito a remporté haut la main le match aller. Les Equatoriens l'emportent 4-2 face aux Brésiliens de Fluminense. Les Cariocas conservent toutefois toutes leurs chances, pouvant espérer la gagne avec un 2-0 au retour, après avoir subi une première mi-temps de ouf (4-1)…




A mordre l'arbitre?

2089678979.jpgIl est des joueurs que l'injustice rend fou. A mille lieux de l'Euro, on reviendra plus tard sur ce Turquie-Allemagne à la radio, il existe une jungle indicible et à peine défrichée dans la planète ballon. Les arbitres y jouent leur va-tout à chaque fois qu'ils osent mettre la main à la poche, pour cartonner un fautif. Cette jungle, c'est le championnat amateur du Delaware, obscur état américain, où le soccer doit être aussi populaire que le rink-hokey et le footbag. La semaine dernière, Rannord Jones n'a pas accepté le carton jaune infligé par le juge suprême. Résultat: une scène à la Hannibal Lecter, version pré sanglant… Brrrrr



Où l'on repense forcément à l'inestimable Jermaine Defoe, qu'il ne faut pas trop tacler par derrière si on ne veut pas se faire arracher un bout de bras, comme sur ce pauvre Javier Mascherano lors d'un Tottenham-West Ham il y a deux ans…


 

25/06/2008

Quelques conseils pour gardien turc devenu avant-centre

1133838120.jpgAutant le dire franchement, même si je rêve d'une victoire turque ce soir, je suis plus que sceptique. Face à la Panzer division teutonne, les ptits gars de Fatih Terim risquent d'être justes… Privée de la perle bosphorienne Nihat, l'équipe de Turquie décimée par les blessures et les suspensions pourrait s'en remettre à Tolga Zengin (photo), troisième gardien que le mythique coach ottoman envisage de faire entrer en cours de match… comme avant-centre. Même s'il a depuis évoqué une plaisanterie, on s'est pris à rêver d'une turquerie géniale…

Panache et coup de poker, qui pourraient s'avérer cultissimes, à condition d'être à la hauteur de la prise de risque. Le Sporting Tertulia a fouillé dans sa mémoire pour donner des idées à Zengin, en lui conseillant un top 5 vidéos pour devenir le héros du derby bière-kebab… Au pire, si Terim se dégonfle vraiment, ça servira à Rustu (qui ne se prononce pas "Roustou", ainsi qu'on l'apprend sur l'excellent blog Turk football). Dans les arrêts de jeu, quand l'Allemagne mènera 1-0…

 

Tirer les coup-francs. C'est ainsi que le Paraguayen Jose-Luis Chilavert et le Brésilien Rogerio Ceni ont construit leur légende latina de goal goleador… Parfois à la Platoche, parfois en filou…





Travailler le jeu de tête. Dans la tradition des buts de portiers, le pion sur coup de pied arrêté dans les dernières minutes dans toutes les mémoires. Être grand est dans ce cas un avantage, comme pour Peter Schmeichel…



Profiter des cafouillages.
Autre option: se mettre au point de péno et attendre le pataquès, en profitant de son expérience des sorties aériennes pour bourrer quelques adversaires, tendre le pied et la mettre au fond. Un point c'est Toldo…




Ne pas oublier de se replier.
En cas de but, il ne sert à rien de faire le malin et de se la raconter devant les supporters. Ce serait risquer de tout gâcher. A Leverkusen, on s'en souvient encore de ce con de Hans-Jörg Butt…



Le sens du spectacle avant tout. Le maître absolu des gardiens jouant dans le champ s'appelle Jorge Campos. Superbe Mexicain, il lui arrivait de revêtir le maillot de l'avant-centre une partie durant, sans autre motif que celui d'exercer son talent de joueur avide de byciclette somptueuse…



24/06/2008

Deschamps du cygne

2106047880.jpg Quitte à se fâcher avec les 60 millions de Footix qui peuplent notre beau pays, le Sporting Tertulia a envie de mettre les pieds dans le panier de crabes du débat autour du futur sélectionneur. Comme l'avait impeccablement annoncé le toujours parfait Greg Schneider dans Libé samedi (alors que le reste de la presse s'évertuait à lyncher tant et plus notre Domenech national), rien n'est joué et Raymond-la-Résistance pourrait très bien rempiler. Pat Vieira et Ti'Frank Ribéry soutiennent le coach, et maître Vikash (dont je découvre aujourd'hui les chroniques inégales mais bien troussées -l'histoire de sa vie- sur le blog des Eurockéennes) résume on ne peut mieux la pensée tertulienne:

«Maintenant je crains le pire, c’est à dire devoir se taper encore et encore Gloria Gaynor pendant 20 ans. Les anciens de 98 veulent reprendre le pouvoir. Non s’il vous plait. Tout mais pas ça ! Deschamps supporter de «Chasse Pêche et Tradition» en sélectionneur de l’équipe de France, pire que Laporte sélectionneur du 15 de France».

Est-il possible à tous les contempteurs de "la Déche" (Zizou le dernier en date) de ne pas occulter certaines zones d'ombre dans leur panégyrique du nouveau sauveur de la nation? MM. Larqué, Lizarazu, Fernandez, tous les sponsors et médias connivents qui se réunissent dans une communauté d'intérêts (inconsciente?) autour d'un changement de cap soi-disant salutaire, est-il possible d'éclaircir deux trois choses au sujet de notre bon vieux Didier Deschamps?

Un bon sélectionneur?
Le passif importe peu. La preuve, Domenech avait un palmarès de sous-coach en arrivant à la tête des Bleus. Alors pourquoi glorifier tant et tant celui de Deschamps. Une coupe de la ligue et une finale de Ligue des champions (tout en frôlant la relégation) avec Monaco, un titre de champion de D2 italienne (avec une Juve largement au-dessus du lot). C'est quand même pas l'extase… Même si l'épopée de l'ASM, c'était bien…




Un changement de jeu?

La génération 98, dont il a été capitaine et donc organisateur sur le pré, c'était quand même un seul mec en pointe (remember Guivarch!!!) et trois milieux défensifs. Ce qui n'enlève rien au plaisir qu'elle nous a procuré. À titre individuel, et ça n'enlève rien à ses qualités de récupération, on ne peut pas dire non plus que le gars soit un grand orientateur de jeu et un relanceur hors-pair de ballon. Quant à son sens de l'offensive, 22 buts en 16 ans, dont aucun ayant marqué notre mémoire (ni celle de Dailymotion et Youtube), on a connu plus attiré par les cages… En espérant revivre les folles années fin de siècle, ne risque-t-on pas de se retrouver avec un jeu à l'allemande des années 90…

 

1554025279.jpg

 

Un changement de style?
Alors là, ouais. C'est sûr que le Dédé, c'est pas de la provoc' et du vocabulaire qui irrite le journaliste sportif mal comprenant. C'est du basique, du "À partir de là", de "l'enjeu qui prime sur le jeu" et RMC remplaçant M6 dans les petits papiers de la FFF. Franchement, j'ai des potes qui sont accros, mais moi au bout de deux minutes j'en peux plus…


 

La question qui tue. Pour l'avoir posé au "Mister" quand il officiait à la Juve, So Foot est devenu tricard aux abords du stade des Alpes… Et le dopage dans tout ça, M'sieur Deschamps? Parce que s'il est nommé patron de l'équipe de France, on aimerait quand même savoir s'il a prévu de venir avec les médecins turinois et s'il va demander à Sarkozy et Bachelot de dépénaliser la créatine…  


Deschamps dopage
envoyé par kbc29



 

23/06/2008

Nouveaux points quartsdinaux

1602417577.jpg

Le "grand huit européen" a délivré ses enseignements. Bilan en forme de nanalyse, dessinant la nouvelle boussole du foot européen. Quatre nouveaux points cardinaux dans la zone Euro, renouvellant le style de jeu continental. Et un dernier carré en forme de controverse entre anciens et modernes… Vieille Europe en quête de rajeunissement (Espagne & Allemagne) contre jeune relève sur la voie de maturité (Russie & Turquie)…

 

Au Nord, l'Allemagne. Le retour de l'efficacité et de la puissance teutonne. Avec un petit supplément d'âme apporté par le coach Joachim Löw (profile): on va vers l'avant et on redouble les passes. Mais les fondamentaux sont toujours là. Des grands costauds devant (Müller/Klöse), qui renardent dans la surface et un maître à jouer inégal mais qui mène l'équipe vers le but (Littbarski/Ballack). C'est pas des plus fantastiques, mais ça produit du jeu et des buts… et ça gagne à la fin…



Au Sud, la Turquie. Ce n'est pas l'Orient qui se révèle dans cet Euro, mais bien le foot méditerranéen tel que les latins ont oublié de le pratiquer. Comme des morts de faims sur toutes les balles, le sens du spectacle et l'inaltérable confiance que rien n'est jamais perdu. Deux-trois tripoteurs devant et quatre-cinq bourrins derrière, le tout formant un impressionnant bloc collectif, à la fierté nationaliste capable de renverser les montagnes… À dire vrai, le raisonnement marchait aussi pour la Croatie, mais fallait bien un vainqueur…



À l'Ouest, l'Espagne. Quelques graines et beaucoup de mulets. De jeunes talents impétueux (Senna, Silva, Villa, Torres), une doctrine de jeu pas vraiment convaincante (le Tiki-taka, multiplication de passes courtes jusqu'à l'approche des cages), et rien de bien nouveau sous le soleil ibère. Juste le réconfort de ne plus être le looser de l'Europe et la satisfaction de renvoyer les Italiens à leur retraite moisie de football rance (le même que les Bleus, en fait). Evidemment aux pénos…



À l'Est, la Russie. Du beau, du bon, du ballon. Un collectivisme qui n'écrase pas les stars, une jeunesse qui ne craint degun et un entraîneur idéologue et offensif (on y reviendra). C'est l'URSS de Blokhine, un brin de star-system en plus! Après les Pharaons égyptiens victorieux à la Can, c'est aussi une certaine idée du maillot qui s'impose. Celle d'un championnat où les stars ne vont que rarement à l'étranger et apprenne de longues années à jouer ensemble… Prises d'intervalle, altruisme outrancier, débordements d'ailiers, pressing suicidaire… Allégorie de régalade, donnant un rude coup de vieux aux espoirs bataves… Musique maestro…

22/06/2008

Faut plus le chercher, le ballon d'or…

1542062340.jpgRhaaaaaaaaa, Andreï!!! Arshavin le magnifique, nouvel empereur de la planète ballon. On n'avait qu'une peur, c'était que le lutin du Zenith Saint Petersbourg manque trop à son équipe pour la qualifier. Suspendu pour les deux premiers matchs, il a du flipper comme nous de ne pas pouvoir faire montre de son talent. Et le 4-1 encaissé contre l'Espagne n'avait rien de rassurant. Mais Andreï Arshavin est là, et il bosse pour sa légende. Chef de file d'une équipe russe qui a su prendre le tournant du foot toalitaire vers le football total. Style néo-Cruyffien. La défaite de Belanov et Dassaev contre les Bataves en 88 est vengée… Et de quelle manière! Peut-être la plus belle prolongation depuis Séville 82…



Une coupe de l'UEFA en poche, Arshavin est la preuve que le soleil se lève à l'Est. Et mérite sans conteste le ballon d'or, pour une fois que la presse de l'ex-bloc soviétique (majoritaire dans le collège des électeurs) ne volera pas le scrutin. C'est pas Nedved ou Sheva, c'est du sérieux et de l'efficace. Pas de gri-gri Ronaldiens. C'est Sacha Zavarov qu'on ressuscite, tout en insouciance classieuse et décisive…

Carla

En attendant de revenir sur les quarts de finale et le retour de la froideur germanique, l'invincible Turquie ou la fabuleuse armada russe… Une vidéo "à but commercial" en faveur de mon employeur. Ça n'a rien à voir avec le débat sportif, rien à faire en temps normal dans le Sporting Tertulia, mais c'est de l'auto-promo rigolote. En ces temps de "dynastie présidentielle" et de surcouverture médiatique (voir Libé ou ce moment surréaliste filmé par Le Figaro lui-même, dans les coulisses d'un prince à la cour…), cette annonce a illuminé mon dimanche matin. Carla qui soutient Mediapart, la classe…



Big up à ces deux lecteurs qui ont fait presque mieux que Jacques Higelin et Rodolphe Burger (les vrais)…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu