Avertir le modérateur

10/02/2008

Pour un rugby total (quatrième mi-temps #2)

4491b94a98882d0314d65925dbe4a323.jpgUne fois digérée la troisième, il est temps de faire le point sur les deux premières. Petit débriefing de France-Irlande, deuxième journée du Tournoi des VI Nations 2008…

Il y a une certaine majesté chez Marc Lièvremont, dans sa façon qu'il a d'assumer comme au bon vieux temps sa vision du jeu. Samedi, sitôt terminée la victoire ric-rac des Bleus contre l'Irlande, l'entraîneur du XV de France a convaincu dans son explication du coup de mou des siens à l'heure de jeu. Pour faire simple, si les Tricolores ont perdu pied, c'est qu'ils ont voulu gérer. Or, Lièvremont ne veut pas d'une équipe gestionnaire, il veut du jeu. Du «à l'ancienne», qui fait chanter le cuir et ne rechigne pas à la débauche d'énergie offensive. Et franchement, vu des tribunes, ça se tient.

Car soixante minutes durant, la stratégie des Bleus avait de la gueule, ainsi qu'une redoutable cohérence. "Tout jouer" signifie obliger l'adversaire à assurer les coups de pieds de dégagement. Mais aussi à se mettre au diapason. Et donc de se mettre aussi en danger. Et là, les Français sont enfin en position de gagner. Sûrs de leur maîtrise dans l'occupation du terrain, ils rendent hommage à l'ère Laporte en défendant à la perfection. Une troisième ligne de feu (plus Pica, Pica, Picamoles qui devrait bientôt éclore), auteure d'un tiers des plaquages, et une habileté de passe conjuguée à des jambes de feu… La France ne peut plus perdre à ce jeu là…



A l'image des chaussures de Clerc et Heymans (en passant, la plus belle paire 11-15 du moment), il y a de l'Oranje dans l'ambition du nouveau coach. Rugby total, où le jeu à la main comme règle absolue. Façon bloc collectif offensif de Cruyff & co, qui étouffait l'adversaire à force de passes et de continuité du jeu. Encore faut-il que la messe soit dite jusqu'à son terme. Et que les fondamentaux ne soient pas oubliés.

ea58e608b2c6c983b10e06539270e75a.jpg

Car quand les vieux fantômes resurgissent, qu'on joue au pied et qu'on se fait bouffer en mêlée, on perd les ballons à l'adversaire et on prend un essai de pénalité. Et ça, ça fait super tâche. Le frisson qui a parcouru les tribunes du Stade de France (au final pas si footix et même "très rugby", une seule tentative de Ola et une seule bordée de sifflet justifiée), ne dit pas autre chose. Du beau jeu, oui, mais on veut aussi une grosse mêlée! 

Ce seront les deux grosses missions du nouveau trio Lièvremont/N'Tamack/Retières: achever de convaincre les joueurs de leur ambition et retrouver un vrai pack. Face à la première, ils ont déjà fait montre d'une audace implacable, en n'hésitant pas à faire entrer Parra, Trinh-Duc et Picamoles pour se farcir le dernier quart-d'heure. Choix gagnant. Comme pour dire qu'à un tel moment du match: "l'essentiel, plus que l'expérience, c'est d'être à l'initiative du jeu". La nouvelle charnière aura réussi à remettre les Bleus vers l'avant en ouvrant au large, alors qu'elle sombrait en se débarassant du ballon.

57a8cd9751fc73f95eebee20273bcc9f.jpg Quant au "cinq devant", il va falloir nous retrouver ce "meilleur pack du monde" qu'on aime à glorifier lors des matchs du Tournoi. Celui des Ondarts, Dubroca, Champ, Armarie… Celui sans qui les nouveaux Blanco, Lagisquet, Sella ou Berbizier ne pourront pas se libérer. Tout un match durant.

 

Commentaires

Comme disait Moscato, je préfère gagner 4 essais à 2 que 1 essai à zéro.
Sans le maladroit coaching de la mêlée, ce fut le match parfait.
Bravo Lièvremont et son team, on est derrière.

Écrit par : Fran | 12/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu