Avertir le modérateur

12/05/2008

"Drago Hamon"

1512447821.jpg Bon, on va pas se mentir. Au moment de rencontrer Benoît Hamon, député européen socialiste pour un entretien dans mon nouveau travail que j'ai (pour s'abonner, c'est ici), je me doutais qu'il serait plus aisé de causer ballon qu'avec Manuel Valls ou Julien Dray. Avec ces derniers, je ne savais que peu de leur réelle aficion sportive. Mais avec Hamon, je savais où j'allais, l'ayant déjà questionné sur le sujet, puis fait bloguer lors de la dernière Coupe du monde de rugby.

549168433.jpg A l'issue de l'interview, réalisé au bar Le Daudet, dont le patron est un grand amateur de rugby, on a évidemment reparlé de son heure de gloire sous le maillot du XV de France parlementaire. Seul élu ce jour-là dans une équipe constituée de fonctionnaires et collaborateurs, il est capitaine et marque un essai en bout de ligne, scellant la victoire des Bleus en perfide Albion. Un épisode héroïque qu'il a déjà narré, mais dont il détaille la face cachée pour le Tertulia S.C, des ovales plein les yeux:

«Au bout de deux-trois minutes, pour mon premier ballon de ce qui était quand même mon premier vrai match de rugby, je récupère une chandelle, je ne sais pas comment. Et là, je me fais tordre par le 8 anglais, avant que tous les gros me marchent dessus. Quand je me suis relevé, j'étais euphorique! En plus, les avants de chez nous ont mis quelques poires, pour protéger l'élu de la République… C'était le bonheur…» Benoît Hamon'07, Blanco'91 même combat…



L'ailier gauche du PS a-t-il autant de ressource quand il s'agit de parler football? Au début, ça commence mal. Match culte? France-Allemagne'82. Pas très tertuliesque et un peu attendu. «C'est-à-dire que j'avais 15 ans à l'époque et qu'y a pas photo, c'est LE match qui marqué ma jeunesse». Admettons. Comme le thème de cette rubrique est aussi de faire plaisir à l'interviewé, on peut donc revoir ici les images du cauchemar de Séville. 

Mais on sentait quand même que Hamon pouvait faire mieux que ça, dans le genre sous-culte. Pour ça, il suffisait de l'accrocher sur le Stade brestois, ex-Brest Armorique, dont il met le lien sur son blog. Et de lui poser une simple question. Joueur préféré?

La réponse fuse, sans hésitation: «Drago Vabec!» Oah l'aut, Drago Vabec??? Face à la perplexité du trentenaire tertuliesque qui s'attendait tranquillement à Roberto Cabañas, Maurice Bouquet ou Corentin Martins, Hamon le quadra s'écrie: «Mais si, Drago Vabec! Un attaquant teigneux, une bombasse yougo qui frappait lourd! Il a joué des années à Brest…»

2113387594.jpg



Après moultes recherches sur le sujet, j'ai ressenti une vraie connivence qu'interdit le journalisme politique, mais que permet la nostalgie footballistique. Dragutin Vabec, Croate sept fois international yougoslave et joueur de Brest Armorique de 79 à 83, c'était un peu mon Jacek Ziober à moi, supporter du Montpellier Hérault. Pas de style mais un nom qui claque, oublié par tous mais qui reste à jamais dans notre for intérieur de supporter d'un club un peu pourri.

967399405.jpg



Hélas pour Benoît le Brestois, aucun souvenir vidéo de Vabec n'est trouvable sur le net. Juste quelques reportages sur la montée en première division du club en 1989, le premier but de Corentin Martins, le périple de Francis "Bétancourt" Yvinec en Colombie où la bien triste fin du SBA. Ah si, il y a quand même ça. Un bel hommage à la Rade, en fond d'une photo d'époque. En plus, Drago s'est mis à gauche (enfin, à droite de la photo)…


SB
envoyé par dull29


 

Commentaires

Drago Vabec n'est pas oublié de tous : à Brest, pour tous ceux qui ont eu la chance de le voir jouer, il demeure l'idole absolue. Indiscutablement le meilleur joueur ayant évolué pour le Stade Brestois.
Qu'il ne soit pas connu du grand public n'a rien d'étonnant: le football était alors beaucoup moins médiatisé et les "petits clubs" quasi-ignorés. Vabec avait le talent pour être titulaire dans n'importe quelle équipe (lorsqu'il a débarqué à Brest, il était courtisé par le Bayern de Munich, Tottenham ou encore le Standard de Liège), et plus tard, il a refusé les avances du président Borelli, car "il aimait trop Brest".
Sachez également qu'il est un des joueurs légendaires du Dinamo Zagreb, club déjà plus imposant que le Stade Brestois...
Je n'ai pas oublié Jacek Ziober, et la jolie épopée européenne de Montpellier en Coupe des Coupes (saison 1990/91). Il partage effectivement avec Drago Vabec, un "nom qui claque", mais pour ce qui est du style et du talent, votre comparaison me paraît bien aventureuse...
Vous trouverez des vidéos de Drago Vabec et notamment son célèbre but contre la Suède, ici:

http://www.youtube.com/user/jojobabylone?feature=mhum#p/u

Cordialement

Écrit par : Johann Le Roux | 10/08/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu