Avertir le modérateur

08/02/2008

«C'est la reprise!» Au pays de Diego #3

De temps à autre, un petit résumé de l'actu du foot argentin…

Youpi, on clôt! Ça y est, il est venu le temps du bon vieux "Clausura". Celui où les équipes sont au top de leur forme et bien en place sur le pré, renforcées par les déçus des fastes européens. Loin du jeu hésitant du championnat "Apertura" (d'ouverture, les matchs aller de septembre à décembre), celui de clôture (les matchs retour) est celui qui compte en Argentine. Et tout est là pour nous offrir une cuvée passionante, "façon Malbec de Mendoza". Les "superclassiquistes" (Boca et River) sont au top de leur rivalité et de leurs ambitions, des retours au pays excitants, une Albiceleste qui carbure… et Diego qui re-gagne les Malouines…

Favoris. Outre les deux grands clubs de Buenos Aires, on va attendre la confirmation des révélations du dernier "Apertura": les récents champions Lanus et les vainqueurs de la Copa Sudamericana Arsenal de Sarandi. Enfin, San Lorenzo (champion surprise l'an dernier), le Racing, Independiente et Newell's Old Boys sont toujours des outsiders de qualité. Enfin, le club surprise pourrait être Tigre, auteur d'une belle première moitié de saison.

bb7f4dd22c9c5ec8fe3ec647acca9f39.jpg



Le doigt de Dieu.
Il pensait y être arrivé, Diego, à se contenir et poser un genou à terre face aux puissances de l'argent. Il avait reconnu l'indicible et même présenté ses excuses aux Anglais. En visite dans la Perfide Albion il y a une semaine pour faire des affaires, l'auteur de la mythique «main de dieu'86» déclarait au Sun: «Vous êtes si gentils et polis malgré les histoires entre nos deux pays. Si je pouvais m’excuser, revenir en arrière et changer l’Histoire, je le ferais.» Forcément, on s'étrangle, dans le pays qui compte autant de lieux de mémoires dédiées aux Malouines que d'Eglise… Et puis Diego est redevenu «D10S», celui qui boit et qui mange des pizzas. Et qui jette à la gueule des Brittons futurs associés cette saillie toute maradonienne: «Mes chers coéquipiers en sélection, je n’ai pas demandé pardon à l’Angleterre, et à ceux qui ont parlé à ma place. Je n’ai qu’une chose à dire, ce sont des connards». On respire…Quelques jours plus tard, Maradona se fait le président du Boca Juniors, en le traitant de "bife de chorizo" (littéralement, "filet de bœuf un peu gras"). C'est bon, il est revenu…

5-0 tranquille… La seleccion rechausse aussi ses crampons, et a infligé mercredi une rouste en marchant au Guatemala. Leçon de toque avec une équipe B (doublé de Higuain, dont un somptueux deuxième, et buts de Lavezzi, Maidana et Ruben)…





À River la «Revancha». River Plate - Boca Juniors, un partout. Les Millonarios des quartiers huppés de la capitale argentine ont remis les pendules à l'heure face aux Bosteros (prolos) de la Boca. Lors de la bien nommée Copa Revancha (superclassico d'intersaison estivale, comme ça juste pour se marrer et profiter des platanes de Mendoza), le River s'est arraché face aux Xeneizes (Gênois) pour s'imposer 3-2. Evidemment, Carlos «El Pelado» Ischia, le coach boquense, s'est empressé de rappeler que, "ouais c'est pas mal mais nous on a mis deux buts il y a dix jours". Ou à peu près…




Maxi respect. C'est LE retour qui fait plaisir, tant le départ avait laissé un goût amer aux supporters du Racing. La petite pépite de 21 ans Maxi Moralez avait quitté son club du Racing d'Avellaneda (surnommé «la Academia») pour le… FC Moscou. Des adieux très tristes, mais qui avaient le mérite de la franchise: «j'ai une famille à qui je veux faire plaisir. Je ne peux pas refuser de telles offres». Mais, comme dans un film de Frank Capra, ça finit bien à la fin. Et «El Enano» («le nain») a fuit l'hiver ex-soviétique pour l'été argentin, revenant au Racing en héros, prêté quasi-spécialement pour sauver de la relégation le club, qui l'a lancé il y a tout juste un an (on ne descend qu'à la fin de la saison, même s'il y a deux championnats). De quoi ravir les hinchas de l'enceinte surchauffé du «Cilindro»…



 

Résurrection, mais traîtrise. L'ange D'alessandro est lui resté plus longtemps sur le Vieux continent, où il a quelque peu brûlé ses ailes emplies de grâce. Le milieu créatif et classieux révélé au River s'est égaré dans une belle trilogie de clubs glauques. Wolfsburg, Portsmouth puis Saragosse. Il était temps pour le créateur platense de revenir. Mais ce sont les champions du Clausura'07, San Lorenzo, qui ont raflé la belle mise. Au grand dam de Leo Farinella, excellent chroniqueur pro-River d'Olé… qui assistera en adversaire à la fameuse «boba» de D'alessandro. Cassage de reins et petits ponts…


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu