Avertir le modérateur

09/07/2008

Besancenot et l'admiration socratique

411587526.jpg125586036.jpgJe peux pas dire que j'étais le plus à l'aise du monde, à la fin de cet interview avec Olivier Besancenot. Une demi-heure durant, on avait causé "privatisation possible de la poste" et arrive le moment où, pour alimenter ma rubrique "sport is politic", je me mets à lui parler ballon. «En effet, ça n'a rien à voir», soupire-t-il. Mais les souvenirs d'enfance lui redonnent vite le sourire. Premier souvenir? «La seleçaõ de 82-86, un jeu tout en circulation de balle et en chevauchées fantastiques. J'étais fan de Zico et, surtout, de Socrates…» "Olivier" avait alors entre 8 et 12 ans, et on n'en attendait pas moins de lui. A l'aube de la construction de son nouveau parti anticapitaliste, le porte-parole de la LCR ne pouvait qu'être épris d'un footballeur intello de gauche. Et l'apprenti idéaliste qu'il était bambin ne pouvait être que séduit par la classe insolente du colosse brésilien aux dribbles d'argile. Ah Socrates…



Quand on lui rappelle l'épisode de la "Démocratie Corinthiane", dont Socrates était l'instigateur en pleine dictature brésilienne, Besancenot ne semble visiblement pas au courant. Il aurait pourtant pu lire cet excellent billet de Shourin Roy de Soccerblog, sur la lente destruction néolibérale des mythiques Corinthians de Saõ Paulo. Cette équipe qui défiait la dictature de la fin des années 70 en instaurant le principe "un homme une voix" à l'intérieur du club (joueurs + dirigeants) et qui jouait avec un maillot floqué "Democratie", aujourd'hui releguée dans les tréfonds du championnat brésilien après son rachat calamiteux par le très trouble fonds d'investissement MSI

544140832.jpgBesancenot apporte toutefois une anecdote au débat: «Je me souviens qu'en 1985, alors qu'il est présenté à la presse après avoir signé à la Fiorentina, il a surpris tous les journalistes qui lui demandaient ce qu'était pour lui l'Italie. Il avait répondu: Gramsci. Enorme…» Bien joué, l'anecdote est véridique. On en retrouve trace ici ou , ou surtout . On se rend même compte qu'il existe un blog de foot (énorme aussi) intitulé "Gramsci's Kingdom". Un titre qui fait écho à une citation dudit Antonio Gramsci, père du communisme italien et premier à s'autonomiser du socialisme soviétique: «Le football est un royaume de la liberté humaine exercé au grand air». Tout est dit.

Ah non, tout de même, on ne peut pas quitter Besancenot sans le taquiner un coup sur le PSG dont il est supporter. Soupirs. «Joker. On n'a recruté personne pour l'instant? Bon, on ne change pas une équipe qui perd. Mais on continuera toujours à les supporter. C'est comme ça…» Bon allez, pour consoler Olivier, on se remet un coup de Socrates…

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu