Avertir le modérateur

23/06/2008

Nouveaux points quartsdinaux

1602417577.jpg

Le "grand huit européen" a délivré ses enseignements. Bilan en forme de nanalyse, dessinant la nouvelle boussole du foot européen. Quatre nouveaux points cardinaux dans la zone Euro, renouvellant le style de jeu continental. Et un dernier carré en forme de controverse entre anciens et modernes… Vieille Europe en quête de rajeunissement (Espagne & Allemagne) contre jeune relève sur la voie de maturité (Russie & Turquie)…

 

Au Nord, l'Allemagne. Le retour de l'efficacité et de la puissance teutonne. Avec un petit supplément d'âme apporté par le coach Joachim Löw (profile): on va vers l'avant et on redouble les passes. Mais les fondamentaux sont toujours là. Des grands costauds devant (Müller/Klöse), qui renardent dans la surface et un maître à jouer inégal mais qui mène l'équipe vers le but (Littbarski/Ballack). C'est pas des plus fantastiques, mais ça produit du jeu et des buts… et ça gagne à la fin…



Au Sud, la Turquie. Ce n'est pas l'Orient qui se révèle dans cet Euro, mais bien le foot méditerranéen tel que les latins ont oublié de le pratiquer. Comme des morts de faims sur toutes les balles, le sens du spectacle et l'inaltérable confiance que rien n'est jamais perdu. Deux-trois tripoteurs devant et quatre-cinq bourrins derrière, le tout formant un impressionnant bloc collectif, à la fierté nationaliste capable de renverser les montagnes… À dire vrai, le raisonnement marchait aussi pour la Croatie, mais fallait bien un vainqueur…



À l'Ouest, l'Espagne. Quelques graines et beaucoup de mulets. De jeunes talents impétueux (Senna, Silva, Villa, Torres), une doctrine de jeu pas vraiment convaincante (le Tiki-taka, multiplication de passes courtes jusqu'à l'approche des cages), et rien de bien nouveau sous le soleil ibère. Juste le réconfort de ne plus être le looser de l'Europe et la satisfaction de renvoyer les Italiens à leur retraite moisie de football rance (le même que les Bleus, en fait). Evidemment aux pénos…



À l'Est, la Russie. Du beau, du bon, du ballon. Un collectivisme qui n'écrase pas les stars, une jeunesse qui ne craint degun et un entraîneur idéologue et offensif (on y reviendra). C'est l'URSS de Blokhine, un brin de star-system en plus! Après les Pharaons égyptiens victorieux à la Can, c'est aussi une certaine idée du maillot qui s'impose. Celle d'un championnat où les stars ne vont que rarement à l'étranger et apprenne de longues années à jouer ensemble… Prises d'intervalle, altruisme outrancier, débordements d'ailiers, pressing suicidaire… Allégorie de régalade, donnant un rude coup de vieux aux espoirs bataves… Musique maestro…

Commentaires

Cet Euro a le mérite de montrer qu'il est imprudent de s'enflammer pour telle ou telle équipe, ainsi la Turquie peut battre l'allemagne, et la Russie reprendre un 4-1 ibérique...

Écrit par : Fran | 23/06/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu