Avertir le modérateur

28/09/2008

Rien n'égale un Mondial

100px-Jersey_rainbow.svg.pngRhaaaaaaaaaa… c'est jour de Mondial cycliste! Il n'y a rien que je préfère plus qu'un championnat du monde sur route. Ou plutôt que je préférais. Depuis une dizaine d'année, c'est surtout devenu un rendez-vous de sprinters quand le souvenir ému que j'en garde est celui de l'âge d'or de la charnière des années 90. Cette période culte de chez culte où, tout minot devant le poste, on pouvait voir se tirer la bourre comme des barjes les plus grands noms du cyclisme contemporain. Dans leurs beaux maillots nationaux, qu'est-ce que j'ai trépigné en voyant ces emballages finaux toujours plus finauds. Top 5 des plus beaux Mondiaux, en attendant de retrouver ses yeux d'enfant pour supporter Mimosa cet après-midi…

 

5. Laurent Brochard, 1997. Le bandeau, la coupe à la con, l'attaque à la flamme rouge, puis le sprint irrésistible. Une victoire qui sonne comme la fin d'une époque pour la Broche, quelques mois avant l'affaire Festina…




4. Gianni Bugno, 1992. Les lunettes de soleil, les cheveux vers l'arrière et le finish sûr de lui, le beau Gianni ne brillait pas que dans le dernier virage de l'Alpe d'Huez. Un an après avoir déjà écœuré tout le monde et s'être emparé du maillot arc-en-ciel, il récidive au terme d'un sprint somptueux de plus de 500m en mano-a-mano avec Laurent Jalabert. Forcément sublime…




3. Luc Le Blanc, 1994.
Lucho qui fait enfin la nique aux Italiens, chez eux en plus. Dans les pentes d'Agrigente et avec l'aide de Richard Virenque, il inflige une leçon de vélo à la Squadra azzura. Il raconte sa course, au micro de Patrick Chêne. Et là, l'émotion nous saisit: ce que c'était bien avant…



2. Maurizio Fondriest, 1988.
L'imposture totale, mais un modèle de victoire "à la rital". La dernière ligne droite qui fait le plus mal aux adorateurs du grand Claudy Criquiélion. Le Belge aurait du gagner, s'il n'avait pas été tassé comme un pancake par l'horrible Canadien Steve Bauer. Et les images de Claudy et son vélo cassé franchissant la ligne à pied font encore saigner mon cœur de Belge qui s'ignore…




1. Stephen Roche, 1987. Le sprint de malade, en duel avec l'autre plus grand cycliste irlandais de tous les temps (en même temps, ils ne sont que deux): le magique Sean Kelly. Cette année-là, Roche et son petit casque à boudins réussit le triplé des seigneurs, après le Tour et le Giro. Et je me disais que, définitivement, je ne pourrais pas me passer de ce sport les années à venir…

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu