Avertir le modérateur

30/07/2008

L'esprit olympique à deux balles, Bilbao perd son âme et Interville fait dans la censure (Au comptoir de la tertulia #12)

Tant de sujets et d'autres que l'on a évoqué en passant, au zinc et en terrasse (foutue loi sur la clope!), quand vient l'heure de l'apéro…

 

Olympique ta mère! Sincèrement, c'est pas pour faire mon gauchiste à la con, mais je les sens de moins en moins ces JO. Quant on entend les propos hallucinant de courbage d'échine du président du CNOSF Henri Sérandour sur France Inter ce matin, y a de quoi souhaiter la mort de l'olympisme, bien plus que celle du Tour de France (retrouvez cette allégorie d'homme couché ici, en vidéo). Et le Sporting Tertulia a de grosse envies d'imiter Bernard Faure dans son traitement des Jeux. Heureusement, il y aura le tournoi de foot qui s'annonce somptueux et les deux grosses équipes latinas. En guise d'amuse-bouche, on peut voir les matchs de préparation des jeunes talents argentins (+ Riquelme) face aux Japonais (en cliquant ici), et celui des minots brésiliens (+ Ronaldinho) face à Singapour (en cliquant ici). Et parce qu'on a toujours plus envie de défendre notre Ronaldigros préféré, définitivement beaucoup plus culte quand il est bourrelé de talent, voici sa dernière petite "roulette bout de course qui sert à rien", mais de toute beauté…




Hommage au grand Jaap.
Le week-end dernier, c'était le jubilé de Jaap Stam. Icône du bourrin batave, il est ce qui est arrivé de mieux à la Hollande depuis Spinoza et la légalisation du cannabis. On t'oubliera pas, Jaap…



Foutu foot-bizness. Ils auront résisté longtemps, les Basques de l'Athletic Bilbao. Emblème de la résistance au foot moderne, avec ses joueurs identitaires et exclusivement locaux. Et ben voilà que l'autre fierté du club vient de s'effondrer. Pour la première fois de sa belle existence, les gardiens du temple (enfin, de la cathédrale) de San Mames vont jouer avec de la pub sur leur maillot. Un mythe immaculé de plus qui s'effondre, et restera à jamais dans nos mémoires…



Bonus interville: l'affaire de "La vache".
Bon ok, ça a pas grand chose à voir avec le sport, si ce n'est que j'ai découvert ce nouveau scandale de la censure lors de la conclusion d'un derby sudiste de haute-volée entre Palavas et Le Grau-du-Roi, sur France 2 hier soir. Je précise (même si personne ne va me croire) que je suis tombé dessus par hasard. Et qu'est-ce que j'entends pas à la fin, lorsque le générique retentit: ILS ONT CHANGE MA CHANSON!!! Non, pas celle d'Arno, mais celle des cultissimes "Ricounes et les counass" (même si maintenant, il est tout seul). Bon, d'accord, ça ne parle qu'aux mecs du midi habitués des ferias enivrées, que ce groupe potache à souhait a rythmé durant tant d'années (ah, "Nicollin à cheval" et "le ricard dans un verre à ballon"…). Je précise aussi que l'on parle plutôt patrimoine que mélomane, face à ce qui reste une pâle imitation des cousins Massilia et Fabulous Troubadour, comme seul le Languedoc sait les enfanter (remember Regg'lyss et son inoubliable "mets de l'huile")… Bref, il se trouve que l'Interville post-moderne des années 2000 (pas celui de Guy et Simone) a choisi comme hymne le morceau qui a fait la gloire de Ricoune sur les rives héraulto-gardoises: "La vache". Mais dans une version totalement dénaturée! Puisque maintenant, la vache, "elle fait meuh" au lieu d'être "une pute". C'est peut-être rien pour vous, mais à l'aube de la féria de Béziers, pour nous ça veut dire beaucoup. Fichu service public. Fichu star-system. Heureusement qu'il reste la V.O…

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu