Avertir le modérateur

25/04/2008

Que deviennent, que deviennent les rêves de Valls…

58e2a3bea800a8a354a32682bf4adcd6.jpg Il ne s'agit pas là d'un hommage à feu François Feldman (comment ça, il est pas mort… j'aurais juré entendre Elkabbach l'annoncer… je dois confondre), mais d'une nouvelle rubrique du sporting. Dans mon nouveau boulot que j'ai (pour s'abonner, c'est ici), il arrive de rencontrer des fans de ballon (ou autre activité musculaire regardée devant la télé). Alors autant prolonger l'interview pour alimenter le Tertulia sporting club. Ce fut le cas ce jour avec Manuel Valls, député-maire PS d'Evry qui sort bientôt un nouveau bouquin d'entretiens, dans lequel est évoquée au détour d'une question sa passion pour le Barça.

Du flan pour se la jouer Catalan fier de ses origines? Non, l'ailier droit du PS est un vrai socio. «On est obligé d'être fan du Barça quand on est d'origine barcelonaise. En plus, c'est un grand cousin à moi qui a écrit l'hymne du club…», raconte-t-il après un grand rire qui contraste avec son sérieux d'ancien Rocardien affiché tout le long de l'interview. Départi de ses notes, Valls raconte volontiers son meilleur et son pire souvenir de gamin blaugrana, «à chaque fois à la radio, vu que ma famille avait émigré à Paris». Pour faire plaisir à “Manolo” (ainsi que l'interpelle le journaliste Claude Askolovitch, co-auteur de l'ouvrage), replongeons donc en vidéo dans ses rêves d'enfant né en 1962 à Barcelone, mais qui n'a vécu qu'en France… Ambiance seventeen garantie…

Son meilleur souvenir:

«La victoire à San Bernabeu sur la pelouse du Real, vous savez la fameuse où Cruyff fait un match d'anthologie. Ça se termine à 4-0, je crois. Un grand bonheur à la maison avec mon père, fils de républicain espagnol. Beaucoup plus qu'une victoire dans l'antre du franquisme…» C'était en 1974, le petit Manuel a 12 ans, et ça a fait 5-0 au final. Et effectivement, le roi Johan -dit "le Hollandais volant"-, a mis la misère aux merengue madridistes.




Son pire souvenir:

«L'élimination en demi-finale de coupe d'Europe contre Leeds. C'était terrible, j'en ai pleuré. Je ne me rappelle pas l'année, mais la finale se jouait au Parc des Princes. Et toute les cousins avaient déjà pris leurs billets…» Ça s'est passé en 1975, et cette défaite résume la décennie finalement un peu pourrie du FC Barcelone au niveau continental (toujours racé, jamais gagnant, le syndrome Cruyf). 2-1 pour les Anglais à l'aller, avant de tenir le nul au retour (1-1). Seul le premier match est visible sur la toile. La première mi-temps ici, la deuxième .



Le "bonus réconfort" du TSC

En guise de revanche contre cette perfide Albion gâcheuse de fiesta de familia, le Tertulia sporting club est heureux d'offrir à M. Valls deux moments de revanche jubilatoire: D'abord la défaite de Leeds en finale contre le Bayern Munich. Un scandale vivant que ce match là. Penalty, puis but refusé. La veangeance est un plat qui se mange tiède. Comme la crème catalane. Ne regrette rien, Manu…





Et pour finir en beauté, les images d'une victoire du Barça face à ses salopards de Leeds lors de la Supercoupe des villes de foire en 1972, compétition insensée marquant la fin de cette épreuve ô combien culte, avant qu'elle ne devienne une prosaïque et tocarde coupe de l'UEFA. Ce match opposait le premier vainqueur (Barcelone en 1958) à l'ultime (Leeds en 1971). Et la victoire 2-1 des Barcelonais permet aux Catalans de conserver le trophée et de pouvoir l'exposer dans son musée… Et Leeds  évolue aujourd'hui en deuxième division.


Commentaires

La revanche jubilatoire sera encore plus belle pour la familia Valls quand elle apprendra que Leeds ne joue pas en deuxième division (Championship), mais bien en League One, l'équivalent de la troisième.
Les "salopards" ont réussi hier soir à se qualifier pour les play-offs malgré un handicap de 15 points que la Juve n'aurait pas renié.

Écrit par : Le Vestiaire | 26/04/2008

Heureusement que Le Vestiaire suit le destin des "bad boys" de Leeds (j'avoue que j'avais lâché leurs parcours), qui ont quand même eu leur période "culte" à l'époque (récente) des Dacourt, Kewell et Robbie "there's only one" Fowler

Écrit par : Tertulia | 26/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu