Avertir le modérateur

06/03/2008

Enfin du foot!

Ouf, le ballon tel qu'on l'aime n'est pas tout à fait mort, après l'insipide élimination lyonnaise de mardi (lire sur le sujet un excellent post d'un lecteur des Cahiers). La Roma et le Real nous ont offert mercredi un de ces rares moments de jouissance sans entrave à la sauce playstation. Attaque-défense incessante, contrôles de rêves, redoublements de passes insensés, le tout à 200 à l'heure. Et supériorité des Romains de gauche à la fin, face aux post-franquistes du Real. Totti en chef d'orchestre, Mancini en néo-Garrincha et les Merengue au tapis dès les huitièmes…  Comme Lyon, l'orgueil de ceux qui ont tenté en plus.

de4734ee258fbbe9e60fc0482a309d52.jpg
Et puis ce soir, l'OM a renoué avec ses grands matchs foutraco-légendaires, même si ce n'est qu'un huitième de coupe de l'UEFA. Des occases à la pelle, du jeu en mouvement permanent, de la tripote dans tous les sens… On a vu face au Zenit Saint-Petersbourg un grand match des Phocéens mais un tracassant 3-1 au final, qui a furieusement fait penser au cultissime OM-Benfica de 1990. Peut-être le plus beau match de l'ère Waddle-Papin. Mais qui s'est terminé sur le 2-1 le plus rageant de l'histoire du foot. Puis par une funeste mimine de Vata lors du match retour (perdu 1-0 à cinq minutes du terme). Une demi-finale de malade, du temps où l'OM était le plus fort mais avait la classe romantique des losers magnifiques. Un match qui qui a sans doute marqué les adolescences de tous les trentenaires nostalgiques de Mozer, Tigana, Francescoli… et Jean Castaneda.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu